Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2018 7 10 /06 /juin /2018 08:33

sacre-du-chevalier-t6998.jpg

 

 

" Le sacré est ce qui donne vie et ce qui la ravit " ( Roger Caillois) 

  

L'Occident a-t-il évacué le sacré de ses préoccupations ? Certaines orientations pourraient nous le laisser craindre.  Il semblerait, en effet, que le  questionnement existentiel, qui incitait l'homme à s'interroger avec perplexité sur ses origines et sa finalité, ne soit plus d'actualité, puisque l'opinion en vogue tente d'accréditer avec force argumentation l'idée que l'univers est vide de toute pensée et que nous roulons vers le néant, nous condamnant, si nous n'y prenons garde, à n'être plus que des citoyens consommateurs qu'il serait aisé d'asservir comme une masse humaine aussi homogène que possible, astreinte à un prêt-à-penser égalitaire. Voilà ce qui risque de se produire, à plus ou moins brève échéance, si l'homme s'éloigne de ce qui, jusqu'alors, en avait fait une créature à part sur notre planète, pour la raison qu'elle peut, tout à la fois, se penser et penser l'univers, se tourner vers le passé aussi bien que se projeter dans l'avenir, et s'imaginer un destin qui outrepasse les frontières fixées par la matière. Un être qui unit chair et esprit.

 


Surprenant que de nos jours, certains jugent superflu l'enseignement de l'histoire qui, de tout temps, a répondu à la problématique d'une époque et d'un lieu donné ; d'autant que dans un monde qui tend à devenir unique et où les problèmes sont globaux, il est capital de se rappeler les parcours différenciés, ce qui singularise et distingue les nations et les peuples les uns des autres, dans le respect de ce qui, dissemblable de nous, nous reste néanmoins proche. N'oublions jamais que l'uniformisation peut devenir un totalitarisme, dont l'objectif serait de métisser les populations afin de les dissoudre et de les standardiser. Si la conquête de la liberté, sans laquelle l'homme ne peut être une personne, comporte des risques et doit être soumise au doute méthodique, elle ne peut pas être écartée davantage que le sacré de la conceptuelle humaine. Il semble impossible qu'un quelconque avenir - respectueux de l'être - s'envisage sans qu'y soient étroitement associées ces deux notions. N'est-ce pas grâce à l'esprit de liberté que l'on pourra susciter des comportements et des modes de participation basés sur le respect d'autrui et n'est-ce pas grâce à la contribution de chacun que l'on trouvera des solutions aux problèmes qui nous sont communs ? Si je comprends mon prochain en ce qui le distingue de moi et s'il me comprend de la même façon, nous pouvons dialoguer, collaborer, nous mettre d'accord sans perdre une identité à laquelle nous ne saurions renoncer, de façon à bâtir une maison planétaire habitable et supportable, en évitant les rivalités ethniques. Nous savons trop bien, désormais, que notre planète est une, elle est donc la maison commune de l'humanité que nous devons administrer, sans évacuer les valeurs qui ont fondé les grandes civilisations et sans refuser, à chaque peuple, de rester lui-même. Et ces valeurs reposent toutes sur les notions de liberté et de sacré. Sans sa relation au sacré, l'homme n'est qu'une enveloppe vide, sans l'exercice d'une liberté contrôlée, il serait rapidement la victime d'un système déshumanisé, bien incapable de gérer ce que l'on appelle communément le potentiel humain.

 


On a connu cela dans un passé encore proche. En effet, le communisme et le nazisme, qui ont dénaturé le XXe siècle, sont les deux seules idéologies qui se sont refusées, l'une et l'autre, à respecter la liberté individuelle et à se référer à une quelconque relation avec la transcendance. Et on sait où elles ont mené les hommes...

 


Or le mondialisme (qu'il ne faut pas confondre avec la mondialisation, échanges commerciaux légitimes entre les pays) risque d'être une idéologie de nature assez proche, que gouvernerait une synarchie technocratique imposée par la haute finance internationale. C'est un autre danger que nous ne devons pas écarter, aussi avons-nous le devoir de rester vigilants. Comment ? En puisant dans notre passé, notre mémoire, notre histoire, les valeurs qui ont servi d'assises aux civilisations et, à la nôtre en particulier, en nous refusant à dilapider un héritage qui nous a fait héritiers. Le refus du conservatisme est une hérésie, car, privée des structures du passé, la modernité n'est qu'une bulle artificielle, illusoire et éphémère. Et comment ne pas se rappeler que l'on ne dure qu'en se prolongeant, et que celui qui ne voit pas loin dans ce qui est passé ne verra pas loin dans ce qui est à venir, se jetant à corps perdu dans une fuite en avant sans motivation et sans but. Parions que le passé, dont nous disons tant de mal, sans le bien évaluer ou le bien connaître, est la seule lumière en mesure d'éclairer l'actualité...de demain.

 

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique  LES QUESTIONS QUE L'ON SE POSE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles "LES QUESTIONS QUE L'ON SE POSE"

 

​RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

L'occident a-t-il évacué la notion de sacré ?
Partager cet article
Repost0

commentaires

Tania 26/07/2019 11:17

Voilà qui rejoint ma lecture commencée ce matin, "Le naufrage des civilisations" d'Amin Maalouf.
Dans son essai "Psychothérapie de Dieu", Cyrulnik rappelle des chiffres que la montée de l'athéisme en Europe occidentale fait parfois oublier : 7 milliards de croyants et 500 millions de non-croyants sur terre.
C'est une évolution très préoccupante et je comprends votre point de vue, tout en étant choquée par certaines phrases : "Sans sa relation au sacré, l'homme n'est qu'une enveloppe vide" ou "Le refus du conservatisme est une hérésie, car, privée des structures du passé, la modernité n'est qu'une bulle artificielle, illusoire et éphémère."
Le sens des valeurs n'a pas disparu chez l'homme contemporain, croyant ou incroyant, nous en sommes témoins tous les jours. Mais le mercantilisme encourage actuellement un matérialisme et une soif de consommation effrénés que le souci de notre survie sur une terre "vivable" pourra peut-être réduire, c'est mon espoir en tout cas.

Stéphane 03/07/2018 10:53

Je viens de lire la chute de Rome de Bryan Ward-Perkins. Il s'inquiète de la perte de repère civilisationnel. Je pense que cela rejoint votre article et votre vision des choses.

Thérèse 11/06/2018 15:41

Je suis très paresseuse pour rédiger des messages car je vis de façon quasi végétative mais vos articles éveillent toujours des échos. C'est bien de conserver ce goût d'écrire des choses profondes qui font réfléchir, cela manque à notre époque de déculpturisation aiguë.

Stéphane 10/06/2018 13:42

En même temps, il y a bien du sacré de nos jours. Essayez de déranger quelqu'un occupé avec son smartphone, ou de placer un avis sur des sujets de société qu'on aurait jugé autrefois accessoire et ardemment défendu par les médias...

armelle 11/06/2018 18:34

Merci Stéphane et Thérèse de vos commentaires. Ils sont pour moi un encouragement à poursuivre ce que j'aimerais tant être un échange.

Edmée De Xhavée 28/01/2015 16:50

Oui, on veut nous uniformiser de force, et lorsque nous résistons, on nous appelle racistes, coeurs secs, stationnaires... Ce qui est comique c'est que s'il s'agit de réticences qui peuvent nous faire montrer du doigt en criant "hou hou, racistes" on y va. Mais en avant sur "les nobles, les riches, les chômeurs, les femmes, les hommes, les gens de robe, les libre penseurs"...

armelle 29/01/2015 09:59

C'est hélas vrai, Edmée. On tente en permanence de nous manipuler. Nous sommes dans l'ère du mensonge permanent.

thomasson 28/01/2015 11:14

Je partage bien le contenu de cet article qui me plaît. Cela fait à peu près 20 ans que j'affirme que la désacralisation va être la source de maux incommensurables. Je suis pourtant scientifique et j'étudie la physique quantique et la cosmologie, Mais je pense que les physiciens ne comprennent pas l'essence de la physique quantique et que la science dérive avec des scientifique qui ont la vision que nous nes sommes que des paquets de neurones, même si nous sommes analytiquement des paquets de neurones.

armelle 28/01/2015 11:46

Je suis tout à fait d'accord avec vous Sandrine et Thomasson. Il ne faut pas confondre modernisme et progrès. Les sciences ont magnifiquement progressé mais n'ont pas toutes débouché sur des progrès ( pensons à la bombe atomique) et le modernisme a très souvent été une régression. D'où la précision des mots et leur confusion dans beaucoup d'esprits.

Sandrine L. 28/01/2015 10:19

Les choses ont commencé en France par les premières vagues du libéralisme anglais très prisé par les Lumières (XVIIIe s.), l'installation des loges, puis, par l'industrialisation, une tendance à mécaniser tous les processus, même psychologiques et spirituels. On confond le modernisme et le progrès et, au nom de ce dernier, des "vérités" ont été mises en place et ne peuvent être contestées - ces nouveaux dogmes relèvent souvent plus de la régression que du progrès. Le religieux (le christianisme) peut ainsi être mis à bas et contrôlé dans ses derniers soubresauts.
Nous avons, nous chrétiens, une grande part de responsabilité; nos compromissions, nos résignations, nos peurs, nos replis ont gravement desséché le coeur de notre foi. La plupart de nos évêques illustrent, hélas, ce terrible constat.

armelle 21/04/2014 13:48

Nous avons tous un sacré qui nous est personnel parce qu'il coïncide avec nos convictions. Pour certains, il sera religieux ou moral ou familial. Il y a en chacun de nous ce rapport au sacré qui
n'est nullement institutionnalisé mais affectif et par conséquent subjectif.

Harry Roy 20/04/2014 14:26

Certes, le sacré est puissant dans notre esprit, presque comme les gènes dans notre corps. Mais, comme les gènes, le sacré est susceptible du changement dans le temps. Dans les religions on a
appris de Frazer que la tradition de tuer le dieu est très ancienne. C'est comme dans le Christianisme, mais là, le dieu ne mérite pas sa mort. Là, l'homme a changé le sacré pour mieux vivre sa
vie. Le suivant peut être change le sujet, mais je crois que c'est à propos. Je lis Hitchens en ce moment et je pense que pour lui le sacré est devenu ce que la plupart de gens appelleraient des
principes sociaux, la liberté d'expression, les droits de l'homme, etc. Quand il a vu la violation de ces principes dans l'Irak, il a commencé d'abandonner sa loyauté (de longue durée) socialiste.
Il est devenu un farouche partisan à la droite aux États-Unis, en effet, parce qu'il a trouvé plus puissants ces principes de liberté. Il ne pouvait pas tolérer la volonté de la gauche à laisser
faire le régime de Saddam aller n'importe où il voulait. Il a changé ce que pour lui était sacré, les principes socialistes, parce qu'il a trouvé des autres principes, aussi sacrés, plus
importantes.

armelle 20/04/2014 09:38

J'aime bien cette phrase de René Girard : " Le sacré, c'est tout ce qui maîtrise l'homme d'autant plus sûrement que l'homme se croit plus capable de le maîtriser".

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche