Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 08:55

Crepuscule.jpg

 

 

Une image semblable à toi

A sombré sous mes paupières.

Dis-moi qu’il existe quelque part

Une table mise, un pain

Sur lequel fut tracée une croix,

Une cruche d’eau de vie.

N’incline pas la tête, mon ami.

Que ta haute parole rende l’heure plus claire,

Nos peuples plus honorables.

 

Est-ce le sommeil qui nous gagne ?

Voilà que le fleuve Espérance s’est tari.

Nos âmes sont sèches et l’eau

De l’esprit vient à manquer.

Demain, cette terre glanée se couvrira d’ivraies.

Un chant d’adieu s’élèvera dans nos cœurs usés.

 

Quelle douleur me saisit aux cheveux,

M’attire et m’épouvante ?

Qu’elle ne soit plus ce poids

Sous l’arcade des paupières,

Qu’elle s’enlise dans la terre, me laissant sans blessure,

A jamais découverte.

 

Le temps se dévore lui-même.

On assiste au partage de l’obscur.

La parole jette son ombre lente sur la vie.

Laissons-nous couvrir de son linceul.

 

Le doute ?

On dit que Dieu y est présent plus qu’ailleurs.

La lumière s’incarne

Et vit en ses propres ténèbres.

Est-ce le même visage que le mal empruntait

Lorsque nous partagions ses couleurs ?

N’effaçons rien. Menons les ténèbres

Au plus profond des ténèbres,

Menons-nous au plus profond de nous-mêmes.

 

La tristesse a le regard blessé de la nuit.

Les bourrasques lui tordent les bras.

Me  laisseras-tu deviner

Ce qu’il y a de plus obscur en toi ?

Vie et mort boivent à la même eau.

A peine nous penchons-nous vers le sol nocturne

Qu’une voix nous interpelle,

Que l’aride lumière nous recompose.

 

Quand il sera trop tard,

Nous chanterons les lieder

Qui apaisaient notre effroi.

Nous nous blottirons au fond des chapelles

Pour ne rien entendre de ce qui s’en va.

 

Mon ami, prends mon bras.

L’indistincte patrie est loin.

Nos yeux ont bu la lumière du dedans

Et celle du dehors est pour un monde

Qui ne cesse plus de se défaire.

 

 

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE   - Extraits de « Profil de la Nuit - un itinéraire en poésie »


Autre site où trouver mes poèmes en cliquant   LA

 

Pour se procurer " Profil de la Nuit " cliquer   ICI

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ARTICLES ME CONCERNANT
commenter cet article

commentaires

Alain 23/11/2013 22:34

"Pour ne rien entendre de ce qui s’en va." ... Il suffit de vous lire chère Armelle. Ce plaisir à chaque fois renouvelé, apporte bien davantage que tout ce que vous pouvez imaginer. Merci, une fois
encore, de ces cadeaux réguliers que vous offrez dans les pages de votre blog.

Pascal 19/11/2013 13:51

Vous savez combien Agnès et moi aimons votre poésie Armelle, mais ce poème est particulièrement émouvant et il nous interpelle dans ce qu'il y a de plus essentiel.

Tania 16/11/2013 19:30

Ce petit prélude porte bien son nom, il m'a émue, Armelle. (Votre illustration d'accueil, coïncidence, annonce un prochain billet de lecture.)

Philippe LASSIRE 16/11/2013 15:12

« Petit Prélude Crépusculaire » est une poésie enracinée comme un arbre. Les poètes profonds sont faits de cette eau-là, comme l’encre d’une vision plongeant ses racines simultanément dans le ciel
et la terre. Ils accompagnent leurs lecteurs tout au long du fleuve. Dans les eaux d’une poésie/harmonie.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche