Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 09:04

bert_s-inventer-un-autre-jour.jpg

 

 

Pour changer un peu, je vous propose cette semaine un texte issu d’une collection de livres érotiques mais ce recueil de nouvelles est plus morbide qu’érotique et certainement moins pornographique que ce que nous voyons régulièrement à la télévision. Il nous raconte seulement, un peu crûment, que les désirs et les fantasmes ne sont le seul lot des Aphrodite et des Adonis mais que tous y ont droit même les moins bien lotis.


 


S’inventer un autre jour

Anne Bert ( ?... - ….)



« Elle aimait Mozart et les Beatles », non, non, je me trompe de love story, elle aimait un acteur et les beaux textes, surtout sa façon de réciter ces beaux textes, mais elle perd, suite à un accident, la possibilité d’atteindre l’orgasme et se venge cruellement sur le responsable de cet handicap. Tom a été abusé par sa tante, il en a gardé un profond dégoût pour les femmes sauf celles qui se décomposent à l’approche de la mort et qu’il accompagne dans leur dernier souffle. L’homme-chien a tout perdu, il vit avec son chien, en marge, il refuse même les avances d’une bourgeoise qui veut vivre avec lui son fantasme d’étreindre un SDF. Madame devient veuve mais ne peut se séparer de son mari, elle se donne à un autre sur sa tombe pour perpétuer leurs gestes d’amour. Accro à l’image d’une rue qu’une fille transmet chaque matin sur son blog avec un petit message, il découvre avec surprise que cette femme virtuelle aurait pu être plus réelle pour lui. Odile tombe dans les rets d’un voyeur en cédant à ses exigences et y prend un réel plaisir. Dans ces six nouvelles Anne Bert met en scène des personnages qui ne considèrent pas leur sexualité comme la majorité des femmes et des hommes, mais vivent leur handicap en  marge, préférant la morbidité, la nécrophilie, le fétichisme ou la virtualité, bien que tous aient des désirs, des fantasmes, des envies sexuelles comme la majorité des êtres humains. Le fil rouge qui relie ces histoires, plus morbides qu’érotiques, est ce besoin qu’ont les handicapés, paumés, déviants (ou présentés comme) d’avoir et de vivre une sexualité même si elle est différente de celle des autres.


Ces textes pourraient figurer dans le catalogue n’importe quel éditeur, ils ne sont jamais indécents, seulement durs, cruels, charnels, sensuels, ils disent des mondes que nous n’aimons pas voir, pas regarder, le monde de la marginalité et de la différence qui choque nos penchants bien pensants. Le talent d’Anne Bert lui permet de nous emmener au fond d’histoires difficilement supportables mais tellement réelles, des histoires comme les médias en relatent quotidiennement. Son écriture fluide, forte, violente quand il le faut, sensuelle si c’est nécessaire, lui permet d’explorer les mondes les plus glauques sans jamais sombrer dans la sordidité, ni la répugnance. Elle nous montre seulement que la sexualité est une fonction charnelle, physiologique, psychique et finalement vitale qui ne concerne pas que les starlettes et les bellâtres dénudés qui s’exhibent dans les magazines ou sur la Toile mais tout le monde, les moches, les handicapés, les malades, les pauvres, … et que les fantasmes peuvent planter leurs racines là où on ne l’aurait jamais cru. Les phéromones peuvent entraîner dans leur danse endiablée, comme dans un ballet de Walpurgis, les êtres sexués sans aucune préférence, l’amour est pour tout le monde même si certains disent le contraire et en font même une religion.


Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

denis billamboz 16/02/2014 11:02

Salut Passcal,

Je ne pense pas que ce livre soit approprié pour ta belle-mère même s'il n'est nullement pornographique, il évoque seulement avec une certaine pudeur mais avec réalisme tout de même des situations
extrêmes. Les fantasmes évoqués ne sont pas forcément recommandables mais sommes nous sûrs d'avoir toujours des fantasmes respectables ? D'ailleurs cette notion n'existe pas au domaine des
fantasme. Gardons bien les nôtres au tréfonds de notre intimité pour ne pas les perdre.

denis billamboz 16/02/2014 10:57

Eh oui Marcelle c'est triste, les pauvres sont encore souvent considérés comme les malades de la société avec tout ce que cela implique comme conséquences.

Pascal 12/02/2014 12:48

Salut Denis,
Je ne suis pas sûr d'avoir très envie de lire ce livre mais je vois que tu as des centres de lecture divers et variés, sans aucune oeillère et je t'en félicite. C'est la nécrophilie qui m'apparaît
assez malsaine,pour le reste si chacun reste discret on ne peut empêcher personne d'avoir les fantasmes qu'il veut.
Tout de même je ne l'achèterai pas pour ma belle-mère bien qu'elle soit très tolérante et pleine d'humour.

Pâques 10/02/2014 20:32

Mais oui, l'amour est pour tout le monde !
Je comprend la difficulté pour les handicapés, les malades, les moches mais ... les pauvres???

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche