Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 10:15

Tree-of-Life52-1024x524.png

 

Ton ombre est restée prisonnière des saules

dans la nuit musicale où les ténèbres parlent à mon oreille.

Le temps a mis en gerbes ses moissons

disjoint les pierres qui jaunissent au soleil.

Tout avait commencé, ainsi tout va finir,

le vent comme la pluie scelleront en nos mémoires de tragiques espoirs.

Nous saurons un matin nous éveiller ensemble,

sans rien attendre de l'empire des songes,

nous tisserons notre destin qui nous fera aigle ou colombe.

 
(...)

 

D'un élan, tu es autre, loin de la maison pieuse,

loin de la lampe qui cristallise les objets.

Victimes d'un long oubli,

nous demeurons égaux dans le sommeil,

nous devinons nos visages qu'un souffle disperse et efface.

Autrefois, tu éprouvas la plénitude des choses,

tu sus te souvenir de ce qui ne fut pas.

La tension abolit la distance,

la forêt prend mesure de l'arbre,

nos pas ajustent le chemin.

De part en part, se situent les terres où le visible nous condamne.

 

(...)

 

Quelle clarté nocturne s'est aventurée dans tes yeux,

alors que je te contemple, que l'ombre te redessine,

que peut-être je t'invente, que sans doute je te fais roi ?

Car nous régnerons, nous qui avons épousé la jeunesse de l'eau.

Nous régnerons dans l'immobile noyau de notre songe.

Probablement est-ce là que les choses cesseront d'être mortelles,

que l'éternité prendra feu, que ta royauté me fera reine.

 

(...)

 

Ici, nous avons cru la nuit définitive,

peuplée de grands ducs et de dames blanches.

Crois-moi si je te rappelle que l'enfance

a le goût des cerises et des pommes sures.

Crois-moi si je t'évoque le parc empli de mystères

où s'empannent les ailes des oiseaux nocturnes.

La demeure resplendit comme une châsse

au bout de la nef d'arbres centenaires,

un peuple de fantômes s'y ébat

à la lueur mourante des chandelles.

Entends le bruit de leurs bottines

qui claquent sur les dalles de marbre noir !

Non, nous ne pouvons plus vivre ici,

trop obsédante est l'attentive sollicitude des branches,

le frémissement des trembles alors que passe l'étranger.

Et puis, au large de la plaine, le ciel a la couleur de l'ambre.

 

(...)

 

Ne dis rien. Préservons ensemble le temps qui dort,

tenons à l'abri la songeuse espérance.

Au-dehors, laissons le bruit battre à la vitre,

l'horloge égrener son chant funèbre,

écoutons le râle de la mer et les vents venus d'ailleurs

nous bercer de la complainte des lointaines terres.

 

Regarde-moi, dans ce demi-jour ou cette demi-nuit

me chauffer au feu qui décline,

me taire pour te mieux entendre,

pour te mieux connaître me recueillir dans ton absence.

Tout en moi se fait l'écho de toi.

C'est une vibration intime qui s'exaspère,

un prolongement irrésistible ; de l'un à l'autre vers ce qui recule et s'espère.

 

Deviner ton pas quand tu viens,

quand tu pars le supporter qui s'éloigne,

à chaque instant te découvrir,

te rejoindre en chaque pensée,

dans l'aube qui se défroisse,

ô songeuse espérance,

ne point laisser place à l'angoisse.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE     ( Extraits de "Profil de la Nuit " )

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique LITTERATURE

 

 

 27179520 6603118

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Paulot 24/01/2014 19:24

Merci ARMELLE pour ce merveilleux poème et sa belle profondeur.

Un vrai régal.

A mettre dans les favoris.


Amitiés

Paulot

RoideCoeur 27/09/2013 14:37

Texte magnifique en partage car insufisamment lu à mon sens...
Merci de nous l'avoir offert ici ce qui démontre qu'il y a de très belles choses pour ceux qui se donne la peine de chercher

Amicales pensées du Roidecoeur

Alain 27/12/2012 18:35

C'est magnifique Armelle. À la lecture de ces vers des émotions reviennent et votre don de l'écriture les rend encore plus précieuses.

Maxime 21/12/2012 11:09

Des poèmes limpides, lumineux et qui forment des images immédiates.

Adèle Girard 08/04/2012 17:30

Quel beau poème! Il peut aussi s'appliquer lorsque l'un des époux change et entre dans un monde où on a pas de place.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche