Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 08:17

1562655.jpg

 


 

                                                                    Encore un doigt de chianti

Deuxième étape dans cette terre de littérature et c’est bien peu tant il y a de livres dont il faudrait parler parmi les lectures italiennes que j’ai eu l’occasion de faire au cours de ces deux dernières décennies. Il est bien difficile de ne pas revenir périodiquement vers cette source des belles lettres pour voir ce qu’il y a de nouveau ou essayer de combler une des nombreuses lacunes que j’ai commise au cours d’une vie bien trop courte pour ne déguster même qu’une infime portion de cet énorme banquet littéraire. Alors, il a fallu choisir, mais pas éliminer, car tout mériterait de figurer et j’espère bien revenir ici un jour prochain pour vous parler d’autres livres que j’ai aimés, des livres représentatifs de certains courants, de certaines époques, de certaines régions…. Lors de ma première présentation, j‘ai parlé des îles, la Sardaigne, la Sicile, du Sud. Je parlerai donc plus des auteurs du Nord ou de l’Italie centrale : Umberto Eco qui n’avait peut-être pas besoin de cette publicité supplémentaire mais il est si grand, si érudit, si cultivé, il nous regarde de tellement haut qu’il n’est pas possible de ne pas le saluer en passant, Rosetta Loy, c’est l’Italie engagée qui dénonce  et il faut aussi lui donner la parole, et enfin Rossana Campo, la nouvelle génération, celle qui  est née dans les années soixante, celle de la révolte, celle des années « rouge ». Et pour guide, j’ai eu recours à une Italo-irlandaise, un héritage gage d’un tempérament de feu, qui ne fait aucun cadeau et aucune concession et qui ne laisse pas beaucoup de place à un quelconque espoir… mais on verra !

 

Antenora

Magaret Mazzantini (1961 - ….)

Quand sa grand-mère décède, elle se souvient de cette vieille femme qui se désagrégeait au milieu de ses amies toutes décaties, « Tu as vu comme elles sont vieilles, mes amies ? Mon dieu, dans quel état elles sont ! ». Après avoir évoqué cette grand-mère, elle nous emmène en excursion dans son arbre généalogique à la découverte de ces ancêtres, riches terriens, qui ont dilapidé leurs biens, incapables de tirer quelques fruits de leur immense domaine. Quelques générations de femmes mal mariées, souvent trop tard avec des maris de circonstance pour ne pas rester veuves et faire perdurer l’héritage, incapables de donner suffisamment d’amour à leur mari, souvent trop faibles, et à leurs enfants qui ne leur ont apporté que douleur et peine. Toute une ascendance qui ne recèle que la misère sentimentale et affective avant de subir la vraie misère matérielle et physique quand vient le fascisme et son cortège de malheurs : la guerre, les privations, les choix et leurs conséquences, …

Fille d’Irlande et d’Italie, Mazzantini livre un portrait sans complaisance aucune de cette famille où l’amour tant affectif que physique n’existe pas ou presque pas, où les femmes ne sont pas aimantes, où les mères ne sont pas maternelles, où les époux sont résignés. Un monde que les odeurs identifient bien et qui prennent une place prépondérante dans le récit. « Le premier souvenir que j’ai d’elle est olfactif : l’odeur de la naphtaline des vêtements dans lesquels ses aisselles éternellement humides transpiraient ; l’odeur de sa bouche, quand elle montrait les dents toutes identiques de sa prothèse pour me faire la fête ; l’odeur âpre de la paume de sa main qui serrait mon visage. »

Un récit d’un grand pessimisme sur l’existence, aussi sombre que la vie de sa grand-mère « Elle mâche ses paroles, se raconte sa peine, le calvaire qu’est pour elle la guerre, et celui que sont ses fils. Ses fils qui ne lui ont donné que de la douleur ». Et cette vie de douleur et de frustration n’est qu’un prélude à une dégénérescence inéluctable vers les affres de la vieillesse et de la solitude. Cette vieillesse qui pue et qui emmerde tout le monde, gâchant la vie de ceux qui pourraient encore en profiter. « Non, la vie est un souci qu’on ne devrait pas avoir. »

Un livre sombre un peu trop scatologique et parfois étonnamment grandiloquent dans ce contexte misérabiliste. Un livre à déconseiller aux pessimistes et aux anxieux.

 

Le pendule de Foucault – Umberto Eco (1932 - ….)

Fallait-il parler de ce roman célébrissime ?  Certes, tout le monde connaît maintenant ce livre presque aussi médiatisé que « Le roman de la Rose » et Umberto Eco a envahi les écrans de la télévision comme une starlette du show business, mais j’ai éprouvé un tel intérêt pour ce roman qui est peut-être à l’origine de l’engouement pour les oeuvres de ce genre, Millenium par exemple, qui ont abondamment garni les rayons des librairies ces dernières années, que j’avais envie de dire que ce livre n’avait justement rien à voir avec ses successeurs et qu’Umberto Eco est un grand érudit, un grand intellectuel, un Pic de la Mirandole de notre époque et qu’il ne faut pas le ranger au rang des  pourvoyeurs de romans à succès. Dans les méandres de ce roman foisonnant où le lecteur s’égare sur les multiples pistes tracées par l’auteur, chacun peut étoffer sa culture et mieux comprendre notre histoire en passant par des chemins rarement empruntés.

Historien de formation, j’ai particulièrement apprécié l’immense culture d’Eco et son art de mettre en scène son intrigue. Quel talent pour faire vivre cet énorme enchevêtrement de personnages et  d’événements qui représentent ce qu’est notre histoire et tous ses méandres !

Madame Della Setta est aussi juive – Rosetta Loy (1931 - ….)

Dans cette brève histoire, Rosetta Loy raconte comment sa voisine juive a été arrêtée et a disparu à tout jamais dans l‘Italie fasciste. Mais ce livre est avant tout un réquisitoire sans concession contre le Vatican qui, selon Rosetta, connaissait bien le sort réservé aux juifs par les forces de l’Axe. Elle démontre, point par point, la position du Vatican, citant tous les documents publiés par l’Église catholique faisant allusion à cette douloureuse question et, in fine, elle nous laisse pour toute conclusion la culpabilité du pape et de son entourage qui n’aurait rien fait pour tenter de sauver le peuple juif de l’extermination. Une démonstration sans émotion, ni détours inutiles, efficace, difficile à contredire…. Accablante.

L’amour des fois, quand ça s’y met – Rossana Campo (1963 - ….)

Elles sont un brin désabusées ces filles qui sont les petits-enfants des sixties et qui ne croient plus à grand-chose après avoir usé et abusé des amours de passage, du sexe expéditif et des plaisirs éphémères. Mais, quand l’amour se présente pour de bon, l’amour romantique, l’amour des années d’avant l’aventure de la libération sexuelle, elles craquent, elles fondent comme des midinettes … et le monde, soudain, est à nouveau beau et plein de soleil et de joie. Et oui, il suffit d’un peut d’amour pour que tout change et la vie n’est peut-être pas aussi sombre qu’on aurait voulu nous le faire croire…

Denis BILLAMBOZ  -  à lundi prochain pour la suite de nos pérégrinations littéraires à travers l’Europe

Et pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer sur le lien ci-dessous :

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES VOYAGES LITTERAIRES de DENIS
commenter cet article

commentaires

Maxime 16/07/2012 18:59

En effet, "Le mépris" est un excellent livre, supérieur au film qui ne m'a du tout captivé.Quant à Eco, je connais surtout la glose faite autour de ses bouquins qui ont tous été des événements à
leur sortie en librairie. Un vrai battage. Alors quand c'est à ce point, je deviens très méfiant.

Missycornish 16/07/2012 15:44

Bonjour Denis,

Je suis plutôt d'accord avec Armelle, j'aime moyennement Eco, il m'ennuie un peu. Connaissez-vous Alberto Moravia? J'aime beaucoup le Mépris, le seul roman que j'ai lu de lui malheureusement.

armelle 24/05/2012 09:51

Bonjour Denis,
C'est surtout l'histoire du fameux pendule, telle qu'elle est présentée dans ce livre énorme et brouillon, qui m'a déçue car j'ai eu l'occasion de lire des ouvrages plus clairs sur le sujet des
sociétés secrètes et ésotériques depuis les fameux Templiers jusqu'aux Francs-Maçons d'aujourd'hui et cela m'intéressait sur le plan documentaire. Donc Eco ne m'a pas convaincue et plutôt ennuyée.
J'ai trouvé une certaine complaisance dans ce fouillis de détails qui noie le sujet. Mais je sais que ce livre a eu un succès mondial énorme.

"Denis.Billamboz 24/05/2012 01:05

C'est la veine historienne qui m'a rapproché de l'univers d'Eco. Pour écrire ce livre, il faut en connaître un bout sur l'histoire de l'Occident depuis le Moyen-Age.

C'est la différence qui fait la richesse ! Je l'ai constaté souvent, je suis plus concentré sur les contenus et moins attentif à la forme et à la construction que les vrais littéraires comme toi.

Armelle 23/05/2012 11:29

Contrairement à toi, je n'ai pas été emballée par l'érudition ésotérique de Umberto Eco et par ce livre "Le pendule de Foucault", long à démarrer, étouffant.J'ai même cru ne pas le finir. Il a
fallu que je m'accroche.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche