Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 09:02
Les liens du sang de Errol Henrot

François aime les animaux mais son père est tueur aux abattoirs de la petite ville et il doit bientôt assurer la succession. Un drame cruel, un piège dont il faudra bien qu’il sorte d’une façon ou d’une autre. Peut-être que la poésie l’aidera ?

 

Les liens du sang

Errol Henrot (1982 - ….)

 

Jeune garçon dans une petite ville de province, François vit mal, il est n’est pas à l’aise dans sa famille et en conflit permanent avec son père, tueur dans un abattoir. Quant à sa mère, il la juge trop passive, soumise à cet homme brutal. A l’école, il est le souffre-douleur de ses camarades et, en définitive, n'est heureux que dans la nature, au contact des animaux qu’il aime et respecte. Introverti et hypersensible, il ne souhaite pas poursuivre ses études au-delà du bac et aspire à rester seul dans son coin de campagne. Mais comme il faut bien gagner sa vie, son père le fait embaucher à l’abattoir où il devient, comme lui, tueur.

Son premier contact avec l’abattoir est un choc terrible, les descriptions qu’il fait sont insupportables, on se croirait dans « La filière émeraude » de Michael Collins » (si je ne me trompe pas d’Irlandais). Par chance, la rencontre avec une femme provoquera le choc décisif qui va rompre la tradition familiale avec cette infernale machine à tuer.

Voilà un ouvrage qui est tout d'abord un terrible réquisitoire contre l’abattage des animaux en France mais, s’il n’avait été que cela, il ne m’aurait pas beaucoup passionné car ce sujet est désormais régulièrement traité dans les divers journaux télévisés. C’est devenu un marronnier médiatique. Ce qui m’a surtout interpellé est la fragilité de ce jeune homme devant cette situation sans issue, étant donné qu’il lui est impossible de trouver un autre emploi dans cette ville provinciale et impossible de dénoncer les pratiques sadiques de certains employés sans affronter la chaîne de la solidarité interne. Comment échapper alors à ce qui semble être une fatalité ?

Ce qui m’a le plus accroché dans ce récit, est l’excellence de l’écriture de son jeune auteur qui est en mesure de proposer des pages d’une grande poésie dans un contexte d’une brutalité inouïe. Le héros peut mettre ainsi un immense espace entre la forêt où il aime à se réfugier et l’abattoir tout proche. Il ne milite pas pour la reconsidération de la chaîne alimentaire, il voudrait seulement que les hommes ne considèrent plus les animaux comme des sujets de souffrance sur lesquels le premier venu peut exercer son sadisme incontrôlable. Aussi, j’attends avec impatience que Errol Henrot rédige un autre livre moins engagé qui mette davantage en valeur son écriture si fluide, si claire, si lumineuse.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Les liens du sang de Errol Henrot
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche