Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 07:59
Peine Perdue de Kent

C’est très touchant de constater comment une idole des jeunes, qui se démenait sur scène dans un torrent de décibels pour émoustiller des jeunes filles jusqu’à la pâmoison, a pu devenir un écrivain romantique un peu fleur bleue même.

 

 

                                                  Peine Perdue

                                                Kent (1957 - ….)

 

 

Ceux qui écoutaient le rock alternatif, à la fin des années soixante-dix, se souviennent certainement de Kent, le chanteur du groupe français à la mode à l’époque : Starshooter. Aujourd’hui, ce chanteur  consacre une partie de son temps à l’écriture. Il publie en ce début d’année un roman qui met en scène un personnage qui lui ressemble un peu, Vincent, une ex-future idole des jeunes qui,  l’âge du pastis  venu et les illusions perdues, mène une petite vie peinarde auprès d’une femme active dans le monde des arts de la rue qui l’amène à fréquenter des milieux branchés où sa carrière et sa réputation prennent vite reconnaissance et notoriété. Mais cette belle vie tranquille, qui lui laisse  le temps de se consacrer à la musique et à  la sonorisation d’événements, s’effondre le jour où sa compagne Karen (K-Reine dans le monde des arts de la rue) se tue sur le périphérique.

 

Bizarrement, il n’éprouve pas de chagrin, il se rend compte qu’il n’aimait plus sa femme et qu’elle ne bénéficiait plus de l’importance qu’elle avait eu autrefois lorsqu’elle avait déposé ses bagages chez lui. N’avait-elle pas révolutionné la maison en se chargeant de la déco, de sa garde-robe, du jardin et même de son boulot, lui fournissant la majeure partie de son travail, même la sonorisation des événements qu’elle était chargée de mettre en scène. Tournant avec la nouvelle vedette de la chanson française et des musiciens ayant la moitié de son âge, il fuit sa vie d’avant, sa maison, les amis de sa femme et surtout la dépression qui s’installe sournoisement.  Il cherche à comprendre sa vie d‘avant, son désamour, son manque de chagrin, jusqu’à ce que la voisine lui révèle enfin combien sa femme l’aimait et comment elle lui avait préparé une énorme surprise. Tout alors bascule une nouvelle fois, il culpabilise d’avoir douté de Karen, de ne l’avoir pas assez aimée. « Sans elle, il ressemblerait aujourd’hui à ses collègues musiciens dépassés, handicapés du présent et privés de futur. »

 

Une histoire d’amour d’un romantisme oublié, et c’est bien dommage, une réflexion sur le deuil, l’absence de l’autre, la solitude, le temps qui passe, la jeunesse qui fout le camp, l’amour et les amourettes, la fidélité, l’affection, la notoriété à peine ressentie, la gloire juste aperçue, les illusions qu’il faut enterrer…  Une histoire écrite dans une langue et un style qui collent particulièrement  bien à ce scénario, et, je tiens à le souligner, en évitant le plus possible le jargon « globish » qui a noyé sous son flot nauséeux le monde de la musique et de l’art contemporain où évoluaient les deux héros.

 

J’avais déjà passé l’âge d’écouter les groupes à la mode quand Starshooter inondait les ondes de ses rythmes endiablés, ce groupe ne fait donc pas partie de ma culture musicale mais Kent m’a séduit et il restera parmi les auteurs que j’ai envie de lire encore. J’ai aimé sa sensibilité, sa délicatesse et surtout sa franchise, il n’hésite pas à verser une petite rasade d’amertume dans sa potion. Une amertume qu’il a peut-être récoltée quand il rêvait encore de devenir une star éternelle, s’est égaré dans le monde impitoyable des crocodiles créateurs intéressés et mangeurs voraces d’idoles des jeunes.
 

Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

L'auteur-musicien

L'auteur-musicien

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Le sujet de ce roman me plait grandement, la thématique du deuil m'a toujours intéressée. Je ne connaissais pas du tout Kent, que ce soit en tant que musicien ou même écrivain. Je le note et le lirai volontiers.
Répondre
D
J'étais déjà trop vieux pour m'intéresser à ce genre de groupes quand il celui-ci est devenu célèbres, je peux seulement dire que Kent est un auteur d'une grande sensibilité.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche