Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 09:57
24 heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig

 

C’est à la vitesse de la lumière que Stefan Zweig nous raconte les 24 heures de la vie d’une femme. On plonge dans l’histoire comme aspirés par la vivacité des phrases qui nous saisissent et nous emportent en une suite ininterrompue qui nous laisse essoufflés et abasourdis lors des ultimes mots et du dernier point. Mais sommes-nous dans un roman ou dans un film ? L’écrivain parvient à faire défiler dans notre imaginaire une telle suite d’images que l’on a vraiment l’impression d’entrer non seulement dans les décors extérieurs mais dans l’intimité des expressions, des gestes (le jeu de mains longuement décrit de l’un des personnage: « ces mains admirables, nerveuses et souples … ») et d’accéder pleinement aux divers sentiments éprouvés par les deux héros, Mme C. et l’autre, celui dont on ne saura jamais ni le prénom, ni le nom : « Je n’oublierai jamais la reconnaissance passionnée, d’abord humble, puis peu à peu s’illuminant, avec laquelle cet inconnu, cet homme perdu, m’écoutait ; je n’oublierai jamais la façon dont il buvait mes paroles lorsque je lui promis de l’aider ; et soudain il allongea ses deux mains au-dessus de la table pour saisir les miennes avec un geste pour moi inoubliable, comme d’adoration et de promesse sacrée. »

 

Qui sont-ils ? L’une observe, jolie femme d’une cinquantaine d’années, veuve qui a complètement renoncé à la vie et poursuit la sienne avec autant d’austérité que de sagesse et, l’autre, un jeune homme solitaire, qui joue. Tandis que cette femme guette et s’inquiète, le jeune homme met sa vie … en jeu dans les casinos. Curieusement l’action est réduite à sa plus simple expression, ce sont les sentiments, les sensations, ces choses intimes et secrètes qui occupent tout l’espace et nous font cavaler à leur suite dans des paysages intimes où l’émotion est omniprésente. Si bien que le récit de ces 24 heures, ce court moment dans une existence quelle qu’elle soit, prend une dimension considérable et ne nous lâche pas une seconde tant le texte est vif et ardent, au point qu’il est impossible de quitter ce livre avant de savoir où ces deux êtres nous mènent. Le roman idéal en quelque sorte, savamment conduit et orchestré. Un petit chef-d’œuvre de savoir-faire et de grâce littéraire. Un ouvrage que tout jeune auteur devrait lire avant de se jeter dans l’écriture de son premier roman car, ici, tout est formulé à la perfection : le déroulé et l’évolution du narratif, la qualité fluide du style, l’imagerie des scènes qui semblent composées par un maître photographe, enfin cette souplesse de l’action, ce questionnement qu’elle induit, cette justesse dans les propos, le choix précis du vocabulaire où chaque mot entraîne le suivant de façon inexorable. La phrase n’hésite jamais, elle s’emballe, se cabre, se courbe, s’enlace, elle est magnifique de précision, elle dit l’attente, le soupçon, l’inquiétude, le doute, la surprise ; elle coule de sa source à son estuaire en un flux agité et rapide comme le cœur qui déborde, se perd et se laisse submerger par une ultime vague.

 

Je ne vous dévoilerai certes rien de plus de cette histoire qui se situe sur la Riviéra durant les années 1900, dans les décors d’un grand hôtel et d’un casino. Un événement va s’y produire qui met le narrateur en présence d’une femme auquel cet événement rappelle un moment de sa propre existence, moment qui l’a marquée à jamais et dont elle éprouve le besoin de se délivrer auprès d’une oreille bienveillante, celle du narrateur bien entendu. N’en doutons pas, nous venons d’entrer dans l’arène  pour des joutes à fleurets mouchetés, d'une audace et d'une élégance pathétiques.

 

Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer  ICI

 

RETOUR  A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Stefan Zweig

Stefan Zweig

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Loic 22/05/2017 21:10

Un grand moment de litterature.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche