Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 07:23

mio-do10.jpg

 

 

Le siècle d’Hugo n’était même pas né et pourtant « déjà Napoléon perçait sous Bonaparte », il caracolait à la tête de ses troupes dans les plaines et montagnes d’Italie bousculant, étripant, étrillant les armées autrichiennes et piémontaises, se taillant une réputation qui aiguisait la jalousie de ceux qui avaient essayé de l’éloigner du pouvoir en lui confiant une mission loin des lieux de décision. Marié depuis trois jours seulement avec Joséphine de Beauharnais, il courait sus à l’ennemi, se couvrant d’une gloire qui laissait sa jeune épouse de marbre.  Il était fou amoureux, elle ne l’était pas beaucoup, elle préférait courir les bals et les fêtes avec des officiers fantoches ou des gandins attentionnés, il crevait de rage de ne pas pouvoir la posséder comme il possédait ses ennemis.


C’est ce double combat que raconte Raoul Mille, la campagne triomphante contre les troupes piémontaises et autrichiennes et le combat acharné contre la passivité et l’indifférence de son épouse frivole. Le narrateur raconte les faits, surtout les événements militaires, et Napoléon, à travers des extraits de sa correspondance, raconte lui-même son combat contre cette femme délurée qui le délaisse sans vergogne aucune. C’est l’envers de la légende écrite sur le Pont d’Arcole et divers autres champs de bataille au cours de cette glorieuse campagne d’Italie, la face noire du héros, l’effort inhumain fait par cet homme vénéré, adulé, craint, agoni mais totalement désarmé devant cette femme qui l’a envoûté.


L’auteur réécrit une des plus belles pages de la légende napoléonienne montrant comment un général inconnu venant de nulle part, petit, maigre, affamé, malade, à la tête d’une troupe de va-nu pieds commandée par des officiers rustres et incultes, sans scrupules, sortis directement de horreurs de la révolution, triomphe des armées impériales encore engoncées dans les us et coutumes de l’ancien régime. Mais parallèlement il raconte aussi une grande histoire de désamour qui semble s’imposer en contrepoint à l’insolente chance qui guide Bonaparte sur le chemin de la gloire militaire.

 

 

Un livre qui ravira tous ceux qui aiment les histoires d’amour, même celles qui finissent mal, mais aussi  ceux qui apprécient les grandes épopées taillées à grands coups de sabre dans les chairs ennemies. L’auteur ne lésine pas, n’économise pas sa plume, il la laisse s’évader dans de grandes envolées à la hauteur de la geste épique des grognards de celui qui n’était encore que Bonaparte.


Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes articles précédents, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

denis billamboz 30/07/2014 19:20

Eh oui Edmée et Armelle, il est souvent plus facile de se tailler un empire que de conquérir un petit coeur adulé.

armelle 29/07/2014 12:11

Un ouvrage facile à lire, qui nous découvre un Bonaparte fou d'amour et romantique.L'attitude de Joséphine, qui avait déjà un autre partenaire dès le lendemain de son mariage, a contribué à ce que
le jeune mari considère les femmes comme étant la plupart du temps frivoles et inconstantes et incité, bien des années plus tard, à leur concéder bien peu de libertés dans son fameux " code
Napoléon". Joséphine nous a joué un mauvais tour !

Edmée De Xhavée 28/07/2014 11:35

Voilà, seconde tentative pour mettre un commentaire qui moulinait précédemment. Pauvre petit homme... qui aimait un coeur imprenable... et prenait les villes en revanche!

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche