Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 09:22

RIENG.jpg manteaux6_dh1.jpg

 

 

Je connais Philipe Annocque, je l’ai déjà rencontré, c’est une excellente plume, un écrivain encore trop  méconnu mais qui commence à faire sa place surtout dans les milieux littéraires  français. Ce livre est une réédition d’un ouvrage paru au début de sa carrière, il vous donnera une première idée du talent de cet auteur.

 

 

Rien (qu’une histoire de regard)

Philippe Annocque (1963 - ….)

 

 

Avec ce texte composé de courts chapitres, Philippe Annocque décrit des instants de la vie d’un jeune homme qui essaie de pénétrer le monde des adultes à travers les filles qu’il rencontre en sillonnant Paris et sa banlieue à bord du RER ou du métro, en une sorte de road movie jalonné de stations qui pourraient porter le nom de ces jeunes filles qu’il courtise - ou qui plus souvent le courtisent – sans grand succès. En lisant ces lignes, j’ai senti monter à ma mémoire des impressions que j’avais eues en lisant « L’attrape-cœur » mais, ma mémoire étant de moins en moins fidèle, ce n’est peut-être qu’une vague impression. Pourtant cette quête de l’identité sexuelle, de l’accomplissement sexuel, de son moi intérieur, celui que les autres ne connaissent pas et de l’image que les autres se font de lui, constituent bien un rituel initiatique conduisant ce jeune homme vers l’adulte qu’il devient, qu’il ne connait pas et ne comprend pas encore. « Un instant, il se demande s’il est vraiment hors du commun ».

 


Ce « Rien » c’est peut-être l’impuissance devant les filles qui essaient de le séduire, l’échec de sa tentative pour monter une pièce de théâtre, l’incapacité de conserver ses amis : des échecs récurrents mais peut-être des passages obligés avant de connaître la réussite. Il comprend finalement qu’il n’est peut-être qu’un solitaire qui trouvera le succès au bout de sa démarche personnelle. « Après tout c’est tellement plus agréable de marcher seul, à son propre rythme de décider seul de ses pauses, de ses accélérations ; c’est le seul moyen de savoir vraiment ce qui se passe en soi ».

 

Ce texte c’est  aussi le doute, l’incertitude, que Philippe Annocque affectionne, il n’affirme jamais, il propose, suggère, avance, …, il semble ne pas savoir, supposer seulement ce qui est, ce qui pourrait être, ce qui va advenir : la vie qui oscille entre réalité et rêve. La certitude n’est pas son monde, il se cantonne dans les questions. Un questionnement sans fausse pudeur, traité avec finesse et délicatesse, pour évoquer l’homme qui découvre la vie et les obstacles qu’elle lui propose. Une interrogation sur la nature humaine, sur le moi que l’on est en train de devenir. « … C’était une des premières fois qu’il constatait à quel point l’image que l’on pouvait avoir de lui était différente, pouvait être différente de celle qu’il avait de lui-même ;… »

 


Pour moi, un texte à l’image du héros et du narrateur, et de l’auteur sans doute ? Un texte intellectuel plus qu’affectif, un texte qui voudrait tout expliquer sans jamais laisser le héros glisser sur le toboggan de ses sentiments, un texte très écrit, travaillé, serré, qui ne laisse aucune place à la fantaisie et qui ne concède qu’un maigre espace à la critique ; l’auteur à tout prévu : « Il se plaît à évoquer l’ignorance de ses futurs lecteurs et à imaginer leurs supputations, il les sent s’organiser en un vaste public qui peu à peu mérite le nom de postérité ».

 


Mais comme dans ce « Rien » il y a tout ou presque on ne peut que se fier à cette citation de Fritz Zorn que je viens de lire dans « Le passage à l’acte » d’André Stas : « Le rien est toujours parfait », alors…

 

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

denis billamboz 08/12/2014 13:09

Merci Sandrine, Philippe est un auteur reconnu, il a déjà une belle bibliographie derrière lui, c'est un auteur très exigeant qui n'accepte aucune compromission. Je crois qu'il aimera ton
commentaire et je suis sûr que tu prendras plaisir à lire ses livres.

Sandrine L. 08/12/2014 10:36

Il est vrai que la période de "jeune adulte" est un apprentissage en forme de montagnes russes, d'expérimentations et de questionnements existentiels. Une période de la vie infiniment riche, même
si elle passe à toute volée.
J'aime beaucoup l'idée de "road movie" sur la ligne de RER avec les jeunes femmes comme des stations, des étapes.
Un livre qui donne envie.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche