Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 09:10

islande-vieux-village.jpg

 

                                                  Lectures glacées mais pas glaciales

 
Quittons maintenant le continent américain pour rejoindre la vieille Europe en réservant notre première étape à l’Islande, ce morceau du continent qui semble parti à la conquête des terres de l’Ouest et qui a certainement, aussi, servi d’étape aux Vikings qui ont poussé leurs expéditions jusqu’en terres qu’on ne désignait pas encore comme américaines. L’occasion de découvrir la  littérature islandaise, des œuvres souvent sombres inspirées par un climat qui confine les êtres dans des espaces clos, par la religion qui incline à la culpabilité et par l’insularité qui limite les échanges. Mais, pour montrer qu’il ne faut pas généraliser, j’ai choisi Gunnar Gunnarsson comme hôte pour notre séjour et une petite fable très fraîche que j’ai lue dans l’avion au retour d’un voyage dans des îles ensoleillées pour me préparer au choc climatique qui m’attendait en France. Et, pour meubler cette étape, je vous présenterai trois auteurs qui couvrent la presque totalité du siècle écoulé en commençant par le Prix Nobel local, Haldör Laxness, et en suivant avec deux femmes de lettres reconnues dans leur île et au-delà : Steinum Sigurdardottir et Vigdis Grimsdottir.

 

Le Berger de l’avent  - Gunnar Gunnarsson (1889 – 1975)

 

Une nouvelle ? Un peu ! Une fable ? Probablement ! Un conte de Noël ? Certainement ! En tout cas, une bien belle petite histoire que celle de Benedikt, ce brave et simple berger islandais qui, comme chaque année, à l’époque de l’Avent, part dans le froid, la neige et le blizzard à la recherche des moutons égarés qui n’ont pas rejoint le troupeau avant l’arrivée de l’hiver. Mais pour son vingt-septième périple après ses vingt-sept ans, son voyage prend une tournure plus difficile encore qu’à l’accoutumée mais il ne reculera pas pour autant devant les obstacles pour accomplir la mission qu’il s’est fixée en compagnie de ses fidèles acolytes, son bélier et son chien.

Et, c’est une forme de crèche qu’il reconstitue avec son bélier pour bœuf, son chien pour âne et les moutons qu’il récupère pour aller à la rencontre de celui qui pourrait un jour devenir leur guide comme un nouveau Christ en ce monde.

Un beau conte de l’Avent où religion et paganisme, croyance et tradition se mêlent en une douce harmonie car si Dieu préside aux cieux et à la destinée, la nature et ses éléments déchaînés imposent le respect et fixent la véritable valeur des hommes qui savent les défier avec courage et humilité.

Une fable aussi qui nous rappelle que les plus faibles et les plus fragiles ont, eux aussi, leur place dans le grand troupeau de l’humanité et que les vrais héros sont souvent les plus obscurs et les plus  humbles.

Station atomique - Haldör Laxness (1902 – 1998)

Laxness est sans conteste possible, l’écrivain le plus célèbre d’Islande et son talent et sa production prolifique, 60 livres au moins, lui ont valu le Prix Nobel de littérature en 1955. Dans « Station atomique », il emprunte le chemin de la polémique et de la lutte sociale pour s’élever contre l’installation d’une base atomique en Islande et stigmatiser tous ceux qui ont largement profité de « l’américanisation » de l’île en exploitant la crédulité du reste de la population. Un livre aussi pour défendre la spécificité de la culture islandaise face à la standardisation importée par les faiseurs d’argent.  

Le voleur de vie – Steinum Sigurdardottir (1950 - ….)

Le voleur de vie, c’est l’histoire d’Alda une aristocrate cruelle et solitaire qui tombe amoureuse d’un homme marié et plus jeune qu’elle. Un amour impossible dont elle ne sait pas, elle ne peut pas sortir. Steinum dit elle-même : « elle a toujours tout contrôlé dans sa vie mais elle est rejetée malgré tout. C’est la peur la plus profonde : la peur d’être rejetée par l’être aimé. » Ce livre mêle texte et poèmes et a été porté au cinéma.  

Je m’appelle Isbjörg. Je suis lion – Vigdis Grimsdottir (1953 - ….)

Isbjörg est en prison, elle a commis un meurtre et elle raconte son histoire à son avocat qu’elle entraîne dans son monde qui comporte ses souvenirs mais aussi ses rêves et ses fantasmes. Il est bien difficile de comprendre l’histoire réelle de cette fille, mais son monologue dessine progressivement son univers et son implacable descente aux enfers où la folie, la mort et la sexualité cohabitent en un cocktail explosif. Mais, toujours elle voudra rester la plus forte car elle est « lion ».

Denis BILLAMBOZ  - et à lundi prochain pour une nouvelle étape de notre voyage littéraire autour du monde

 

billamboz

 

Pour consulter la liste complète des articles de la rubrique LES VOYAGES LITTERAIRES de DENIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Les voyages littéraires de Denis - Liste des articles

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES VOYAGES LITTERAIRES de DENIS
commenter cet article

commentaires

Denis.Billamboz 06/12/2011 12:00

Sissi, j'ai donné mon Gunnarsson à un gars qui voulait travailler sur les contes, désolé. Les trois autres doivent toujours être dans le réseau de la médiathèque.

armelle 06/12/2011 10:02

Je partage absolument ton avis à propos du Berger de l'Avent de Gunnar Gunnarsson qui est un très beau conte. Je l'ai lu bien des fois en famille. On retrouve la même poésie que dans les contes
d'Andersen, le célèbre auteur danois. Il est vrai que ces paysages de neige sont propices au rêve.

Sissi 05/12/2011 13:51

CA ME DONNE ENVIE DE LIRE LES 4!

Denis.Billamboz 05/12/2011 11:58

Bonjour Marcel,

Je suis en complet accord avec ce que tu dis à propos de ce livre qui est déjà une lecture ancienne pour moi, mais je me souviens bien avoir ressenti, à cette lecture, une petite pointe de
déception car j'avais trouvé que, pour un Nobel, le livre n'était pas très littéraire mais plutôt militant. C'est à mon avis un bon coup de gueule contre l'américanisation de l'Islande, un discours
un peu polémiste, un texte à vocation sociale. Mais pas un mauvais livre pour autant.

Marcel Lommier 05/12/2011 11:44

Je n'ai pas lu le livre dont vous parlez mais "Le paradis retrouvé" du prix Nobel Haldör Laxness, où il s'éloigne enfin du stalinisme après avoir longtemps flirté avec lui. C'est le retour à une
spiritualité chaotique où malgré sa grande culture l'auteur ne déploie pas dans son analyse la même finesse qui aurait été probablement celle d'un auteur français.Ce qui n'empêche pas l'ouvrage de
compter de beaux passages et une sincère aspiration à la sérénité intérieure. Mais il n'en reste pas moins que si les Anglais sont d'incomparables conteurs, les Français restent d'incomparables
analystes.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche