Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2019 1 11 /03 /mars /2019 09:11
Johnny Guitar de Roy Chanslor

Ceux de ma génération, du moins pour la plupart, ont vu au cinéma, dans les années cinquante et soixante, de nombreux westerns dont « Johnny Guitar », figure parmi les plus célèbres, un véritable mythe. Le roman, qui l’a inspiré, est beaucoup moins connu, il a sombré, avec son auteur, dans les oubliettes de la littérature. Aussi, par nostalgie de cette époque qui marque le début des Trente Glorieuses et la plus belle partie de ma jeunesse, je vous propose de le redécouvrir avant, peut-être, de re-visionner le film.

 

 

Johnny Guitare

Roy Chanslor (1899 – 1964)

 

 

Johnny Guitar, encore un western qui m’a échappé quand, dans ma jeunesse, j’étais un spectateur assidu de ce genre cinématographique, aussi quand j’ai aperçu le roman sur les rayonnages d’une vente de livres d’occasion, je me suis précipité pour l’acquérir. Et, même si l’éditeur dans un avant-propos signale que le scénariste a largement modifié le roman, je n’ai pas été déçu car ce texte comporte toutes les composantes d’un bon western urbain. On dirait que l’auteur, à travers son histoire, a voulu, même involontairement, fixer les codes du genre. Ainsi découvre-t-on dans l’ouvrage le décor habituel, la place du village, là où la diligence fait halte, avec ses cafés, ses commerces traditionnels, boucherie, blanchisserie notamment, un peu à l’écart le tripot avec ses jeux d’argent. Les personnages récurrents animent le paysage : les mauvais garçons qui font le coup de feu, assassinant sans scrupules aucuns, le shérif débordé, le convoyeur de fonds, le conducteur de la diligence et l’incontournable belle femme dont les charmes agitent les hormones des rustres gaillards qui rodent dans le secteur. Pour que la population soit complète, il faut aussi un candide, un étranger détonnant auprès de la gente locale, celui qui fera basculer le train-train de cette population sanguinaire habituée aux meurtres et aux attaques de diligence.

 

Le candide, Johnny Guitar débarque à Powderville (Wyoming et non Texas comme dans beaucoup de westerns) et réussit à se faire embaucher par la belle tenancière du tripot qui deviendra vite le lieu du drame, lorsqu'une milice locale viendra chercher le bandit qui aurait assassiné de braves citoyens après avoir attaqué la diligence. La scène est campée, elle servira dans de nombreux autres westerns et même à Goscinny et Morris pour leur célèbre « Lucky Luke ». Le chevalier blanc sauve la belle et laisse miliciens et bandits s’entre-tuer. Toutes les scènes d'un bon western sont réunies dans ce court roman : attaque de la diligence, assassinat par derrière, règlements de compte à coups de colts et de fusils, justice expéditive par une milice constituée sur place, lynchage, pendaison, cavalcade sous la mitraille et l’inévitable face à face l’arme à la main. Chanslor décrit un monde vivant en vase clos, réglant ses problèmes lui-même par la force plus que par la justice, par le colt davantage que par le code. Des mœurs qui ont laissé une empreinte indélébile dans la société américaine tellement attachée à ses armes à feu et à la peine de mort.

 

Si ce roman, publié en 1953, peut être considéré comme une sorte de codification du western, pour d’autres il est aussi une métaphore de l’Amérique du maccarthysme avec ses citoyens accusés sans preuves, cernés par une milice adepte d’une justice impitoyable et expéditive, comme l’étaient à cette époque de nombreux Américains poursuivis par les forces de police traquant ceux qui ne pensaient pas comme les faucons au pouvoir.


Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
 

Roy Chanslor

Roy Chanslor

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
J'aime beaucoup les romans "western" surtout Dorothy Johnson, qui fut très décue de l'adaptation de ses romans à l'écran (dont Un homme appelé cheval, elle s'en arrachait les cheveux, notamment pour avoir choisi une actrice grecque pour faire "la belle de service" alors qu'il y a de très jolies amérindiennes plus crédibles...) . Et puis en effet ça parle de ces jugements expéditifs, du rejet du nouvel arrivé (ou de la nouvelle venue), l'étroitesse d'esprit de ce "grand ouest"...
Répondre
D
Coucou Edmée,<br /> <br /> J'aime bien la littérature des grands espaces américains et particulièrement ceux de l'école de Missoula, devenue école du Montana, dont Dorothy M Johnson est un peu la créatrice. J'ai déjà lu un livre où elle évoque son village d'enfance et j'en ai un autre dans ma pile que je voudrais bien lire un jour ... quand mes lectures de saison seront épuisées. mais c'est le tonneau des Danaïdes ....

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche