Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2021 3 10 /11 /novembre /2021 09:31
Le Chant de Malabata -  Final - Edition Les Cahiers Bleus/librairie Bleue (2001)

Cette seconde publication du "Chant de Malabata",  faite par Les Cahiers Bleus/Librairie bleue de Dominique Daguet en  juin 2001, comprend ce final que j'ai ajouté à la suite du premier poème publié en 1986 par les éditions "Le pont de l'Epée" de Guy Chambelland et qui fut couronné par l'Académie française l'année suivante.
 


MALABATA

Quelle est cette voix qui me hèle,
quelles sont ces lèvres qui me nomment,
alors que nul ne connait mon nom ?
Y a-t-il autre psalmiste que le vent
sur cette aire offerte au labour du temps ?
Non, cette voix vient d’ailleurs,
elle est battement de cœur et de ferveur
et aucun mot ne peut traduire ce que j’entends.
Erreur, de t’avoir trop longtemps contestée,
m’a conforté en toi et voici que j’avance
tel le puisatier en quête de silence.
(Seul le pèlerin connaît le lieu où il se rend.)
Ah ! les églises pleines de lampes et de cierges
et de mots laissés en attente,
légers et inconsistants comme l’encens !
Ces prières, ces plaintes, ces chants
contenus que les lèvres,
ces têtes inclinées que j’aime,
cela auquel je crois,
que j’effleure de mes mains,
icônes pâlies par les caresses.
Perce l’ultime rayon de connaissance,
l’ailleurs pénètre au plus profond du réel.
Enfin je me redresse.
Mon pas n’est plus pour les seules migrations terrestres,
mon regard pour les seuls horizons humains.


Le Chœur :


Mais toujours nous aurons ces visages et ces larmes
et ces mains désertées dans l’attente du soir.

 

Le Récitant :


Alors, devant la Face de Dieu, le silence,
le grand, le vrai, l’intransgressable silence,
qui du haut des hauteurs
domine encore de haut ces hauteurs,
de ce silence, plus enclos en lui-même,
qu’en ses pétales la fleur.
Un silence qui, d’un pôle à l’autre,
a tout empli et tout comblé,
aile tendue comme voile sur l’océan
et le souffle arrache ce qui est épars.

Alors, devant la Face de Dieu,
la juste mesure,
l’homme contenant et contenu,
plein de son propre silence,
univers sans poids, ni altitude,
voyageur revenu du plus lointain exode,
de la planète la plus éloignée
de celles qui sont au loin,
de la planète grise et plus grise encore
dans la multitude des autres.
Homme pour qui et par qui
Dieu acheva la Création,
homme pour lequel  Il n’achève pas de la recréer ;
le plus aimé du seigneur,
lui le premier et qui s’en vient le dernier,
lui pour qui tout se donne et rien ne se retire,
conquérant et preux chevalier,
voué à la disgrâce du trépas.

Ô ami trop aimé,
avec qui Dieu partagera-t-il sa souveraineté,
sinon avec toi, homme deux fois nommé ?
Ton étoile était bien petite en ton exil,
aussi vaste sera-t-elle vaste la terre promise.
Que le temps fut long en ton absence,
pécheur égaré en des tâches mesquines.


Et voilà l’achèvement,
homme encore et toujours recommencé,
n’est-ce pas en toi que finit l’infini ?
Faiblesse et faute en Dieu,
grandeur et plénitude en LUI.
Tu entres dans le silence de l’Esprit
et dans l’incandescence de ce silence
comme en une eau baptismale.
Vois le Maître qui, à ton devant s’avance,
homme du plus long entravement,
sur la nef que guident les vents,
tu remontes le fleuve au Levant
et au port l’Hôte t’attend …


Le Chœur :


Alors, nous serons à la pointe extrême de la terre,
au-delà de l’au-delà même,
en ce lieu où il n’y a plus de jointure,
et de nos bouches montera le chant du poème,
jusqu’à tes assises, ô Seigneur juge,
que tu tiens éternellement,
ce chant d’humanité plénière,
ce chant, ce dernier chant jusqu’à Toi,
cette dernière prosodie, cette dernière psalmodie jusqu’à Toi,
cette dernière prière jusqu’à Toi,
et sur la face de la terre,
où si longtemps se croisèrent nos errances,
Seigneur,
il n’y aura plus que le flot du verbe qui revient à Toi,
ce flot condensé où les mots sont vagues articulées,
ce flot vers Toi remonté,
comme cours du fleuve à sa source,
comme chatoiement  du vent à son cap.

 

Armelle B.Hauteloire  (Extraits du « Chant de Malabara » version 2001 publié par les Cahiers Bleus/Librairie Bleue


Pour consulter la liste des articles de la rubique ARTICLES ME CONCERNANT, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Le Chant de Malabata -  Final - Edition Les Cahiers Bleus/librairie Bleue (2001)
Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Puissant ce final que je ne connaissais pas, ayant l'exemplaire precedent de 1986. On retrouve l'ampleur et la puissance des mots.
Répondre

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche