Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2018 1 02 /04 /avril /2018 08:01
Le naufragé de Zocalo de Fabrizio Méjia-Madrid

                                                                                             

Il faut recommencer. Oublier ces cinq années ne sera pas possible… Je quitte à jamais les lieux. Ou qui sait ; ici, on ne peut jamais dire que l’on ne retournera pas au point de départ. » Le point de départ est à Mexico, dans un appartement minable coincé entre une pompe à essence et une gargote où des noirs s’envoient bruyamment en l’air au grand dam de la pudeur des voisins. Urbina occupe gracieusement ce local appartenant à une amie et il raconte  la galère qu’il traverse de 1997 à 2000 en quatre épisodes, un pour chaque année, mais pas chronologiquement, chaque année représentant un élément et évoquant un mois de l’année.

 

Le récit commence par l’évocation de l’histoire du héros en janvier 1998, cette partie du récit représente l’élément Terre, la terre considérée à travers sa dimension spatiale, l’immense espace que la mégapole a dévoré pour abriter, même très précairement, vingt millions de résidents, aussi est-il difficile de parler d’habitants quand on parle de gens qui vivent dans les rues.  Plus généralement, l’auteur évoque l’espace qui est dévolu à chacun, un espace réduit au maximum, même pour déambuler dans la ville.

 

La deuxième partie, qui se situe en septembre 1997, évoque l’Eau, peut-être la plus grande calamité qui sévit à Mexico, l’eau qui provoque les inondations, détruisant périodiquement la ville. L’auteur raconte comment, depuis la conquête espagnole, les autorités ont essayé de trouver le moyen de vidanger les eaux qui envahissent inexorablement la cuvette qui sert de centre à la mégapole.

 

La troisième partie concerne l’Air et ces événements se situent en octobre 1999. L’auteur illustre cet élément en décrivant les visions futuristes et révolutionnaires de certains illuminés qui, pour faire face au manque d’espace, avaient imaginé la création d’une ville suspendue pour dégager les artères encombrées de la ville.

 

Enfin, le dernier élément, le Feu, évoqué en décembre 2000, à l’extrême fin du millénaire, est la conséquence directe du manque d’espace et de la mauvaise gestion de l’eau, les habitations entassées les unes sur les autres dans la plus totale anarchie offrent la matière idéale pour la propagation des incendies géants qui embrasent régulièrement la ville. Le feu peut aussi évoquer le Popocatepetl, le volcan le plus proche de Mexico toujours en activité.

« La ville se nourrit de ses catastrophes, sans lesquelles elle languirait, se détériorerait simplement. Les catastrophes l’aident à se projeter dans le seul avenir qui l’intéresse : se reconstruire et durer jusqu’à la prochaine, se préparer pour la suivante. »

 

Ainsi ce roman est-il à la fois le roman d’une mégapole folle, grossissant toujours de façon exponentielle, une mégapole de tous les possibles où tout est démesuré, irrationnel. Une ville où il devient impossible de vivre mais une ville que l’auteur ne peut pas quitter. L’auteur c’est un peu l’habitant moyen de Mexico, un homme encore jeune, qui ne trouve jamais de boulot, qui traîne ses savates dans la ville, n’espérant pas plus trouver un logement que le moindre travail. Il vit de galère en galère, se sépare de sa femme, essaie de supporter ses amis et s’accroche à cette ville comme un oiseau à son nid

« A l’heure de ma mort, nulle part ailleurs que dans la ville où je suis né autant de monde ne m’aura méconnu. Peut-être est-ce ce qui me plait en elle : elle où l’on vient mourir, avec des millions d’inconnus qui s’observeront en hâte mais avec beaucoup d’intérêt dans leurs agonies hebdomadaires respectives du dimanche des douleurs au vendredi de la résurrection… »

 

Un portrait acide de Mexico et de ses habitants, un roman sombre comme les Mexicains en écrivent souvent, plutôt pessimiste, mais qui laisse tout de même filtrer un rai de lumière car là où la vie est exubérante il y a toujours l’espoir qu’elle renaisse.


Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

L'auteur

L'auteur

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Salut Denis, je suis un peu de l'avis d'Armelle, sûrement un livre assez sombre mais cette souffrance ne doit pas manquer d'engendrer quelque chose de positif : un roman sensible et amer dans l'atmosphère étouffante de cette capitale.
Répondre
D
Salut Pascal,<br /> <br /> Dans ces mégapoles, il y a plus de misère que de bonheur mais la misère est moins pénible au soleil, comme ils disent souvent sous ses latitudes.
D
Comme souvent dans la littérature latino, ce livre évoque un quartier de misère d'où pourtant le narrateur ne parvient pas s'extraire tant il y est attaché. C'est sa vie, c'est sa misère...
Répondre
D
"ces"
D
Dans ses mégapoles, il y a plus de croûtes à gratter que de croutes à grignoter !
A
Il est vrai, Denis, qu'il y a des auteurs qui aiment bien gratter leurs plaies et transforment leurs blessures en chef-d'oeuvre mais ce n'est pas donné au premier auteur venu.
E
Mais ça me semble tellement noir, tellement désespéré...Je ne sais pas si j'ai envie de me plonger dans cet univers-là :D
Répondre
A
Moi non plus, Edmée. Bien que ce doit être intéressant de découvrir les coulisses de cette mégapole tentaculaire.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche