Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 08:39
Libre arbitre ou le moment du possible

Dans le déroulement d’une existence, l’exercice de la liberté ou du libre arbitre est un moment du possible où nous effectuons un acte qui ne dépend que de nous-même et de la seule force de notre volonté, en quelque sorte un moment où nous prenons notre propre mesure et agissons en fonction de notre détermination. Tant d’actes avortent par faiblesse de l’âme, nous faisant retomber dans le marécage des opinions en vogue, des entrainements naturels ou sociologiques,  le tourbillon des idées et des opinions dominantes. Si le temps permet tout, rien n’est définitivement assuré. En cet instant du possible où mon libre arbitre s’exerce pleinement, son efficacité ne peut résider que dans la réflexion. C’est en toute connaissance de cause que je me refuse à céder à l’humeur passagère ou à la pression de l’affectif et de l’émotionnel. "Dans l’existence, la raison ne se sépare pas de la liberté, elle est générosité" - assurait Descartes, tandis que Jacques de Bourbon-Busset la nommait « la raison ardente », l’ardeur étant l’élément de base indispensable dans tout acte de courage. Cette ardeur, qui nous transcende, s’oppose alors à la tentation de céder à la facilité, à l’abandon, au renoncement.

 

Le mythe d’Er – qui termine « La République » de Platon – a pour ambition d’exposer une vérité sur l’homme chez qui la raison ne semble pas en état d’opérer un ralliement. D'autant que ce que je veux n’est pas obligatoirement ce que … je peux. Il y a parfois une marge immense qui sépare le désir de ma volonté et la volonté de mon désir. Bien sûr, tout choix exige des renoncements et la personnalité de chacun est toujours plus complexe que les choix proposés. Par ailleurs, notre caractère fluctue avec le temps et les conditions environnantes. Il serait irréaliste de nier les données événementielles auxquelles nous avons à faire, et tout aussi irréaliste de nier la nature humaine. Cependant notre liberté autorise certains aménagements et il est évident que nous évoluons avec le temps et selon les circonstances qui s'offrent à nous. Mais la faiblesse ne sera jamais une excuse.

 

Ce n'est qu'en tant que personne, dans ma singularité propre, que je suis apte à faire des choix déterminants et à conduire ma vie en usant de mon libre arbitre et de mon discernement. Sur quoi repose la notion de libre arbitre ? Deux points de vue s’opposent qui traversent l’histoire de la philosophie et subissent bien des atermoiements et des variantes. Du point de vue de la personne, c’est-à-dire du point de vue de la conscience, nul ne peut décider à ma place ; même ne pas décider est une décision et la moindre action digne de ce nom m’engage. Ne serait-ce que pour une chose aussi simple que lever le bras, il faut que je le décide, tout au moins faut-il que je le pense et que je le réalise. Le libre arbitre engage assurément ma responsabilité. Cela fait-il du libre arbitre, et du contrôle qu’il exige, une donnée essentielle ? Est-il si évident que nous soyons en mesure d'exercer une censure sur nos pensées et nos émotions ? La plupart de nos actions ne sont-elles pas des réactions mécaniques qui répondent à des facteurs divers (émotions, préjugés, éventualités, hasards) que nous ne maîtrisons pas davantage ? Certes, je suis à l’origine de mes choix, mais ai-je choisi d’être ce que je suis ? Pour que nos actions soient vraiment les nôtres, il faudrait que nous puissions nous choisir nous-même et cela n'est pas possible ? Peut-on revendiquer un choix absolu de soi-même, me suis-je choisi moi-même ? Alors, comment me considérer comme libre ? A n’en pas douter, ce n’est que dans une perspective spirituelle que la liberté, ma liberté intérieure, apparaît la plus évidente car je suis libre d’être, libre de me définir en fonction de mes exigences intimes, libre de m’engager dans des actes conformes à mes convictions, libre de réfléchir, de juger, de penser, libre de croire. Et cette liberté-là, personne ne pourra m’en priver.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique LES QUESTIONS QUE L'ON SE POSE, cliquer  ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES QUESTIONS QUE L'ON SE POSE
commenter cet article

commentaires

Georges Gillet-Yant 29/01/2017 02:04

Quand la conscience la plus intime de notre arbitre personnel s'accorde ce dangereux degré de liberté affective, voire émotionelle, d'un identitaire 'à la Goebbels', il me semble important de la tempérer par un sens humain de l'éthique et de la morale, aujourd'hui, pour éviter les horribles dérapages populistes de notre Histoire.

Loic 29/05/2016 18:32

J'aime beaucoup cette image :le moment du possible ou nous pouvons nous engager dans quelque chose de constructif ou nous derober. Il y a des moments ou nous engageons une grande part de notre avenir avec determination mais sans pouvoir evaluer pleinement les consequences, malgre une reflexion honnete. Car il y a les facteurs du temps et les evenements inattendus. Je pense a un mariage, a une creation d'entreprise. Tant de choses peuvent, par la suite, ruiner nos esperances et notre bonne volonte.

armelle 29/05/2016 09:46

Il y a une part de prédestination et de détermination en chacun de nous. Nous pouvons ou non la reconnaître et la légitimer. Oui, Dostoïevski a remarquablement illustré, dans ses romans, à la fois fatalité et libre arbitre, soit ce moment du possible ou tout peut se faire ou se défaire.

Edmée De Xhavée 28/05/2016 19:16

Un sujet qui m'est cher aussi... on est en effet libre de décider (et il me semble que l'on doive se libérer suffisamment pour, justement, faire ses propres choix). Mais nous n'avons pas choisi le décor ni les éléments qui nous constituent, notre génétique, notre éducation, les influences etc. Aussi on est libres dans le carcan qui nous est propre, et comme dit Armelle cette liberté n'est complète que sur le plan spirituel. Mais nous avons le devoir de nous libérer autant que possible pour faire notre vie et libérer les autres du poids de nos inerties et indécisions, de nos remords; regrets, hésitations etc....

Sandrine L. 28/05/2016 09:40

Dostoïevski a admirablement dépeint cette notion du libre arbitre dans ses romans et les répercussions, enchaînements, ricochets qu'il implique dans une vie (que le libre arbitre soit actif ou passif). Nul autre que soi peut bâtir son existence, ou la détruire; la volonté personnelle devient une variable d'ajustement lorsque les conditions extérieures bouleversent le cours "normal" des choses.
Je m'interroge sur la notion de destin, de "fatum". Sur une forme de prédestination inscrite non seulement dans nos gènes mais aussi dans notre psyché (mémoire des aïeux, transmission de problèmes non réglés, etc.) que l'on porte en soi et qui conditionne nos décisions et nos actes. L'impression d'être reliée et interdépendante de toute ma lignée est forte, quoi que je fasse de mon libre arbitre (qui existe mais qui est soumis à des invariables propres à l'histoire, aux cellules, au libre arbitre de mes ancêtres). Je me pose la question...

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche