Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 09:47
Mont Saint-Michel - randonnée dans les sables

1208768024_result2.jpg

 

 

Le Mont, je le connaissais bien sûr comme beaucoup d'entre vous, mais amoureuse des sables, je n'en avais pas encore fait le tour à marée basse, quand la lumière se prend dans le filets des eaux stagnantes, dans les flaques laissées là par la mer, retirée si loin et si absente, qu'elle n'ait plus, à l'horizon, qu'une ligne fluide, à peine discernable. Organisé par un ami, à l'intention d'un petit groupe amateur de randonnées, nous avons arpenté, avec un guide et durant 4 heures, les alentours du Mont Saint-Michel jusqu'au rocher de Tombelaine, immortalisé par la légende d'Hélène, qui se jeta dans le vide en apprenant la mort de son beau chevalier. Ici l'histoire s'est gravée dans la pierre et a été imaginée, rêvée, composée comme un grand poème épique dans ces étendues d'onde marine de 50.000 hectares, qui sont comme un immense respir et communiquent à chaque voyageur ou pèlerin un indicible sentiment d'intemporalité. Il faut tenter d'imaginer qu'il y a 10.000 ans, l'homme courait après le mammouth dans ce qui devait ressembler à une toundra, mélange de mousse et de lichens. Pourquoi cette Merveille, qui défie les lois de la pesanteur et même du simple savoir-faire humain, s'est-elle érigée au milieu de cette baie, sur une roche à l'accès périlleux, faisant fi de toutes les difficultés, lorsque l'on sait, qu'à l'époque, le Mont était encerclé par les eaux - et que celles-ci peuvent monter, à certains moments de l'année, à la vitesse d'un cheval au galop - mais notre guide a précisé pas d'un anglo-arabe, d'un percheron ? N'empêche que tous les éléments étaient réunis pour faire de cette édification  une bravade, comme l'homme les aime, afin de se mesurer à l'impossible.

 

Partis à 13h15, nous sommes une vingtaine pieds nus à nous engager sur l'étendue qui s'ouvre devant nos yeux d'un paysage habité par le ciel et tout d'or vêtu. Le premier kilomètre n'est pas facile car nous commençons par une zone de vase, la plus proche du Mont, extrêmement glissante, qui fait que chaque pas s'effectue à la limite du déséquilibre. Obligation d'avancer les bras un peu écartés pour assurer sa marche. Ensuite nous abordons une zone, non seulement glissante mais mouvante, qui ondule curieusement à notre passage, si bien qu'il est conseillé de laisser une distance entre nous et d'avancer régulièrement comme le montagnard le fait lors d'une ascension, afin d'éviter l'enlisement, chose toujours possible, ce que notre guide va s'empresser de nous démontrer.  Il s'immobilise un instant et, aussitôt, s'enfonce jusqu'au haut des cuisses. Les appareils de photos crépitent. Pour s'en sortir, il lève d'abord une jambe, s'agenouille, lève l'autre, s'agenouille encore - nous sommes toujours à genoux ici, dit-il avec humour, au pied de Saint Michel - et parvient à s'arracher à la succion exercée par l'eau et le sable, mais il a tout de même prévu des cordes, au cas où... La fin du trajet sera plus confortable, sauf pour la voûte plantaire mise à rude épreuve par le relief du sable bourrelé par les vagues, qui ne permet jamais au pied de reposer à plat, mais c'est si beau, la lumière y joue une symphonie si éblouissante, les oiseaux une partition si vaste, que les 4 heures de balade nous donnent l'illusion de nous être immergés dans un songe.

 

  
1275148111_1208794338_131__2___wince_.jpg

 

 

En 708, Saint Aubert, anachorète comme de nombreux moines de l'époque, à la suite de plusieurs apparitions de l'archange Michel, décide de fonder un sanctuaire qui lui sera dédié. En 711 le roi Childebert III sera le premier pèlerin à venir y prier, très vite suivi par une foule recueillie en provenance de l'Europe entière. En l'an 1000, on compte entre 10 et 20.000 pèlerins par jour et le Mont Tombe est devenu  le lieu le plus fréquenté de l'Occident chrétien. Charlemagne va d'ailleurs mettre la France sous la protection de ce viril archange, capable d'en découdre avec l'ange du mal et d'en triompher. L'importance prise par le Mont incite les bénédictins à s'y installer pour assurer une permanence spirituelle. Ce sont eux qui introduisent les troupeaux de moutons qui  pâtureront allégrement dans les herbus, mais qui ne seront utilisée ni pour leur laine ( d'assez mauvaise qualité ), ni pour leur viande ( les moines n'en mangent pas ), mais pour la fine peau des agneaux qui servira à fabriquer les parchemins avec lesquels ils confectionneront  les admirables manuscrits calligraphiés et enluminés qui sont désormais conservés au musée d'Avranches. Ce musée recèle un trésor d'environ 70 ouvrages, s'échelonnant du Xe au XVe siècle.


Durant la guerre de Cent ans, les Anglais vont occuper la France, à l'exception du Mont qu'ils ne parviendront jamais à annexer. Bien qu'une forteresse ait été bâtie sur Tombelaine, dans l'attente de l'assaut décisif, il semble que l'archange Michel se soit révélé être un protecteur hors pair, car les anglais feront chou blanc devant ce rocher invincible. A la Révolution, tout changera, les bénédictins seront obligés manu militari d'abandonner leur abbaye qui deviendra une prison, jusqu'à ce qu'elle soit réhabilitée par Napoléon III qui, à l'évidence était un homme de goût, et remise en état - car elle était en ruine, par les élèves de Viollet-le-Duc. Cette restauration, sous la surveillance du maître, comprendra la réalisation de la flèche flamboyante - qui rappelle celle de Notre-Dame - surmontée de l'archange, qui fut réalisée de 1890 à 1897 par Petitgrand, remplaçant la toiture à 4 pans de jadis.  Ces restaurations, admirablement conduites, eurent le mérite de raviver le souvenir du Mont et d'en refaire, non plus un lieu de pèlerinage, mais de tourisme avec, hélas ! le mercantilisme que cela suppose. Il est de nos jours le monument le plus visité après la tour Eiffel. Aussi est-il difficile de s'isoler un instant de la foule ( sauf en hiver et en semaine ) qui ne cesse d'y déambuler.

 

Mais sur les sables, vous ne croiserez que quelques promeneurs ou cavaliers. Vous serez assurés de n'y entendre que le sifflement du vent et le cri des oiseaux de mer, d'y marcher des heures en silence et d'y contempler le Mont sous tous ses angles, dans son éternelle beauté, ayant surmonté les outrages de l'histoire et du temps. Une petite communauté de la Fraternité de Jérusalem assure les offices et les retraites pour les quelques pèlerins d'aujourd'hui en manque de spiritualité. Ils viennent au monastère ressourcer leurs forces vives, y réapprendre le silence, le recueillement, la contemplation, la prière. De toutes parts, ils découvrent les sables à l'infini, les lignes du lointain horizon ; ils voient la mer partir et revenir, le flot s'enrouler dans sa vague, la lumière s'y mirer doublement dans le ciel et les sables et la nuit former, autour du Mont, un grand châle de ténèbres. Voilà dressé pour la postérité ce que des hommes qui n'avaient alors, pour travailler la pierre, que leurs mains et leur foi, ont su réaliser ; voilà ce qu'ils nous ont légué à force d'humilité, de patience et de courage ; voilà à l'égal des cathédrales, des abbayes, des forteresses, des châteaux, des cloîtres, l'oeuvre de leur esprit et de leur coeur qui, même réduite à l'état de ruine, sera belle à voir encore dans 5000 ans, parce que pétrie d'amour et de sagesse. Et nous, hommes et femmes du XXIe siècle, que laisserons-nous ?

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

 

SITE DU MONT, CLIQUER   ICI

 

autres articles concernant des sites exceptionnels assez proches de Paris :

 

La Vallée-aux-Loups - Chateaubriand botaniste

 

Trouville, le havre des artistes

 

La baie de Somme, royaume de la lumière et des oiseaux

 

Et pour consulter la liste des articles de la rubrique ESPRIT DES LIEUX, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique ESPRIT des LIEUX

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Mont Saint-Michel - randonnée dans les sables
Mont Saint-Michel - randonnée dans les sables

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ESPRIT des LIEUX
commenter cet article

commentaires

Georges Gillet-Yant 13/10/2016 18:08

C'est dans les sables, en effet, que l'on perçoit le vrai visage du roc, inviolable par les révolutions iconoclastes ou touristico-pélerines, admirablement conservé entre les enluminures du musée d'Avranches.

Laure Hadrien 13/10/2016 15:41

Très beau texte qui donne envie d'aller le découvrir à pied (mais avec un guide !)

Loic 08/05/2015 19:00

Un lieu magique a toutes les heures du jour. La balade sur les sables est a conseiller car le mont y apparait sous tous les angles et que c'est beau !

Thérèse 06/05/2015 14:23

Merci, chère Armelle, de me faire voyager en pensée. Que tout cela est beau. Je ne connais pas le Mt St Michel sinon par de nombreuses photos et films mais votre article me fait rêver et je voyage désormais en vase clos.

Tietie007 18/11/2013 08:24

Nous avions trouvé le Mont-Saint-Michel plus magique de l'extérieur, qu'à l'intérieur.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche