Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 08:05
Mon père aurait eu cent ans

 

Mon père aurait eu cent ans au début de juillet 2014. Signe du cancer, ascendant cancer, il était un homme posé et réfléchi, d’une sensibilité extrême, fou d’art et de littérature et d’une immense culture. C’est lui qui m’a initiée aux grands auteurs et m’a mise sur la voie de l’écriture toute jeune. La vie sans le secours de l’art lui paraissait impossible. Il s’y est immergé dès qu’il a eu quelques moyens financiers à y consacrer. Bibliophile et collectionneur, il a sans cesse été en quête d’œuvres rares et y passait volontiers ses loisirs. Il avait épousé une femme qui partageait ses goûts. Maman, élève au conservatoire de Nantes, avait une voix délicieuse de soprano colorature qui enchantait mon père. Il l’a d’ailleurs encouragée à donner des concerts et à enregistrer des disques qui, hélas, à l’époque, n’étaient pas d’une qualité irréprochable.

 

 

Leur amour a duré 61 ans sans un nuage ou presque. Maman est partie la première, un an après leurs noces de diamant. Il ne s’en est pas remis et n’a plus pensé qu’à la rejoindre. Ce qui fut fait 15 mois plus tard. Mon rôle auprès de lui, puisqu’il habitait une résidence voisine, a été de lui maintenir la tête hors de l’eau. Nous avons connu de ce fait une intimité à laquelle nous n’étions nullement préparés. Mon père n’avait jamais été occupé sentimentalement que de sa femme. Sa fille, il l’a découverte durant cette ultime année de sa vie et cela a créé les liens que l’on avait omis de tisser auparavant. Au milieu de ce couple uni et fusionnel, l’enfant unique que j’étais, se sentait un peu à l’écart, aussi m’étais-je entourée d’un monde qui n’appartenait qu’à moi et où m’accompagnaient des personnages imaginaires qui avaient vocation à me tenir  chaud. Dès l’âge de 9 ans, j’écrivais des contes, de courts romans, des poèmes. Je m’étais investie dans l’univers des mots.

 

 

Mes parents se tenaient à jamais statufiés sur une sorte d’Olympe, comme des demi-dieux. Ils régnaient en silence car nous n’étions pas une famille bavarde. C’est dans notre maison de campagne que je m’épanouissais le mieux lors des petites et grandes vacances. Je nouais des amitiés avec des enfants du pays et nous consacrions notre temps libre à préparer des spectacles de danse et de comédie que nous proposions à nos familles dans une grande pièce, réservée à cet usage, fin septembre, avant la rentrée scolaire. Ceux-ci, bien qu’empreints de romantisme, n’étaient pas dépourvus d’humour et de dérision. Je ne dédaignais pas planter quelques banderilles dans cette vie austère.

 

 

Le retour dans la capitale était un déchirement. Il fallait me séparer de tout ce que j’aimais : les fleurs, les arbres, les animaux, les oiseaux surtout, la douce campagne qui borde la Loire. A Paris, je retrouvais l’institution où les horaires comme l’uniforme et l’enseignement étaient stricts. On ne s’évadait qu’en pensée. Pour le reste, on devait se plier à une discipline constante à laquelle je dois sans doute une certaine verticalité que je ne regrette pas aujourd’hui. On nous forgeait un caractère qui se montrait endurant devant l’effort, souvent l’épreuve.

 

 

Mariée jeune, car j’avais envie de connaître autre chose et qu’il y avait en moi une certaine appétence pour l’aventure, même conjugale, je suis restée attachée à ma famille et surtout à mes parents. On s’écrivait trois fois par semaine lorsque j’étais éloignée, ainsi nous tenions-nous au courant des joies et soucis quotidiens ; maman servait de trait d'union entre mon père, toujours un peu lointain, et moi. Ainsi ne me voyait-il qu' à travers elle…

 

 

C'est peu d'années avant leur disparition que je suis venue habiter auprès d’eux. Ils me l’avaient demandé et comme cela était possible pour mon mari comme pour moi, nous avons pris la décision de les rejoindre en Normandie et nous ne le regrettons pas. Mes parents ont vécu, dans cet environnement mer/campagne, les vingt plus belles années de leur vie ; nous vivons à notre tour une expérience semblable  face au même paysage de la mer surprise entre l’arceau des arbres. Je leur dois d’avoir choisi un itinéraire géographique assez proche du leur et d’y avoir découvert des émotions et des joies identiques.

 

 

Oui, papa, tu aurais eu 100 ans. Ta vie entière fut gouvernée par deux impératifs : ton goût de la beauté et ton souci de rectitude. Le monde d’aujourd’hui ne te plairait  guère. Attaché à tes convictions, chrétien converti sur le tard, tu avais une haute idée des devoirs de l’homme et détestais le mot « profit ». De nos jours,  les devoirs ont été relégués au second plan, le profit placé au tout premier. Alors, papa, reposes en paix.

 

 

Armelle

 

 

Autres articles du même genre  :

 

Ma mère aurait eu cent ans

Les Pâques de mon enfance au Rondonneau

Les chiens de mon enfance


 

 

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique " ARTICLES ME CONCERNANT, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

 

LISTE DES ARTICLES ME CONCERNANT
 

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

mon père enfant

mon père enfant

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ARTICLES ME CONCERNANT
commenter cet article

commentaires

Marcel Lommier 09/07/2014 13:31

Toujours un trio difficile, un enfant seul entre deux adultes. Finement décrit et sûrement très juste.

denis billamboz 08/07/2014 01:01

Mon fils a eu 35 ans le 6 dernier !

Edmée De Xhavée 06/07/2014 10:49

Et bien entendu je me retrouve si bien dans cet hommage et même certaines des circonstances... Oui, c'est une grande chance que de découvrir ses parents alors qu'ils se retiennent moins, désirent
se livrer. On se sent souvent exclus - et on l'est: parents trop fusionnels, parents séparés, ou alors, pire, on est étouffé au milieu, noyau central hélas indispensable...

Merci pour ce beau billet

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche