Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 08:36
Les secrets de la forge d'Isabelle Artiges

Au XIXe siècle, deux familles périgourdines qu’un secret de famille sépare à tout jamais connaissent un drame profond quand deux de leurs héritiers tombent amoureux. C’est un peu Roméo et Juliette revisité dans une version bucolique et provinciale. 

 

 

Le secret de la forge

Isabelle Artiges

 

 

L’histoire est celle d’Alphonse de Chaumeuil qui affiche sa richesse avec la satisfaction du petit nobliau campagnard qui a réussi le virage de l’industrialisation en installant à proximité de sa demeure un haut fourneau pour la production de la fonte. Son affaire et ses activités agricoles sont prospères, il fait vivre nombre de fermiers et métayers qui travaillent à la forge de l’automne au printemps. Il ne lui reste qu’une préoccupation, celle d’assurer son lignage et le développement de ses activités industrielles en mariant son fils avec un « bon parti ». Mais le fils refuse de s’enterrer dans une campagne perdue pour y pratiquer une activité sale et malodorante, il préfère la ville et ses mœurs en y exerçant une fonction de magistrat. Sa fille est tout aussi rétive, elle refuse tous les partis qu’on lui présente et s’enferme dans un célibat austère et stérile. Il ne peut plus compter que sur sa petite-fille qui l’accompagne souvent à la forge et en connaît  tous les secrets.

 

Il a cependant une autre préoccupation qu’il s’efforce d’oublier : la haine qui le sépare de son voisin depuis des décennies. Elle resurgit un beau jour quand le petit-fils du voisin secourt sa petite-fille coincée sous une calèche après un malheureux accident. Cupidon épingle de ses flèches les deux jeunes gens qui sont frappés d’un véritable coup de foudre : la boîte de pandore est ouverte, les haines et querelles ancestrales resurgissent, la violence se déchaînent, la bêtise et la rancœur provoquent des ravages…

 

Dans cette histoire de passion et de violence, Isabelle Artiges ne raconte pas seulement un amour rendu impossible par les actes des générations précédentes, elle met en scène la vie de la petite noblesse campagnarde et de ses sujets confrontés au développement de l’industrie dans leur paisible campagne. Cette première phase de la révolution industrielle apportera richesse et pouvoir à ceux qui auront su prendre le virage au bon moment mais les cartes seront bien vite redistribuées, « une forge isolée n’est pas en mesure d’affronter la concurrence », la sélection est sévère parmi les établissements industriels, certains ne s’en remettront pas et conduiront leurs propriétaires vers des situations quasi  inextricables.

 

En lisant ce livre, j’ai pensé à la série télévisée « Poldark » tiré du roman en plusieurs volumes de Winston Graham, où l’on retrouve cette petite noblesse campagnarde qui essaie de s’accrocher au train de la grande bourgeoisie industrielle. Ces nobliaux campagnards, en profitant de mariages arrangés, essaient d’assurer leur pérennité familiale et d’agrandir leur domaine et leur puissance industrielle en ne considérant les femmes que comme des reproductrices tout juste bonnes à donner un héritier au maître et à assurer une concentration des fortunes et une riche dote. En mariant les enfants, on marie les fortunes pour les transmettre à un héritier encore plus riche. Les Roméo et Juliette du Périgord  parviendront-il à échapper à cette triste règle ?


Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Les secrets de la forge d'Isabelle Artiges
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche