Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 08:59

getblob 2 27

 

On l'attendait depuis longtemps dans la prestigieuse collection qui, mieux que les académies, sélectionne les têtes de pont de la littérature internationale. L'auteur de "La confusion des sentiments", de "Lettre d'une inconnue" ou de "Joueur d'échec" le méritait mieux que personne pour l'ampleur et la diversité de son oeuvre, la profondeur de sa réflexion, la fluidité de son style.


Né le 28 novembre 1881 à Vienne dans une famille de riches industriels israélites, le jeune Stefan préfère la lecture au jeu et fait preuve, dès son âge le plus tendre, d'une austérité naturelle et de peu de goût pour le grand monde et les plaisirs futiles. Elève moyen, il s'intéresse principalement à tout ce qui touche à l'art et à la philosophie. Il écrira à cette époque : "Le seul moment heureux que je doive à l'école, ce fut le jour où je laissai retomber pour toujours sa porte derrière moi." Très vite il s'enthousiasme pour la poésie et lit avec passion Rainer Maria Rilke, de six ans son aîné. Puis, ce sera la découverte de la vie de café où il peut discuter pendant des heures avec ses amis, jouer aux échecs, lire les journaux et les revues culturelles que les cafés répartissent sur des tables à la disposition de la clientèle. Lui-même a commencé à rédiger des poèmes qui seront publiés dans des revues comme Die Zukunfr ( l'Avenir ). Reçu au baccalauréat, il quitte l'appartement familial pour emménager dans une chambre d'étudiant où la vie qu'il se prépare à mener conviendra mieux à sa nature que la cage dorée où il se sentait prisonnier de tout un arsenal de principes, et s'inscrit à l'université de philosophie. Mais, plutôt que de suivre ponctuellement les cours, il préfère se consacrer à l'écriture et, dès 1901, a déjà écrit trois ou quatre cents poèmes dont il fera une sévère sélection pour n'en retenir qu'une soixantaine publiés sous le titre "Les cordes d'argent". Cette même année, il fait paraître également sa première nouvelle "Dans la neige" (Im Schnee ) qui conte l'histoire d'une communauté juive livrée aux brimades d'une horde de flagellants comme s'il voyait déjà se profiler les heures sombres du nazisme... 


En 1902, Zweig rencontre à Paris Emile Verhaeren qui lui transmet le goût des " forces tumultueuses" et dont il deviendra le traducteur et le biographe. De même qu'il écrira une préface de quinze pages pour l'oeuvre de Verlaine aux éditions Schuester und Loeffler. A Berlin où il réside un moment, il fait la connaissance des poèmes maudits, s'initie à la vie de bohème, se passionne pour les romans de Dostoïevski et la peinture de Munch. Rentré à Vienne, il soutient sa thèse sur Hippolyte Taine et est reçu docteur en philosophie au grand soulagement de ses parents. Désormais Zweig va consacrer sa vie aux voyages et à son travail d'écrivain, visitant Prague, la Sardaigne, Rome, la Corse, Ceylan, Calcutta, Rangoon, publiant des pièces de théâtre comme "Thersite" et "La maison au bord de la mer", jusqu'à ce que la guerre de 14/18 provoque chez lui un véritable traumatisme. Il comprend qu'elle amorce la fin d'un monde et des valeurs auxquelles il était attaché. C'est d'ailleurs à ce naufrage qu'il fera allusion dans la plupart de ses nouvelles et romans qui ne cessent plus de se succéder.


En 1922, il publie sa première biographie "Marie-Antoinette", une oeuvre remarquable et une analyse d'une finesse et d'une acuité rares sur les personnages de l'époque et les vicissitudes du pouvoir et s'installe à Londres en 1934, sentant peser sur les juifs les menaces du IIIe Reich. Ses ouvrages n'ont-ils pas été brûlés à Munich et dans d'autres villes allemandes, sombre présage. Bientôt, l'invasion de l'Autriche et son annexion par l'Allemagne hitlérienne le dissuadent d'y retourner et c'est en Angleterre qu'il publie successivement les biographies de Marie Stuart, d'Erasme, de Magellan, son "Castellion contre Calvin" et un roman "La pitié dangereuse", devenant citoyen britannique peu de temps après son installation. En secondes noces, il a épousé sa secrétaire Lotte Altmann qui ne le quittera plus.


En 1941, l'Angleterre étant entrée en guerre contre l'Allemagne, il la quitte, réside quelques mois à New-York et s'envole définitivement pour le Brésil dans l'espoir d'y trouver la tranquillité de l'esprit. Mais ce serait mal le connaître. Le désespoir n'a cessé de le ronger et, après avoir rédigé son autobiographie "Le monde d'hier", il quitte à jamais le monde présent qui a tout pour le désespérer. Avec sa femme, il se suicide le 22 février 1942 après avoir écrit un message d'adieu qui se termine par cette phrase : " Je salue tous mes amis. Puissent-ils voir encore l'aurore après la longue nuit ! "


Pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer sur le lien ci-dessous :


Liste des articles de la rubrique LITTERATURE

 

shapeimage_2.jpg

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Missycornish 17/06/2013 11:48

Bonjour Armelle!

J'aime beaucoup Stefan Zweig, je collectionne ses oeuvres en poche (j'ai de très jolies éditions roses). Et je ne me lasse pas de le lire. J'essaie toujours de ne pas les lire vite pour mieux les
apprécier car j'ai peur de finir trop vite l'exploration de son univers.

Son histoire me fascine bien qu'elle reste dérangeante. C'était vraiment un homme inscroyable, j'ai lu récemment une bande-dessinée sur la fin de sa vie, son suicide avec sa seconde épouse Lotte.
C'était bouleversant. Je me suis prévu un planning de lectures pour l'Eté et bien sûr je compte lire un titre de Zweig: La pitié dangereuse. J'ai encore Marie-Antoinette à lire mais cela sera pour
les prochaines vacances. Il faut que je chronique d'abord tous les derniers romans que j'ai lus.

A très bientôt

Amitiés

A.

Ciné Alain 05/05/2013 21:41

Étrange. Un couple d'amis m'a demandé ce que j'aimerais pour mon anniversaire. Ma réponse, c'est votre article ! Que du bonheur dans la lecture de cet extraordinaire écrivain.

Thérèse 04/05/2013 17:41

Un de mes écrivains préférés et un biographe hors pair. Contente qu'il ait les honneurs de la Pléiade.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche