Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 08:44
La petite vendeuse loin de la plage de Nadine Thirault

 

Nice, 1967, Alice est une jeune fille de dix-huit ans insouciante, heureuse de vivre et de partager une belle amitié avec Clairette, son amie d’enfance. Elle est vendeuse dans une droguerie, sa mère, veuve, n’a pas les moyens de lui payer des études et d’élever ses deux autres enfants qu’elle a eus après le décès accidentel de son mari, footballeur à l’AS Monaco. Alice aurait pourtant aimé aller au lycée pour  entreprendre ensuite des études de lettres classiques. Elle passe ses journées avec sa patronne, ses pauses avec Clairette et s’occupe souvent de sa sœur et de son frère quelque peu délaissés par leur mère. Elle sillonne souvent la ville au guidon du mythique Solex, emblématique de toute une génération, afin d’effectuer quelques livraisons pour le compte de sa patronne. Et, lors d’une course chez un médecin, elle rencontre un jeune homme qu’elle avait déjà remarqué sur la plage, Cupidon dégaine une flèche qui bientôt se fiche dans le cœur de la jouvencelle. Ce joli cœur, enfant de la bourgeoisie locale en rupture avec sa classe sociale, comme beaucoup d’autres à cette époque, prône des idées révolutionnaires et cherche à immiscer Alice dans son monde de contestataires qui allume les premiers brandons qui enflammeront les rues de Paris et des grande villes au mois de mai soixante-huit. Alexandre, le petit ami révolutionnaire, s’engage chaque jour davantage et tente d'entraîner Alice dans des actions de plus en plus radicales qu’elle accepte de moins en moins de suivre.

 

Cette histoire est, comme beaucoup d’autres, une des belles histoires d’amour qui a fleuri sous le soleil de mai soixante-huit. Toutes n’ont pas tourné de la même façon, certaines se sont muées en de tendres mais banales histoires conjugales, d’autres n’ont été que des aventures printanières éteintes aussi vite que les fameux événements et d’autres encore ont été des passions dévorantes impossibles à vivre mais laissant toujours des séquelles sentimentales. La rencontre d’Alice et d’Alexandre, c’est la rencontre du monde ouvrier et des fils de la bourgeoisie sous la même bannière révolutionnaire, mais les uns et les autres n’avaient pas les mêmes envies, les mêmes objectifs. Les ouvriers voulaient un peu plus d’argent pour mieux vivre, les autres voulaient plus de liberté pour user aisément de leur fortune. Nadine Thirault semble bien connaître Nice où se déroule cette aventure, elle semble aussi avoir une idée assez précise de ce que furent les événements de mai soixante-huit dans cette ville. Sur le Solex d’Alice, on découvre les plus petites rues de la ville comme les grandes avenues et les bords de mer. On découvre aussi un petit peuple qui vivait en harmonie dans son quartier, partageant les joies et les peines, se rendant mutuellement service. Une société de gens peu fortunés qui attachait beaucoup d’importance aux valeurs fondamentales du respect, du travail, de la solidarité, un monde qu’Alice devra choisir de quitter ou non après l'aventure sociale et sentimentale qu’elle a traversée.


Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

L'auteure

L'auteure

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche