Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2022 1 21 /02 /février /2022 09:35
Les orages possibles de Claude Raucy

Dans une petite ville de Belgique, Charlotte vend des fileurs, elle se laisse courtiser par un jeune plâtrier qu’elle épouse bien vite mais, hélas, le jeune homme tombe rapidement malade, la silicose disent les médecins, et décède. Accablée  par ce deuil, la jeune femme n’a plus le cœur à vendre des fleurs, elle décide alors de rentrer chez les Sœurs de la Charité où elle se montre, malgré son bon caractère et ses bonnes intentions, trop peu humble et soumise aux yeux de la mère supérieure. 

 

Dans le couvent, Charlotte, devenue Sœur Marthe de la Croix, s’occupe, au sein de l’orphelinat, des plus petits surtout du petit Gino qu’elle affectionne particulièrement. Le doux cocon du couvent n’échappe pas aux affres de la guerre qui sévit à l’extérieur, Charlotte doit effectuer une tournée dans le pays où vit sa sœur, afin de récolter quelques fonds et quelques victuailles pour nourrir les sœurs et leurs  petits pensionnaires. A cette occasion, elle rencontre son frère aussi courageux que téméraire dans son engagement dans la résistance.

 

Rentrée au couvent, elle apprend qu’un aviateur américain, dont l’avion a été abattu par l’occupant, est caché par la mère supérieure dans les greniers de l’orphelinat, seules quelques sœurs sont au courant. Lors d’une perquisition des Allemands, Charlotte sauve la vie du jeune homme en le laissant passer par sa fenêtre pour se cacher à l’extérieur du couvent. Quelques jours plus tard, l’aviateur frappe à sa porte, il veut la remercier, elle tombe sous son charme et se laisse étreindre. Le fruit de cette étreinte murit rapidement dans le sein de la jeune nonne. Une autre vie commence pour elle, une vie que le lecteur découvrira quand il lira les rapports que nouent deux jeunes Liégeois qui se rencontrent à Prague au moment où les Russes y font leur première apparition pour dompter le fameux printemps qu’ils craignent tellement.

 

Ce livre est l’histoire d’une jeune femme qui a connu des amours contrariés et une maternité malheureuse avant de vivre une existence meilleure, comme une rédemption. Mais, c’est surtout une réflexion sur la famille et sur les secrets dissimulés ou parfaitement inconnus des personnages concernés. Au moment où les fondements de la famille traditionnelle sont remis en cause, cette histoire montre que la destinée pourvoit déjà largement aux aléas qui dessinent les contours familiaux. Henri Salvador chantait un truc dans ce genre : « Ton père n’est pas ton père mas ton père ne le sait pas », Claude Raucy a  écrit une histoire différente mais dans le même esprit.


Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Il doit y en avoir beaucoup beaucoup, des pères qui ne sont pas pères mais ne le savent pas... J'ai connu, petite, deux jumeaux bien noirs nés d'un couple bien blanc. Cadeau de la libération. Finalement, là, le père savait, et tout le monde savait, on en parlait la première fois qu'on rencontrait les jumeaux et puis on n'y pensait plus...
Répondre

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche