Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 08:40

london_big_ben_phone_box1.jpg

 

 

Encore quelques lectures britanniques

Après avoir rendu hommage à quelques grands maîtres des lettres anglaises du XIXe siècle, nous resterons en Grande-Bretagne pour un second séjour qui nous permettra de découvrir quelques auteurs plus jeunes et même très jeunes. Mais, avant de saluer la génération montante, nous rendrons une première visite à DH Lawrence qui nous permettra d’effectuer la transition entre les deux derniers siècles. Nous avions terminé l’étape précédente avec Thomas Hardy, nous commencerons donc celle-ci avec son presque contemporain auteur du très célèbre « L’amant de Lady Chatterley » qui m’a étonné par sa très grande modernité et par l’actualité des thèmes qu’il développe. Nous rendrons ensuite visite à deux Ecossais pour ne pas oublier que les lettres s’épanouissent aussi joliment sur les landes où l’on distille le whisky, tout là-bas au nord de l’île. Notre première visite sera pour Alison Louis Kennedy qui s’inscrit résolument dans la lignée de ces grandes dames qui peuplent les lettres britanniques. Avant de visiter notre second Ecossais, Ian Rankin, nous repasserons par Londres et ses faubourgs métissés pour rencontrer une jeune Anglaise, issue de l’immigration, qui a un talent fou et qui a explosé au firmament littéraire dès la publication de son premier roman. Nous achèverons donc ce second périple en Grande-Bretagne en retournant en Ecosse pour rendre hommage au roman policier qui a lui aussi largement contribué à la renommée des lettres britanniques.

L’amant de Lady Chatterley

David Herbert Lawrence (1885 -1930)

J’avais toujours hésité à lire le chef d’œuvre de DH Lawrence, l’érotisme made in 1920 ne m’inspirait que médiocrement et je craignais de tomber dans une nouvelle histoire « bovaryenne » dont je n’avais jamais pu arriver à bout malgré plusieurs tentatives au cours de mes années « potache ». Mais la sagesse et la patience venant avec l’âge, je me suis lancé l’an dernier dans cette grande aventure et bien m’en a pris.

L’histoire de Constance Chatterley est d’une grande banalité et tout le monde la connaît, Monsieur ne peut plus satisfaire Madame mais Madame a une très bonne éducation alors elle sait contraindre son corps et rester auprès de Monsieur, là où son devoir de bonne chrétienne la requiert. Jusqu’au jour où le garde chasse met ses sens en émoi et progressivement la conquiert et l’enlève à son vaniteux mari.

En fait, L’Amant de Lady Chattterley, c’est le livre de la transgression :

- Transgression sociale : la belle lady appartenant à l’aristocratie se compromet avec un vulgaire garde-chasse,

- Transgression religieuse : Constance élevée dans la foi chrétienne et la puritaine vertu anglaise ose quitter son époux légitime pour connaître les plaisirs de la chair dans l’adultère,

- Transgression sexuelle : l’épouse légitime de lord Chatterley ne se contente pas de calmer les ardeurs de son jeune corps, elle recherche le plaisir de la chair alors qu’à cette époque le plaisir sexuel était réservé aux hommes, les femmes devant se contenter de leur apporter ce service et d’assurer leur descendance.

 Mais, c’est aussi le livre de la rupture avec un ordre établi qui règne alors dans la bonne société anglaise où les choses de l’esprit priment sur les choses du cœur et plus encore sur les choses de la chair. Alors que Constance et son amant sont profondément humains, ils ont un cœur qui vibre et qui aime et un corps qui palpite, qui demande et qui se donne. C’est le livre de l’être, de l’homme et de la femme de chair et de sang avec ses vices et ses vertus qui remet en cause la société de la naissance, des apparences, de la vertu et de l’esprit … supposé souvent. C’est le roman de l’amour dans toute sa pureté et toute sa vérité !

 

Volupté singulière – Alison Louise Kennedy (1965 - ….)

Madame Brindle s’ennuie ferme dans son pavillon de Glasgow où elle n’est que la femme de son mari qu’elle n’aime pas trop car il est trop velu à son goût et surtout, parce qu’il ne lui laisse guère l’occasion d’exprimer sa personnalité, la cantonnant dans son rôle stricte d’épouse modèle. Mais, un beau jour elle découvre, à la télévision, le Professeur Gluck qui est l’auteur d’un ouvrage « La Nouvelle Cybernétique » qu’elle adopte pour remplir sa vie spirituelle qu’elle a un peu vidée en perdant la foi en Dieu. Et, sous l’emprise de cette nouvelle passion, elle part pour Stuttgart où Gluck séjourne pour une conférence. Rapidement, les deux protagonistes se rencontrent et forment un couple étrange où chacun cherche à vaincre ses démons, cette « vieille peur de mourir » pour elle et un besoin permanent d’images pornographiques pour lui. Ce couple impossible bute sur ses propres problèmes et sur le troisième personnage du trio rituel, le mari délaissé, et s’engage sur un chemin chaotique et incertain qui les conduira jusqu’au fond de leur être pour espérer un avenir possible.

Sourires de loups – Zadie Smith (1972 - ….)

C’est vrai cela ressemble étrangement à un bouquin écrit pour décrocher le Man Booker Prize : une grande histoire avec beaucoup de personnages qui fait au moins 400 pages. Mais voilà Zadie est une gamine toute jeune, issue de l’immigration, qui écrit avec le talent d’une vieille anglaise, mais dans un style très personnel, des histoires de son temps et de son quartier.

Zadie nous raconte la banlieue de Londres avec ses Jamaïcains, ses Pakistanais, ses Nigérians et autres exilés qui constituent une population cosmopolite qui essaie de vivre dans la meilleure harmonie possible. Son livre colle à l’image des grands défilés festifs qui agitent Londres régulièrement au rythme de la musique pop. Est-ce le livre d’une société où toutes les ethnies se sont fondues avec bonheur dans une même famille ? Est-ce le livre de la mort des cultures des ancêtres ? Zadie ne tranche pas, elle montre bien la nostalgie du pays abandonné, la douleur des coutumes et des mœurs oubliés, mais elle n’oublie pas que le métissage peut-être aussi un moyen de vivre dans les grandes métropoles au XXIe siècle.

La colline des chagrins – Ian Rankin (1960 - ….)

C’est long mais c’est bon ! Il est si rare de trouver un roman qui retient l’attention tout au long de plus de six cents pages sans jamais lasser, sans avoir recours aux habituels artifices du remplissage pour faire bonne mesure. Rankin n’est pas forcément un habitué des romans fleuves mais là, il avait besoin de cet espace pour installer son enquête dans le paysage et l’histoire écossais et surtout dans la vie d’un commissariat avec ces heurs et ses malheurs, ses vertus et ses vicissitudes.

Cette fois l’enquête concerne la disparition de la jeune et belle Philippa, héritière des riches banquiers Balfour, qui s’adonnait à la pratique de jeux sur Internet et notamment à la résolution d’énigmes proposées par un maître du jeu. Très vite l’enquête se dédouble sur deux plans différents, l’un concernant cette pratique des jeux qui peut conduire à des situations dangereuses, l’autre sur un plan plus traditionnel concernant certaines pratiques rituelles observées par l’assassin, ou quelqu’un d’autre.

Denis BILLAMBOZ - A lundi prochain pour l'étape suivante de notre voyage littéraire -

 

Pour consulter la liste des artciles précédents, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES VOYAGES LITTERAIRES de DENIS
commenter cet article

commentaires

Denis.Billamboz 04/01/2012 16:40

Ma dernière ci-dessus est particulièrement exécrables, il convient donc de lire :

... ces vieux lords anglais tout aussi terriens que moi même s'ils sont beaucoup plus nobles que moi.

Denis.Billamboz 04/01/2012 16:34

Bien d'accord avec Tesson sur cette rupture qui figure dans le roman de DH Lawrence mais je crois qu'elle concerne aussi des éléments de la société qui existaient avant l'ère industrielle comme les
moeurs et rites aristocratiques, la religion sans changement depuis Henri VIII et une bonne partie, au moins, de la morale. Voilà ce que je voulais souligner, il n'y a pas que la société
industrielle et productiviste qui est remise en cause. A mon sens au moins.

Etant un homme de la terre, j'ai lu ce livre comme un vieux terrien que je suis resté et je trouve ces voeux lord anglais tout aussi terrien que moi même s'ils sont beaucoup plus nobles que
moi.

A chacun sa lecture, c'est tout le charme des grandes oeuvres.

Denis.Billamboz 04/01/2012 16:27

Pas de problèmes Pascal, tout c'est bien passé dans la joie, la bonne humeur, les excès incontournables mais sans dégâts collatéraux.

Mes meilleures voeux pour cette nouvelle année qui s'annonce riche : destruction de l'Europe par un volcan allemand, fin du monde,... y a de l'émotion dans l'air.

En attendant, on va garder notre calme et continuer à lire et à écrire.

Bon courage et surtout bonne santé à toi et aux tiens.

Pascal 04/01/2012 13:11

Qui n'a pas lu ce sacré bouquin 'L'amant de Lady Chatterley' ? Le livre qui mettait en ébullition les sens et l'imagination des ados que nous étions. Mais trêve de plaisanterie : quel scandale pour
l'époque ! oui une ode à la nature blessée dont parle Tesson. Ma belle-mère est en train de lire sa vie d'ermite en Sibérie pendant plusieurs mois et elle dit que c'est sensationnel. Et encore tous
mes voeux, Denis, et continue longtemps à nous proposer des lectures des quatre coins du monde. SALUTAIRE ! J'espère que tu as passé un bon réveillon et que tu as évité l'indigestion . Pas bon pour
la lecture ça.

Armelle BARGUILLET 04/01/2012 11:35

L'esprit de Sylvain Tesson n'est pas politique, rassure-toi, mais il déplore étant un amoureux de la vie sauvage - et ses livres et ses aventures le prouvent - que l'ère industrielle ait pris le
pas sur l'ère paysanne. Donc nous sommes tous, nous les amoureux de la terre et de la saine sensualité sur la même longueur d'onde. C'est la raison pour laquelle j'ai tenu à citer ce passage de son
livre.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche