Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 09:23

P1080132.JPG   Photos Yves Barguillet

 


Une journée entière, ce n'est pas de trop pour  faire le tour extérieur parmi les vignes puis pour flâner à l'intérieur de Riquewihr, le village le plus visité de la route des vins. Il est vrai que c'est un bijou et que l'on ne peut que s'émerveiller des magnifiques maisons qui bordent la rue centrale et les ruelles nombreuses distribuées en étoile, ainsi la maison Jung-Selig qui date de 1561 et la maison Dissler de 1610, la première remarquable par sa haute et large façade animée par un beau colombage, la seconde illustrant le goût et le raffinement de la bourgeoisie de l'époque. Comment ne pas être enclin à s'attarder à Riquewihr qui semble concentrer à lui seul ce que l'art médiéval a réalisé de plus accompli, de plus séduisant et ce que l'Alsace offre de plus raffiné, ainsi sa boutique "Féerie de Noël" où l'on trouve tous les objets qui sont sensés faire de cette fête un souvenir lumineux et captivant. On imagine ce que doivent être les marchés de Noël que je me suis promise de visiter un jour. Une autre boutique, consacrée à la verrerie d'art pratiquée ici avec un savoir-faire incomparable, présente des objets dignes de celles de Baccarat, dont des chevaux en action, des coupes à fruits et des flacons à parfum absolument admirables.

 

P1080093.JPG

 

En flânant au gré des rues, on est frappé par l'harmonie qui se dégage des maisons. Si l'oeil ne se lasse pas,  c'est qu'aucune d'entre elles n'est semblable. Rarement mitoyennes, elles ont leur propre orientation, d'où le tracé sinueux des rues. Leurs couleurs forment un somptueux patchwork et ressortent gaiement sur les colombages en bois sombre. Le crépi blanc ou gris de jadis a été remplacé par des teintes vives, les bleu, vert, rouge ou ocre. Quant aux toits à forte pente, ils sont couverts de tuiles plates au rebord arrondi, tandis que des auvents protègent les murs et que les volets et les galeries en bois sculpté, partout fleuris de géraniums, donnent un air de fête aux façades. Rien n'est moins triste qu'un village alsacien.

 

Riquewihr est mentionné pour la première fois en 1049 sous le nom de "Richovilar". Au XIIe siècle, il appartient aux comtes d'Eguisheim, puis passe aux mains des comtes de Horbourg qui l'entourent de fortifications et lui confèrent le statut de "ville". Par la suite, celui qui est devenu ville, sera vendu aux Wurtemberg qui en resteront les seigneurs jusqu'à la Révolution. En 1520 est créée la corporation des vignerons qui va rendre la petite ville florissante et lui permettre de se développer avec de nouvelles fortifications : une Porte supérieure munie d'un pont-levis, des tours  et des beffrois. Le comte Georges de Wurtemberg et sa femme, qui s'y plaisaient beaucoup, démoliront le vieux château pour une demeure plus aimable qui devint la résidence principale de la comtesse. Elle sera achevée en 1540 et entourée de bâtiments annexes, chancellerie et écuries. Après la Révolution, convertie en école, elle l'est toujours. 

 

P1080107.JPG P1080066.JPG

 

Si le village surprend par son étonnant état de conservation, c'est que Riquewihr a su résister aux envahisseurs, a eu la chance de passer à travers les guerres et destructions et veille à son bon entretien malgré ses deux millions de visiteurs annuels. Ainsi a-t-il gardé intacte son harmonie architecturale, expression de la splendeur propre au XVIe siècle dont il est le vigilant gardien. Oui, le village allie de multiples séductions et son renom n'est nullement usurpé, surtout si l'on ajoute à son patrimoine architectural celui de ses vins. Blotti  au pied des collines coiffées de ruines médiévales, une mer de ceps, tout en courbes  ondoyantes, s'étire autour de lui et l'enveloppe de sa verdure. Une recherche constante de qualité a eu pour résultat que les trois-quart des vins blancs proviennent d'Alsace. Cette région offre ainsi l'occasion unique de s'initier, dans une joyeuse ambiance, à quelques-unes des innombrables variétés de la vigne.


P1080118.JPG P1080094.JPG

 

Par chance, la journée que nous consacrons à Riquewihr est un dimanche et nous allons avoir l'opportunité d'assister à un concert de musiciens jouant du cor des Alpes. De ces instruments, posés à même le sol, s'élèvent des sonorités diverses, de curieuses variations semblables à des appels qui évoquent les forêts profondes ou les lieux d'altitude et nous plongent davantage encore dans le passé. C'est qu'en Alsace, tout est occasion à faire la fête. Pas plus l'hiver que l'été, la vie n'y est morose. Les festivités se succèdent et garantissent l'immuable bonne humeur de la population. Autrefois, c'étaient surtout les pèlerinages, les processions et les fêtes patronales. Ainsi le pèlerinage de sainte Odile, la patronne de l'Alsace, reste  très fréquenté. D'autres fêtes, d'origine médiévale, rappellent un miracle légendaire lié à la fondation d'une ville. A Thann, le 30 juin, on commémore les prodige des Trois Sapins, à Ribeauvillé a lieu la fête des Ménétriers, de même qu'à Pâques le lièvre vient "pondre" dans les jardins des oeufs de toutes les couleurs. Oui, vous avez bien lu...le lièvre et non la poule. Sacré Alsaciens !  Lors de la fête d'un village, aux mariages, sur le faîte des constructions neuves, mais aussi les jours d'élection, on plante "un arbre de mai" enrubanné. A cela s'ajoutent les fêtes gastronomiques comme celle de la choucroute à Colmar ou la foire-kermesse de Wissembourg. Une région qui unit charme et plaisir et que vous aspirez à revoir très vite.

 

 Pour consulter les articles consacrés à l'Alsace, cliquer sur leurs titres :

 

Strasbourg, la belle européenne        Alsace : la route des vins    

 

Colmar, la petite Venise d'Alsace

 

 P1080126.JPG P1080121.JPG

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ESPRIT des LIEUX
commenter cet article

commentaires

Harry Roy 21/12/2013 17:28

Ca me rappelle notre séjour en l'Alsace en 2012. Nous avons vu Molsheim, Séléstat, Colmar, et bien sur Strasbourg. Il me semble, en lisant votre article, que Molsheim se ressemble à Riquewihr.
C'était notre premier voyage en l'Alsace, très intéressant!

Armelle 25/10/2012 20:30

Merci à tous deux. Oui, ce voyage m'a enthousiasmée. Tout est beau en Alsace et les gens sont accueillants. Comme vous Tania, j'ai apprécié les heures du soir et du matin lorsque la lumière se
levait ou se couchait sur les vignes.

Tania 25/10/2012 16:26

Votre billet ravive les souvenirs d'un petit séjour à Riquewihr qui vaut vraiment le voyage, vous avez raison. Je me souviens du calme qui venait le soir, après le départ des visiteurs, et de la
paix du matin, avant leur arrivée. Il suffisait d'ailleurs de quitter la rue principale pour se sentir vraiment dans un village, au milieu des vignes.

Alain 24/10/2012 15:52

À vous lire j'ai l'impression que cette région est encore plus belle que tout ce que l'on a pu m'en dire ou tout ce que j'ai lu auparavant. Quel beau style est le vôtre pour ce généreux partage.
L'envie de découvrir cette région va devenir un besoin. Une belle perspective que j'aimerais bien voir aboutir.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche