Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 09:14
Kvar Io de Sabine Huynh

Un  long poème comme une odyssée pour raconter la vie de cette jeune Vietnamienne chassé de son pays par la guerre, qui erre de par le monde avant de choisir Israël et sa langue pour patrie d’accueil. Un très joli recueil grand format qui ajoute l’illustration à la qualité du texte.

 

 

                                    Kvar lo

Sabine Huynh (1972 - ….)

 

Lors d’un récent salon littéraire, ce recueil a attiré mon regard, c’est un joli objet, grand format (170x240) orné de jolies encres de Caroline François-Rubino, mais ce qui a surtout attisé ma curiosité c’est les mentions habituelles figurant sur la couverture. Le nom de l’auteure qui porte un prénom bien français mais un patronyme qui semble beaucoup plus exotique. La première page nous en dit beaucoup plus :

 

            « Tu es née d’un ventre

           Près d’un fleuve rouge »

 

Je ne connais qu’un seul Fleuve rouge, l’immense cours d’eau qui baigne le Vietnam, le Mékong. J’avais donc en mains un livre écrit par une fille d’origine vietnamienne élevée vraisemblablement en France. Et le titre énigmatique du recueil, « Kvar lo », excitait encore plus ma curiosité. J’ai donc acheté ce livre pour connaître son histoire et découvrir ce que cette auteure voulait nous dire sur son histoire à elle.

 

Ce livre n’est peut-être pas un recueil mais plutôt un long poème qui évoque l’histoire de cette femme née au Vietnam, élevée en France avant de partir pour d’autres horizons : la Grande-Bretagne, le Canada, les Etats-Unis et enfin Israël, ce pays qui a donné son titre hébreu à ce livre : « Kvar lo » (Déjà plus) où elle réside maintenant. Tout ceci pourrait déjà constituer la trame d’un vaste roman d’aventure entraînant le lecteur dans un  périple autour de la planète. Et cet ouvrage est bien  une quête à travers le monde dont l’auteure ne semble pas avoir toujours choisi le parcours, ni les étapes de cette odyssée commencée sous la forme d’une fuite pour sauver sa vie.

 

Sabine Huynh raconte son voyage comme un parcours à travers les langues qui lui a fallu apprendre ou absorber, selon les cas. La langue, c’est ce qui donne l’identité, la culture, la raison d’être, le patrimoine à transmettre, ce qui permet de se construire, de s’insérer dans une société.

 

            « venue au monde sans

            mémoire dans l’absence

            d’une langue de cœur

            Tu es clochette fendue…. »

 

Elle a voulu se construire

 

            « Te construire

             Sur ce kvar lo »

 

Sans langue maternelle proscrite par la langue des envahisseurs

 

 « Ta mère nouait

 gorge et langue, te coupait

 vestes carrées, t’exécutait

 pulls serrés, te cousait

 robes raides

 les lèvres »

 

Elle a cherché une langue où s’installer comme un oiseau cherche la branche où poser le nid qui verra naître ses petits.

 

            « La française, te plier

            à sa cadence pour survivre

 

l’anglaise, s’échapper

sans surveillance, chanter

avec l’espagnole, jouer

avec l’italienne, oser

séduire en suédois »

 

 

Alors, elle choisit l’hébreu, « cette langue … sans forme début ni fin flot incessant qui te lave, te réveille »

 

            « Recevoir l’hébreu

               C’est (l’)aimer »

 

Ainsi l’hébreu est la langue qu’elle pourra transmettre à sa fille, partager avec sa fille, vivre avec sa fille dans un monde qu’elle a choisi, dans une culture qu’elle a choisie, s’ «  émouvant dans cette langue façonnée pour elle et toi ».

 

On chanterait pendant des heures cette épopée, cette odyssée dans le monde des langues où Sabine a tenté d’oublier celles qu’elle ne connait pas, écrivant un merveilleux poème plein de douceur et de tendresse, même s’il est né dans la pire des violences. Une magnifique page d’amour et de littérature.

Denis BILLAMBOZ

 

Pour prendre connaissance de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

l'auteure

l'auteure

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche