Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 09:46

466764_descendants-justes-en-israel.jpg

 

 

Lectures de la Terre promise

Dans ces contrées en ébullition permanente depuis plus d’un demi-siècle, nous quitterons, l’espace d’une étape littéraire, le monde musulman pour une brève incursion en territoire israélien à la rencontre d‘une riche littérature dépositaire d’une culture pluri millénaire largement entretenue par les apports des juifs de la diaspora revenus sur la terre de leurs ancêtres pour créer ce sanctuaire qu’ils pensent nécessaire à la survie de leur peuple. Au cours de ce bref séjour, nous rencontrerons des écrivains qui, contrairement à la règle que je me suis fixée, ne sont pas nés sur la terre israélienne car ce peuple comporte une forte population d’émigrés venus chercher refuge sur cette terre originelle pour participer à la création de cet état biblique ou simplement retrouver une certaine sécurité qu’ils avaient perdue dans leur vie antérieure. Nous rencontrerons ainsi Aharon Appelfeld venu de Roumanie, Amos Oz descendant d’émigrés d’Europe de l’Est (Lituanie et Ukraine, alors Pologne) et enfin Michal Govrin, fille d’un fondateur de l’état israélien et d’une survivante de la shoah. Nous ferons cette visite sous la conduite d’un jeune écrivain, Ron Leshem, fortement marqué par la débâcle de l’invasion de l’armée israélienne au Sud Liban

 

Beaufort

Ron Leshem (1976 - ….)

« Si l’enfer existe, c’est à ça qu’il ressemble : la forteresse de Beaufort ! » C’est la première impression d’Erez, car Linaz ça ne fait pas assez viril pour son supérieur hiérarchique,  un jeune soldat israélien qui découvre cette forteresse pendant la guerre du Liban à la fin des années quatre-vingt-dix. Il affronte le froid, la saleté, la puanteur, la promiscuité, la peur, … et la mort de son ami, décapité par un obus.

Quelques années après, Il revient dans ce fort à la tête d’une section qu’il a formée comme « une machine de guerre » afin de combattre pour son pays. Il va transcender ces gamins à peine sortis de l’adolescence, leur inculquant l’esprit de corps, la solidarité, la fraternité, le sens du sacrifice et du devoir envers la patrie. Mais, progressivement, la guerre s’enlise, les combattants se terrent dans leur forteresse, les supérieurs rechignent à se battre, le pays ne croit plus en ses troupes, la guerre perd tout son sens et les soldats se demandent ce qu’ils font là et pourquoi ils se feraient tuer pour une cause qui n’existe plus.

Ce roman nous conte l’histoire de la déroute des troupes israéliennes au Sud Liban au tournant du millénaire. Tsahal, qui avait l’habitude de triompher de ses ennemis sans coup férir avec l’appui de tout un peuple mobilisé, se trouve brusquement mis en échec par une guerre qui n’en n’est plus réellement une. Les soldats sont cantonnés dans leurs fortifications et subissent les assauts des ennemis sans pouvoir riposter. La guerre a changé, le combat s’est déplacé sur le front de l’opinion publique et la manipulation de l’information paralyse le pouvoir politique et fragilise les soldats qui se plaignent : « de chasseurs, nous sommes devenus gibiers,…nous ne sommes plus que des cibles qui encaissent sans riposter, des cibles dans l’attente des coups. »

Ces soldats abandonnés par les leurs, livrés à la vindicte d’un ennemi mille fois plus motivé et soutenu par le monde entier, pour qui « la guerre est un rêve, la paix, un cauchemar… ! ». Comme Barbusse en permission à Paris, ils éprouvent cette profonde scission qui s’instaure entre le peuple et son armée. « Tout le pays grouille de gens qui n’y comprennent que dalle à l’armée, mais savent mieux que tous ce qu’il faut faire. » Ces soldats qui ne comprennent pas que la guerre ne se gagne plus les armes à la main mais dans les médias, auprès de l’opinion publique et qui ne sont plus que des pantins qu’on manipule pour leurrer les populations. « Ca a bousillé les mômes d’entendre à la radio qu’on ne croit pas à ce qu’ils font. » Et le retour au pays se fait dans l’incompréhension, l’incrédulité, le déphasage, avec la honte, les séquelles, les gueules cassées, et tout ce qui ne sera pas dit… qu’on ne peut pas dire.

C’est aussi l’histoire de ces grands adolescents devenus des hommes sous le feu de l’ennemi qui ont tutoyé les limites de l’humanité, approché les frontières de l’enfer et sont devenus des seigneurs de la guerre, des capitaines Conan, frères d’armes qui ne seront jamais compris et qui auront toujours une certaine difficulté à revenir dans le monde civil dont ils ont remis en cause nombre de valeurs y compris la religion. Ces hommes qui ont repoussé les limites de la vie là où ceux qui n’ont pas combattu n’iront jamais et ne comprendront jamais ce qui s’y trouve. Et « … si la paix n’est pas établie d’ici là, je veux que mon fils connaisse ce que j’ai connu, les défis, les souffrances et la peur. Parce que ça m’a poussé à regarder le monde d’une manière différente, à découvrir les choses les plus essentielles à mes yeux : l’amour de la famille, l’amour de la vie, leur fragilité. » Faut-il vraiment tant de souffrance, de douleur, de morts … pour pouvoir comprendre tout cela ?

Et la vraie question qui reste en suspens à la fin de ce livre n’est pas de discuter sur l’inutilité de cette guerre mais de savoir pourquoi l’auteur la juge inutile. Serait-ce pour nous signifier que la guerre n’apportera jamais une solution pérenne à la cohabitation des peuples dans ce pays ou, plus cruellement, pour nous rappeler qu’on n’a pas donné les moyens à l’armée de résoudre le problème comme elle l’aurait pu ? Et, pour ma part, j’ai la triste impression que Leshem fait partie de ceux qu’on appelle les « faucons », ceux qui croient fermement qu’Israël ne peut que détruire ses voisins et ennemis pour assurer sa survie et sa sécurité.

J’aurais préféré refermer ce livre avec une autre impression, car c’est un bon livre qui commence comme le crépitement d’une uzzi dans une embuscade, mais qui, rapidement, reprend le rythme de tout bon roman juif, ou presque, expliquant encore et encore comme pour être sûr que le lecteur a bien compris le message.

 Badenheim 1939 - Aharon Appelfeld (1932 - ….)

Dans une parabole évoquant la déportation des juifs vers l’Est de l’Europe, Appelfeld fait vivre la petite station balnéaire de Badenheim en Autriche qui s’éveille au printemps pour accueillir les touristes. Mais, « vers la mi-mai, un discret avis apparait sur le panneau d’affichage, conviant les citoyens juifs à aller se faire recenser par le service sanitaire avant la fin du mois. » Et  progressivement la douce station se transforme en un camp de transit pour les juifs de toute conviction : juifs qui revendiquent leur judéité, juifs qui l’ont reniée, juifs qui l’ont oubliée, juifs qui ne connaissent pas leur part de judéité et même juifs qui ne sont pas très juifs. Tout un peuple qui se met en marche vers la Pologne comme tous les juifs d’Europe furent dirigés vers les camps qui leur étaient réservés pendant la dernière guerre mondiale.

Ailleurs peut-être - Amos Oz (1939 - ….)

Nobélisable depuis plusieurs années, Amos Oz est né à Jérusalem de parents venus de Pologne (actuellement de Lituanie et d’Ukraine). C’est l’écrivain des kibboutz dont il conte, notamment dans cet ouvrage, la vie quotidienne avec ses joies et ses petits malheurs. Et, en l’occurrence, les problèmes de cet établissement, installé à quelques kilomètres de la frontière jordanienne, où le héros principal, délaissé par son épouse, s’éprend d’une femme mariée dont l’époux obtient, à son tour, les faveurs de sa fille qui, elle, repousse son jeune amoureux pour cet amour à hauts risques. Alors, de cette complexe histoire d’amour naît un drame sordide. Un livre sur les passions impossibles qui explosent dans un monde hostile, aux confins de l’angoisse et de la peur, dans la promiscuité et le confinement sécuritaire imposé par les risques environnants.

Sur le vif - Michal Govrin (1950 - ….)

Ilana brillante architecte décide de partir à Jérusalem pour finaliser son projet pendant que son mari, dont elle s’éloigne progressivement, part pour Moscou et Kiev étudier des archives particulièrement précieuses dans sa chasse aux anciens nazis et à toutes formes de renaissance d’une pareille idéologie. Elle emmène avec elle ses enfants et espère bien retrouver son bel amant arabe à Jérusalem mais la conjoncture internationale en décide autrement. En effet, la guerre du Golfe se fait de plus en plus plausible, dressant les deux communautés l’une contre l’autre. Mais elle décide tout de même de maintenir son séjour malgré la pression de son entourage et notamment de son mari. Elle va ainsi vivre l’angoisse et la peur des Israéliens sous la menace des missiles irakiens, mais également une belle fraternité avec ses voisins et un retour aux sources sur la terre de ses ancêtres, dans les pas de son père décédé un an auparavant.

Denis Billamboz  -  à lundi prochain pour une prochaine étape de notre périple littéraire autour du monde  -

Et pour consulter mes précédents articles, cliquer sur le lien ci-dessous :

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES VOYAGES LITTERAIRES de DENIS
commenter cet article

commentaires

denis billamboz 09/10/2012 19:22

Miriam, j'a lu ton commentaire, je me suis posé à peu près les mêmes questions que toi mais je n'ai pas réussi à arriver là où tu es parvenue. Je n'ai pas pu trouver de bonnes raison pour croire
que le narrateur serait antimilitariste. J'ai plutôt pensé qu'il regrettait une solide adhésion de son peuple derrière son armée pour vaincre l'ennemi. Un peu le même syndrome que celui ressenti
par les Poilus en 14/18 quand Paris faisait la fête. Lire Henri Barbusse.

miriam 09/10/2012 18:17

lire dans mon blog mon billet ! mais je en sais pas pourquoi le copier/coller ne veut pas se faire dans vos commentaires
http://miriampanigel.blog.lemonde.fr : une lecture antimilitariste de Beaufort

denis billamboz 09/10/2012 12:52

Ce qui est intéressant dans la lecture, c'est que nous avons tous notre interprétation personnelle de nos lectures.

Ce roman m'a beaucoup fait réfléchir et j'ai été en forte empathie avec ses soldats naufragés en terre hostile.Je ne voudrais surtout pas les juger, ils sont des victimes d'un conflit un peu
ténébreux. Mais je suis, hélas, resté sur une impression finale qui me laisse penser que l'auteur regrette que le peuple n'ait soutenu ses troupes dans son oeuvre de guerre. Mais cet avis n'engage
que moi et n'a aucun sens politique ou autre, c'est seulement un sentiment au moment de refermer un livre. J'aimerais connaître ton avis personnel, peut-être m'apporterait-il un éclairage que j'ai
occulté.

miriam 09/10/2012 10:52

J'ai fait une lecture très différente de Beaufort. je n'y ai pas vu le porte-parole des faucons plutôt un constat desespéré

"Denis.Billamboz 04/10/2012 13:55

Salut Pascal,

Sympa d'aller à Londres, en touriste c'est mieux mais pour le boulot ça permet de voir une autre face des cette ville qui respire la joie de vivre. C'est l'impression que j'en ai retenue après n'y
être passé que deux ou trois jours, il y a quelques années déjà.

Elie Wiesel, me fascine depuis mon adolescence et j'ai lu un de ses livres qui m'a intéressé sans me surprendre car je connais bien son travail sur la recherche des criminels nazis. Je ne l'ai pas
retenu dans cette sélection car il est désormais plus Américain qu'Israélien. Je n'ai présenté que des gens qui vivent en Israël, ou du moins je le pense car je n'ai pas voulu faire une page juive
mais une page israélienne.

C'est délicat de parler de pays voisins qui se déchirent depuis les lustres dans une rubrique qui se veut littéraire et seulement littéraire.

Bon courage dans ton job, bon week-end et à bientôt !

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche