Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2020 1 24 /02 /février /2020 08:45
Les fables de la Fontaine illustrées d'estampes japonaises

« Quand le Japon, après deux siècles de rigoureux enfermement sur lui-même, s’ouvrit enfin au monde en 1854, l’Occident vit peu à peu apparaître  un art qu’il ne connaissait quasiment pas, celui des estampes de l’ukiyo-e, images d’un monde flottant, c’est-à-dire éphémère ». Vers la fin du XIXe siècle, lorsque l’empereur eut repris son pouvoir confisqué pendant de longues années par le shôgun et ouvert son pays au monde, Hasagawa Takejirô fit traduire des contes japonais pour qu’ils se vendent mieux à l’étranger. Il avait aussi le projet d’exporter des estampes japonaises en France et confia à Pierre Barboutau, un Français qui séjourna longtemps au Japon, le soin de réaliser un ouvrage illustré d’estampes japonaises. L’objectif premier de cette publication était de faire connaître l’art de l’estampe et les plus grands maîtres de ce genre pictural : Sesshû, les Kamô, les Kôrin puis les Okia et les Utamaro, parfaitement méconnus en Occident.

 

 

Barboutau avait choisi de proposer aux artistes nippons d’illustrer des fables de La Fontaine sans qu’aujourd’hui encore on connaisse les raisons de son choix. On sait seulement comment il a sélectionné celles qu’il leur a proposées « Le choix des fables de La Fontaine, que nous offrons au public, est surtout basé sur la plus ou moins grande difficulté que nous avons rencontrée à traduire le sens de ces fables aux artistes Japonais ». Il semblerait que les estampeurs n’aient pas eu accès à la traduction des fables et que leur choix se soit plutôt fondé sur la connaissance qu’ils avaient de certains animaux très présents dans la mythologie et les légendes nippones : le renard, la grenouille, le rat, dont ils connaissaient bien le caractère et les caractéristiques qui leur sont attachés.

 

 

Ce recueil fut donc édité en 1894 ; une seconde édition fut publiée la même année et une nouvelle en 1904, c’est celle qui a servi de modèle pour cette édition reprise à l’occasion de la rentrée littéraire de l’automne 2019. L'ouvrage est absolument magnifique et comporte une trentaine de fables, pour certaines très connues du grand public - celles qu’on apprend en général sur les bancs de l’école, du moins quand je la fréquentais - pour d’autres moins, et pour le plus grand nombre absolument pas ; le choix ayant été fait, comme je l’ai dit ci-dessus, selon la capacité des illustrateurs à comprendre les desseins de l’auteur. Chacune des fables est accompagnée d’une estampe pleine page ou sur double page où le sujet de la fable est toujours mis en évidence dans un paysage souvent très épuré aux couleurs pastel comme on en voit dans les estampes japonaises. Ces illustrations dégagent un sentiment de paix, de quiétude, de sérénité, que les personnages de La Fontaine semblent venir perturber.

 

 

Ce travail éditorial, réalisé par les équipes de Philippe Picquier,  est un véritable ouvrage de collection qui offre l'occasion de contempler, et même pour certains de découvrir, les estampes japonaises. Je suis certain que les nombreux admirateurs de l’art pictural prendront, tout comme moi, un grand plaisir à redécouvrir, ou tout bonnement à découvrir, ces tout aussi magnifiques fables de Jean de La Fontaine. Un ouvrage à ranger dans le rayon où l’on serre les livres qu’on ne voudrait pas que des mains inexpertes manipulent au risque de les endommager.


Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche