Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2022 3 18 /05 /mai /2022 07:53
Passé le dernier amer, le dernier cap, la salutations des phares

Passé le dernier amer, le dernier cap, la salutations des phares,
l’eau souveraine jusqu’au débordement des astres !
Voie royale sous l’arc de triomphe du ciel,
elle est immensité mouvante au regard,
chaussée d’écume pour la marche océanique des dieux.
L’ère du songe s’ouvre aux hommes qui s’éloignent.
Ils laissent ici leurs instances, leurs lois et leurs réquisitoires.
Hommes, qui d’entre vous fut pris à défaut ?
Délivrez-vous de l’assistance servile des masses,
honorez votre âme d’un règne nouveau,
délestez la quille des parures et artifices
dont vous fûtes ceints et vêtus,
elle est votre île sur les flots.
Plus nus êtes-vous, plus affranchis dans la lumière.
Votre regard s’accoutume à la blancheur du sel sur les vagues,
à l’éclat du couchant qui saupoudre les eaux
d’une manne d’étoiles.
Solitude en mer dans un lit de plancton et d’algues,
votre couche est quelque part dans l’enfléchure des haubans.
Hommes, vous voici légataires d’une vie sans offense
Au seuil de l’empire des eaux, au seuil de votre âme marine.


Et l’eau toujours dans sa profusion !


Eux, debouts ainsi que des ressuscités,
avec leurs beaux visages marqués aux tempes du signe d’élection,
scrutent des lointains qui se dérobent.
Il savent qu’ils peuvent tendre les mains,
rien ne viendra de ces espaces démesurément grands
que le ciel semble boire.
La carène est de ce bois dont, autrefois,
ils firent leurs cases, puis leurs chaumières,
et puis leurs croix.
Le départ a tranché les liens d’angoisse.
Désormais, il n’y a plus de regrets à avoir,
il faut seulement aller, selon l’allure du vent,
à son amble, la voile bien étarquée.


Quand ils partirent,
le jour vibrait sur une élingue
aussi sensible qu’un violon,
tremblait aux lignes qui, hier,
marquaient son couchant.
Eux, comme sont les hommes qui se lèvent,
s’arrachant aux linges humides de la nuit,
ils venaient d’un pays
dont ils gardaient un peu de poussière sous les ongles.


Et la mer dans son effusion !


La vague toujours montante
et toujours renaissante
et qui ne s’affaisse que pour mieux se hausser
et se hausse encore et se grandit
pour ne décroître que faiblement,
puis s’élève si fort qu’elle joint les deux pôles
d’un même embrassement.
Le charroi des eaux jusques à elle
et l’onde liliale parcourue de risées
ainsi qu’un esprit qui se pense,
la soif inextinguible de l’être d’un coup, tout étanchée …


Rien ici qui ne fût conçu pour l’homme,
rien qui lui ressemblât en cette agora cosmique
où s’affrontent les dieux .
L’homme les côtoie avec effroi.
N’entend-il pas leurs curieux cris ?
Et ce firmament occlus qui se rompt
au passage d’un oiseau aux ailes
alourdies d’un vol prémonitoire !
Toutes ces légions, tout ce ciel
dans un mouvement vaste de houle,
submergeant les trop sages écluses,
sanctuaire doublement mobile
qui déroule ses cercles à l’infini.
N’est-ce pas l’empyrée qui, vers la haute porte scellée,
hâte son fleuve flamboyant tacheté d’azurite ?
Voici le reflet des choses quotidiennes
et leur profusion fauchée, démembrée par l’éclair,
là furent peut-être les lèvres aimées …
Unis jusqu’à la confluence des déserts
que le geste rituel du passeur désunit,
la mer languide sur son patchwork de corail
veille en songe les girandoles de la nuit.
Son chant ne fut jamais que l’austère murmure
des siècles qui se rongent.


Et l’eau dans sa rumination !


Ecoutons-là qui psalmodie sa longue phrase audible,
sa longue et interminable phrase, sa phrase intarissable,
qui nous dit l’ampleur de l’espace, l’indicible.
Une cloche tinte au cœur des eaux
et cette voix est celle d’un autre âge,
d’un âge de vieille mer, de vieux naufrage,
elle est celle d’un temps différent des autres.


Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE   « Cantate pour un monde défunt » Ed. Librairie bleue  1991 – Prix  Renaissance de poésie 1993


Pour consulter la liste de la rubrique "ARTICLES ME CONCERNANT", cliquer   ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Passé le dernier amer, le dernier cap, la salutations des phares
Partager cet article
Repost0

commentaires

I
Chère Armelle, avoir ces lignes du merveilleux Robert Sabatier, c'est recevoir une étoile supplémentaire....Il a raison...Votre lyrisme est envoûtant!<br /> Vous unissez le rêve le plus fou , le plus lointain, le plus mystique, à un sens de la réalité qui est chez vous un don supérieur et rare. Et c'est aussi ce qui envoûte. Et m'envoûte.<br /> Ce poème en prose est superbe .<br /> l'eau qui vit, l'eau qui est incarnée,et qui est ici le personnage principal , la mer qui prend les hommes pour leur offrir un autre monde, une autre vision, oui , tout cela est superbe.<br /> Et votre immense érudition se glisse dans les mots comme une main dans un gant.<br /> Je ne sais si vous écrivez, si vous composez, si vous peignez, car les mots chez vous sont des notes, des couleurs... et j 'irai même jusqu'à dire que vous sculptez aussi un univers dans notre univers.<br /> En fait, si moi aussi j'étais lyrique, je dirais simplement que tout en visant l'essence des choses vous transfigurez la réalité!<br /> Souvenez -vous, je vous l'ai dit, avant Vous, je différenciai poème et poésie, je n'aimais que Baudelaire, Verlaine, Hugo, Rimbaud, et moi.... ( je vous le dis en souriant) , bref uniquement les créateurs de rimes et surtout d'alexandrins. Et voyais dans la poésie rêverie , mièvrerie, ingénuité , et romantisme d'adolescente. Puis je vous ai rencontrée et j'ai su.<br /> J'ai su qu'elle pouvait être bien autre chose... <br /> La force, la puissance, la folie, le songe éveillé, la réalité vécue et sacralisée...<br /> Oui, depuis vous, Armelle, j'ai su.<br /> Et ce poème m'enchante comme les autres, et si vous préfériez que je l'appelle poésie, alors je le ferais, car maintenant, et grâce à vous, La Poésie a atteint pour moi ses lettres de noblesse.<br /> Isabelle
Répondre
A
Merci de vos visites et de vos commentaires toujours si amicaux. Le regard d'une philosophe est précieux pour moi et d'une poète qui sut si jeune toucher l'essentiel.
A
Un magnifique poème qui évoque très bien la fascination de l'homme pour la mer si inquiétante, si immence et si puissante.
Répondre
A
Merci Adèle. Vos visites me font plaisir.
L
Ce theme de la mer est grandiose. Vous avez su trouver les mots appropries pour lui donner sa grandeur et sa puissance.
Répondre
A
Merci Loïc. Il est vrai que la poésie n'est plus guère à la mode mais il est important qu'elle exprime une part de l'essentiel, qu'elle soit présente dans nos vies comme un recours.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche