Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 09:56

Teixeira-De-Sousa-Henrique-Un-Domaine-Au-Cap-Vert-Livre-895

 

 

Pour reprendre mes bonnes habitudes vagabondes, je vous emmène cette semaine dans l’archipel des Iles du Cap-vert à travers un livre que j’ai déniché dans l’excellente « Librairie portugaise et brésilienne » du Quartier Latin à Paris. C’est un peu Karen Blixen évadée sur la côte ouest de l’Afrique mais Teixeira de Sousa n’a pas le talent de la célèbre auteure danoise.

 

 

Un domaine au Cap-vert

Henrique Teixieira de Sousa (1919 – 2006)

 


 

Ce texte un peu répétitif, souvent redondant, qui peut paraître lent et long, incarne bien le rythme de la vie sur l’île de Fogo dans l’archipel du Cap-Vert où, au moment où se déroule l’histoire de ce domaine, la nonchalance et la résignation étaient souvent les meilleures armes à opposer aux difficultés de toutes sortes que la population devait affronter. Cette histoire est la chronique de la décadence et de la déchéance d’une famille blanche, qui symbolise l’ensemble de la population de l’île, obligée de transmettre morceau par morceau son patrimoine ancestral afin de financer l’installation de ses descendants hors de l’île ou pour que d’autres continuent à y vivre, mais  plus modestement.


Deux ans après l’éruption du volcan le 12 juin 1951, Eusebio enterre sa mère et prépare le partage de l’héritage familial, maisons, plantations de café et autres terres, entre ses sœurs, son frère et lui-même. Après ce partage, il abandonnera son commerce trop concurrencé par ceux des nouveaux commerçants mulâtres et se retirera à la campagne sur la propriété qu’il espère obtenir.


Quand les Blancs ont débarqué, l’archipel du Cap-Vert n’était pas peuplé mais ils ont rapidement amené des esclaves noirs pour cultiver leurs plantations. Des esclaves qu’ils ont traités durement, à l’exemple du fondateur de la famille d’Eusebio qui était particulièrement sévère avec les siens. Mais les relations entre ces deux populations se sont progressivement assouplies et les mulâtres ont peu à peu prospéré, même si la différence entre les deux communautés est restée assez sensible. Le cousin d’Eusebio ne peut pas supporter l’idée qu’un médecin noir, aussi bon soit-il, puisse courtiser sa fille qui risque de rester sans prétendant. « A partir du moment où l’on a accepté les mélanges dans la société, où les gens des grandes propriétés se sont alliés à ceux qui vivaient dans des cases, tout a commencé à aller de travers ». Teixeira de Sousa a écrit la chronique de cette population blanche amollie par la consanguinité, confinée sur un territoire exigu et éloigné de tout, qui voit son pouvoir progressivement passer dans les mains des mulâtres plus dynamiques, plus entreprenants, plus ouverts aux idées et techniques nouvelles et plus aptes à gérer et à assurer les changements nécessaires dans cette île restée trop longtemps repliée sur elle-même, figée dans les structures sociales ancestrales instituées par les ancêtres des colons blancs.


Ce texte est aussi une excellente présentation de l’île de Fogo, de sa géographie, de son milieu, de sa son histoire, de sa vie sociale et de toutes les difficultés que rencontre la population sur ce territoire isolé, abandonné par ses élites et oublié par la métropole. « Ce sont les sécheresses cycliques, la plaie des sauterelles, le vent d’est, la mer qui nous entoure et parfois nous engloutit, l’isolement, l’abandon, …. »Fogo vit au rythme de ces calamités et elle n’est qu’une des îles de l’archipel, elle n’est pas la principale. Dans de telles conditions, les enfants des propriétaires blancs préfèrent quitter l’île pour étudier au Portugal ou travailler sur le continent, en Afrique ou en Amérique principalement. Lui, Eusebio, il ne veut pas déserter, il veut maintenir la tradition des familles patriciennes, propriétaires qui ont un devoir envers l’île et sa population. « Les Blancs formaient une élite qui ne pouvait pas disparaître. Ils ne pouvaient pas renoncer à leur position ni à leurs responsabilités sociales et morales à l’égard des gens humbles ».


 « Peu à peu la classe supérieure disparaissait pour laisser place aux mulâtres et à leur ignorance et leur vulgarité. La société de Fogo se transformait peu à peu en un ragoût immangeable ». Et l’auteur a déposé ce texte chez son éditeur, la veille du déclenchement de la Révolution des Œillets, la veille d’un autre changement…

 

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS


 


Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche