Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 09:48

depestre_gyssels.jpg

 

 

Haïti  possède des peintres et poètes de tout première grandeur. Si l’île est pauvre  sur le plan des richesses matérielles, elle est riche d’une culture qui a dessiné son visage, un visage unique dans la mer Caraïbe. Ainsi René Depestre est-il de ceux qui donnent chaque jour à leur terre ravagée de douleur ses lettres de noblesse. Son univers associe, à la manière antillaise, l’engagement et le lyrisme, la sensualité et la colère.


Les poèmes d’un érotisme heureux, presque extasié, qui composent la partie centrale de son recueil  « Odes au réel merveilleux féminin », sont encadrés par deux mouvements aux tonalités plus graves où se côtoient une réflexion sur l’Histoire et l’évocation d’un monde en constante mutation. Les poèmes consacrés au « chaos haïtien » et aux intempéries qui ont frappé le sud de la France, à l’éclipse du 11 août 1999 ou à la destruction des tours du World Trade Center enracinent cette réflexion dans le terreau de notre quotidienneté.


« Non-assistance à poètes en danger » peut être considérée comme le testament poétique de René Depestre. À l’heure des bilans, il ne se contente pas de rendre hommage aux écrivains qui ont jalonné son itinéraire poétique (Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Pablo Neruda) ; avec la verve qui est la sienne, il formule également ses «dernières volontés» et s’alarme du sort fait à la poésie dans un monde soumis à la rage consumériste.

 

Né à Jacmel, au sud-ouest d’Haïti, en 1926, son enfance est marquée par la mort de son père, de graves soucis matériels et l’émerveillement que lui inspirent la mer, la nature et le surréalisme mystique de la vie en Haïti. À dix-neuf ans, il publie « Étincelles », son premier recueil, qui lui vaut un succès immédiat et lui permet de rencontrer de grands intellectuels, parmi lesquels André Breton et Aimé Césaire. Il publie aussi plusieurs romans, obtient le prix Goncourt de la nouvelle en 1982, puis le prix Renaudot en 1988 pour « Hadriana de tous les rêves », ainsi que de nombreuses distinctions dans le domaine de la poésie, dont le prix Apollinaire pour son « Anthologie personnelle » parue aux Éditions Actes Sud en 1993. L’écrivain-poète vit aujourd’hui à Lézignan-Corbières, petit village de l’Aude, où il poursuit son oeuvre poétique auprès de sa seconde épouse, d’origine cubaine. A travers ses ouvrages, René Depestre apparait comme le chantre d’un merveilleux incarné, le témoin d’une enfance de coeur qui le réconcilie définitivement avec le monde et les hommes, et l’artisan éclairé d’un verbe incandescent qui ne se départit jamais de sa lucidité. Il use d’une langue foisonnante où il mêle mythes et souvenirs des Caraïbes, langue qu’il façonne à sa manière comme il le revendique dans « Libre éloge de la langue française » : « De temps à autre, il est bon et juste / de conduire à la rivière / la langue française / et de lui frotter le corps / avec les herbes parfumées / qui poussent bien en amont / de nos vertiges d’ancien nègre marron ».


Près de quarante ans nous séparent


loin de mes racines j’ai su


tous les malheurs qui t’attendaient


j’ai été malade de tous les fléaux


qui te guettaient dans l’ombre


ils étaient derrière ma porte avant


de porter la hache au bois de ta santé


Hazel et Flora ont dévasté mes jardins bien


avant leur folle équipée dans ton ciel.


Mon âme s’est ensablée longtemps avant ton port


tout un courant d’espoir s’est tu en moi des lunes


avant que ta rivière eût cessé de chanter


chaque jour un facteur invisible m’apporte


les mauvaises nouvelles de la goyave


de la mangue de l’oiseau-charpentier du café


et surtout de l’homme-néant de mon coin natal


le cheval le plus désolé de ma poésie s’appelle Jacmel.

 


Ce n’est pas encore l’aube dans la maison


La nostalgie est couchée à mes côtés.


Elle dort, elle reprend des forces,


ça fatigue beaucoup la compagnie


D’un nègre rebelle et romantique.


Elle a quinze ans, ou mille ans,


Ou elle vient seulement de naître


Et c’est son premier sommeil


Sous le même toit que mon coeur.

 

La peine des hommes – Extraits de  LA RAGE DE VIVRE



Mon avenir sur ton visage est dessiné comme des nervures sur une feuille,


Ta bouche quand tu ris est ciselée dans l’épaisseur d’une flamme,


La douceur luit dans tes yeux comme une goutte d’eau dans la fourrure d’une vivante zibeline,


La houle ensemence ton corps et telle une cloche ta frénésie à toute volée résonne à travers ton sang,


Comme tous les fleuves abandonnent leurs lits pour le fond de sable de ta beauté,


Comme des caravanes d’hirondelles regagnent tous les ans la clémence de ton méridien,


En toute saison je me cantonne dans l’invariable journée de ta chair,


Je suis sur cette terre pour être à l’infini brisé et reconstruit par la violence de tes flots,


Ton délice à chaque instant me recrée tel un coeur ses battements,


Ton amour découpe ma vie comme un grand feu de bois à l’horizon illimité des hommes.

 

( extraits de  MINERAI NOIR )

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter l'article que j'ai consacré à l'île de Haïti, cliquer sur son titre :


Haïti, un destin singulier

 

Et pour prendre connaissance de la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer sur le lien ci-dessous :


Liste des articles de la rubrique LITTERATURE

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Philippe Lévi 03/02/2015 00:57

merci pour votre blog.
je suis en train de réviser un travail d'un étudiant brésilien sur R. Depestre et il cite le poème sur Jacmel. Dans ce poème il y a le vers suivant: "de porter la hache au bois de ta santé" ... avez-vous une idée de comment l'interpréter?
merci de votre attention
Philippe

denis billamboz 01/03/2014 22:06

Excellent auteur qui m'a transporté lors de la lecture d'(Hadriana de tous mes rêves).

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche