Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 09:29
Le pari du lépidoptère - fable

                       

 

Un petit lépidoptère avait fait le pari

D’entreprendre le tour de la terre,

Pour épater ses amis.

C’était certes une folie,

Mais à lépidoptère bien né,

Rien ne se doit d'être impossible.

C’est dans ces dispositions

Et animé de cette passion

Que, bientôt, en route il se mit.

Ne fallait-il pas accomplir cet incroyable défi ?

 

 

Dans la famille des papillons,

Il n’était pas le plus grand.

Il y a, pour l’occasion, le porte-queue ou machaon (prononcer  makaon)

Que sa couleur solaire

Rend d’autant plus attrayant.

En s’attardant sur la beauté,

Il faut également nommer le paon de jour et l’apollon,

Dont les ailes ocellées nous font rêver.

Quant aux crépusculaires,

Classons-les dans cette famille,

Bien que ces solitaires

Viennent trop souvent brûler leurs ailes

A nos chandelles.


 

En conséquence, notre petit héros

N’était ni très grand, ni très gros.

Son mérite résidait ailleurs,

Dans son indicible ardeur.

Il prit son envol un beau soir,

Dans les dunes du Hoggar.

Les papillons du voisinage

Saluèrent avec éclat son départ.

Aussitôt, il mit le turbo

Et, sans faiblesse, s’employa

A monter, autant que possible,

le plus haut.

Mais, à cette altitude, que voit-on ?

Peu de choses, sinon

Un  remue-ménage de nuages.

C’est peu, avouez-le,

Pour satisfaire une nature

Aussi éprise d’aventure.

Pauvre de moi ! se disait-il,

Qui suis allé au bout du monde

Chercher ce que chacun trouve en soi …
 


Lorsqu’au retour, il eut franchi

L’octroi de son pays,

Un vif émoi le saisit.

A quoi bon cet exploit,

Puisqu’il n’y a, selon moi,

Rien qui n’égale en beauté ma chère vallée ?

Ainsi se lamentait-il d’être si loin allé

Quêter l’impossible.

Gageons que sa déception

Eut du moins le mérite

De tempérer ses illusions.

 

Quant à toi, cher lecteur,

Si d’aventure tes pas te mènent

Jusqu’à Aubeterre,

Prends le temps de t’arrêter

Sur la place du marché.

Là, un collectionneur avisé

A mis sous verre, pour te plaire,

Ce courageux lépidoptère.

Il te racontera comment,

Simplement en l’observant,

Des concepteurs astucieux

Eurent, soudain, l’inspiration

Du plus fameux de nos avions.

Si bien qu’un petit papillon

Qui se demandait bien pourquoi

Il avait fait le tour de la terre

Et accompli cet exploit,

Est à l’origine d’un record

Plus surprenant encore.

De quoi s’agit-il ?

Cela, je te le donne en mille !

Tu hésites ? Allons un dernier effort,

Que, volontiers, je t’accorde,

Puisqu’il s’agit du Concorde.

 

Armelle BARGUILLET   (extrait de « la ronde des fabliaux »)

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique "ARTICLES ME CONCERNANT" cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Le pari du lépidoptère - fable
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche