Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2021 5 18 /06 /juin /2021 09:20
La rivière des filles et des mères de Edmée de Xhavée

Avec ce dernier roman, Edmée de Xhavée ouvre un vaste panorama en proposant à ses lecteurs une saga familiale sur cinq générations et, plus précisément, sur les femmes qu’elle évoque avec une saveur toute personnelle. Dès le début, elle frappe fort notre imaginaire, nous immisçant dans le monde des Ojibwés dont Guillaume Goguet, dit Bellefontaine, épouse l’une des très jeunes filles après avoir quitté sa Bretagne natale et ses terres confisquées à la Révolution, afin de vivre sans contrainte tel un coureur des bois. « J’étais membre de la tribu des Ojibwés, née au sud du lac Supérieur. Ma mère et sa sœur avaient été enlevées aux Abénaquis … Et Guillaume Goguet m’a échangée contre du café et du sucre. Peut-être un ou deux fusils. » Voilà ce que précise la première femme du roman qui fonde la dynastie des quatre suivantes, chérit chacune des saisons et connait toutes les choses que les femmes doivent connaître. Cette Belette, tel est son nom, donnera naissance à plusieurs garçons et à Enimie qui sort de la cabane de trappeurs de ses parents pour tracer son destin avec un indéniable panache, abandonnant la vie rurale pour celle de la ville, après avoir été éduquée dans un pensionnat où l’on apprend les bonnes manières. « Lors des retours à la cabane, je commençais à saisir ce qui séparait – et finalement isolait – les miens des autres. Le Goguet, Odon, Lô et ma mère Belette …  ils étaient dans leur élément, oui, parfaitement rodés à la vie des bois, et je n’avais jamais manqué de rien, sauf … du monde. » A la mère nourricière succède ainsi une femme qui forge son avenir avec audace, épouse Calum, qui préfère les hommes mais l’aime tendrement, et attendra quelques années pour attraper «le désir» lors d’une soirée avec le prince Albretcht.
 

 

Après Enimie vient Mackie, la princesse, qui vit un amour fou avec Urbain, et sera la mère de Mariette et de Jules-Nicolas. Ils élèvent des chevaux dans leur ranch, mais Urbain s'accorde de nombreuses libertés financières et trois hommes en colère vont débouler un jour pour assumer leur vengeance, alors qu'il est absent, tuer Wang Shu la servante, Ole Sundquist, l'autre employé, et Chun Hua, avant d'arracher un oeil à Mammackie. "Quand papa revint - écrira Mariette - je me ruai contre lui et m'ancrai à ses jambes, alors il chercha à se libérer aussi doucement qu'il le pouvait mais je sentis ses mains trembler." Défigurée, Mammackie fera face, tandis que l'homme de sa vie sera rattrapé et tué par ses créanciers. La vie est difficile désormais et par une "journée de velours" un nouveau drame se profile. "C'est ainsi que j'ai vu la poussière s'élevant de la route de terre rougeâtre, une poussière qui courait vers nous à vive allure comme un dust devil trapu et décidé." Mariette a compris ce qui s'annonçait, a saisi son arc et lorsque la voiture folle passe près d'elle, vise et lâche sa première flèche. Il en faudra deux autres pour abattre l'homme. Mammackie, qui a assisté à la scène, dira simplement "On n'en parlera jamais, c'est entendu ?" Dans le coffre de cette voiture folle, qu'ils iront immerger dans un lac, Mammackie et ses enfants découvrent un malheureux chien de 7 ou 8 mois qu'ils adopteront et qui remplacera la louve Cheète qui avait été abattue lors du précédent drame. Désormais, la guerre se profile et Jules-Nickie s'en va rejoindre l'armée, se bat au Monte Cassino, devient sourd et, par la suite, renoue avec des cousins qui vont lui proposer de venir les rejoindre en Belgique pour travailler avec eux, ce qu'il fera, et incitera sa soeur à en faire autant. "L'engouement pour la vieille Europe qu'on venait de sauver et l'amour pour la vraie qualité indémodable vinrent au secours de Jules-Nickie, qui enfin vit progresser cette nouvelle aventure, et surtout ... y mit le dévouement que l'on ne met que dans un objectif qui paie en satisfactions d'excellence." 

 


Dans ce beau roman, la poésie des paysages est également constante, évoquant ces vies successives avec d’autant plus de véracité que l’auteure a vécu en Amérique plusieurs années, nous donnant à voir des terres âpres, emplies d’un profond silence, où galopent les chevaux et l’imagination du lecteur. Ainsi ces femmes ont-elles forgé leurs caractères aux exigences d’une réalité dont les temps forts sont ruraux pour la plupart et accordés à la respiration constante de la nature et des êtres qui y résident. Plus tard, Mariette, étant venue poursuivre son existence en Belgique, y perpétue sa descendance qui vogue au gré des événements et ne cesse de forger encore et toujours sa puissante originalité. L’ouvrage nous conduit alors à Trieste où  Louisiane, la petite fille de mammy Ayette, aime Vladimiro, un être instable qui la quittera parce que l’existence est ainsi faite, les artistes (il est sculpteur) sont souvent sujets à des passions folles et éphémères. « Tu es comme Mammackie » - constate Mammy Ayette. « Tu as laissé l’amour allumer un âtre en toi, et tu ne seras jamais sans feu. » Et il est vrai qu’aucune des femmes de ce roman ne l’est. Toutes ont affronté avec audace les divers orages de l’existence. A Liège en 1980, la fille de Louisiane et de son amoureux Vladimiro, baptisé Dracula, referme les pages  de la saga : « Maman me dit que j'ai peut-être brisé la malédiction des mauvais couples dans la famille, ou bien qu'il n'y en avait pas vraiment, ou encore que ce n'était finalement pas si mal que ça puisque la chaîne des enfants a continué, et que nous pouvons remonter de mère en mère jusqu'à une source lointaine, quelque part au Québec. » Nul doute, ces existences, riches et diverses, n'auront jamais connu la banalité et l'ennui. Il y a là, pour les décrire et nous les conter, un souffle, une puissance narrative qui porte haut des destins où s’allient, pour le meilleur et le pire, force et passion. Un roman que l'on quitte à regret parce qu'il sait nous envoûter par la richesse de ses descriptions et l'originalité de ses multiples personnages.


Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE


Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL


 

Edmée de Xhavée

Edmée de Xhavée

Partager cet article
Repost0
20 avril 2021 2 20 /04 /avril /2021 15:32

8035-web.jpg

 

 

 

Il possède tous les atouts et les tient fermement dans sa main verte, le printemps. Un poker d'as qui stigmatise ses concurrents : lumières, couleurs, parfums, abondance. Quelles cartes peuvent abattre les autres saisons face à lui ? C'est d'ailleurs d'or qu'il se couronne dès les premières semaines, l'or des jonquilles qui vient parsemer les jardins et les prairies, celui des forsythias qui forme des haies d'honneur au sommet des talus et explose en grappes serrées le long des chemins et des routes, avant que le blanc des cerisiers et des aubépiniers ne devance de peu le tendre rose des pommiers. Quel éclat, quelles fragrances se diffusent alentour, on ne sait plus où tourner le regard tant il est sollicité par les quenouilles des marronniers, les soyeux pétales des camélias qui se déclinent dans une multitude de teintes et forment des corolles en étoiles ourlées délicatement ou par les amphores sublimes des magnolias tulipiers qui offrent au soleil leur transparence nacrée ; oui, le printemps sort chaque année son grand jeu et nous n'y résistons pas.  Et pourquoi y résisterions -nous ?

 

 


camelia_kerguelen_r_r00010340420_0.jpg

 

 

 

Après la stricte observance de l'hiver qui, revenant aux fondamentaux comme diraient nos journaliste au sujet des lois, c'est-à-dire à la simple ordonnance de l'architecture végétale, certes belle en soi dans son dépouillement, le printemps exulte et se livre aux délices de l'imagination, s'enivre de couleurs, de formes, d'audace, de luxuriance. Rien n'est trop beau, il faut user sans réserve, sans discrétion excessive, des ressources de la nature qui paraissent inépuisables. Il faut également affirmer haut et fort que rien ne meurt, que tout se transforme, que rien ne passe, que tout revient, que le silence, le linceul des neige, les grands vents n'étaient qu'une étape obligée, un accident de la vie et du temps ...  un oubli d'éternité. 

 

 

Désormais, il fait bon flâner, s'attarder sur un banc, contempler les déclinaisons savantes de la lumière qui se prolongent à l'envi, s'épanchent, posent un film délicat de transparence sur les nuages et les frondaisons, goûter aux salades croquantes, bientôt aux premières cerises, cueillir les fleurs sauvages, les boutons d'or, les pâquerettes, les violettes timides, les coucous, surprendre le chant mélodieux des grives musiciennes, des merles et des rouges-gorges, observer la pie en train de fignoler son nid sur la plus haute branche d'une futaie, en un mot comme en dix se laisser gagner par l'allégresse. Quelque chose dans l'air s'est euphorisé, notre quotidien nous semble plus léger à porter, voilà que l'on se plaît à fredonner, que les champs retrouvent leur animation, que les agneaux, les veaux se regroupent sous les ombrages pastoraux, que l'eau a repris un débit primesautier ; oui, que le monde est beau mes amis, que le monde est beau !

 

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer   ICI

 

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 

 

papillon-dans-des-fleurs-jaunes-t2 

2664790963 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 08:30
Boudin - la plage de Trouville - 1864

Boudin - la plage de Trouville - 1864

Entre la Normandie et les peintres, c'est une longue histoire d'amour. Depuis la nuit des temps, ils aiment sa campagne qui vient vagabonder jusqu'au bord des eaux, ses ciels mouvants qui, en se reflétant dans la mer, créent avec elle une alliance à nulle autre pareille, ses nuages dans les dégradés de gris où, le soir venu, le soleil allume de somptueux brasiers. D'elle, ils aiment aussi ses chemins creux, ses champs quadrillés de pommiers, ses haies vives, les troupeaux qui paissent paisibles dans leur circonférence d'herbes drues, enfin ses ports qui invitent les esprits aux voyages, les voiles qui se déploient au loin dans le mouvement saccadé d'une houle venue d'ailleurs. 

 

C'est ainsi qu'il y eut une époque où Boudin inventa les scènes de plage et posa son chevalet sur celle de Trouville pour tenter de renflouer ses finances en s'intéressant à la clientèle fortunée qui venait de prendre ses quartiers d'été dans cette petite station balnéaire devenue "la reine des plages". Trouville et Deauville, qui vient de sortir des sables, sont alors desservies par un train qui voit descendre fréquemment sur le quai de sa gare les chapeaux haut-de-forme des messieurs et les robes à crinoline des dames du Second Empire.  Grâce à son pinceau léger et à sa touche subtile, Boudin détaille les tenues des estivants déambulant sur les planches ou assis devant leurs cabines de bains et, en quelques touches, immortalise les scènes de la vie balnéaire avec une grâce qui enthousiasme bientôt les amateurs d'art. Eugène Boudin vient d'inventer un genre nouveau en phase avec la civilisation des loisirs qui ne cessera de perdurer jusqu'à nos jours. 

 

Boudin - scène de plage - 1863

Boudin - scène de plage - 1863

Boudin sera bientôt rejoint par Courbet qui s'enchante de saisir les instants magiques de la lumière et du vent  sur les grandes étendues de plage, où mer et ciel jouent à se refléter l'un l'autre. A la différence de Boudin, Courbet s'applique à peindre des" paysages de mer" qu'il préfère à l'expression trop employée selon lui de "marine", marines qui sont la plupart du temps des scènes dépourvues de vie humaine. Whistler va sans plus tarder gagner Trouville à son tour et s'éblouir de ces horizons en privilégiant l'harmonie des couleurs. Mais, contrairement à Courbet  qui travaille une matière épaisse, il s'attachera à user d'un toucher plus fluide. Il ne craindra pas de reprocher à son maître son "damné réalisme" et à affronter ses critiques, bien que tous deux se rappelleront longtemps les moments exquis qu'ils partagèrent sur le littoral en dégustant des crevettes au beurre frais et en se grisant de rêve et d'espace.

Courbet - la plage à Trouville - 1865

Courbet - la plage à Trouville - 1865

Whistler - Courbet à Trouville - harmonie en bleu et argent - 1865

Whistler - Courbet à Trouville - harmonie en bleu et argent - 1865

 

Lors de l'été 1870, c'est au tour de Monet de quitter Bougival avec épouse et enfant pour le passer à Trouville et proposer, à la suite de Boudin, des images-miroirs à la riche clientèle qui fréquente les lieux et qui, désormais, fixera ses souvenirs estivaux en accrochant les  tableaux aux corniches de ses salons. C'est ainsi qu'il peint l'hôtel des Roches-Noires où Marcel Proust, qui sut admirablement décrire, non au pinceau mais à la plume, la Normandie, séjournera douze années plus tard avec sa mère, ou bien le spectacle d'élégants promeneurs s'attardant sur le sable à Trouville, ou encore Camille  - sa jeune femme - causant avec sa voisine. Et il n'est pas impossible que la femme en noir assise à ses côtés sur cette toile soit Marie-Anne, l'épouse d'Eugène Boudin. Sur les neuf sujets traités cet été là par Claude Monet, citons "L'entrée du port de Trouville" qui sera acheté par le galeriste Paul Durand-Ruel et marquera ainsi le début de sa longue collaboration avec celui qui avec "Impression au soleil levant" fera de la Normandie le berceau de l'impressionnisme. 

 

Claude Monet -Camille sur la plage de Trouville - 1870

Claude Monet -Camille sur la plage de Trouville - 1870

Claude Monet - L'entrée du port de Trouville - 1870

Claude Monet - L'entrée du port de Trouville - 1870

 

C'est aux alentours de 1880 que Caillebotte, grand amateur de nautisme, vient régater à Trouville, s'installant d'abord à la villa des Fleurs, puis à l'hôtel de Paris. Il réalisera une série de vues plongeantes prises depuis la corniche surplombant la mer, représentant les villas et chaumières qui s'étagent au flanc de la colline avec leurs jardins fleuris et leurs vues saisissantes sur les voiles qui s'égaient au large. Longtemps sous-estimé, ce peintre délicat a été redécouvert récemment et doit beaucoup aux collectionneurs américains qui surent apprécier son charme et ses audaces picturales bien avant les Français.

 

Mais pourquoi la Normandie a-t-elle occupé une place aussi éminente dans l'art pictural et l'impressionnisme en particulier ? Je le disais au début de cet article, pour la grâce et la diversité de ses paysages, mais également la richesse de son patrimoine architectural (on se rappelle les études de lumière que Monet a consacrées au porche de la cathédrale de Rouen ), pour la découverte du paysage de plein air que les peintres vont apprécier de plus en plus et, enfin, pour la mode des bains de mer et l'émergence du temps des loisirs que les plages normandes surent instaurer de façon permanente entre vagues et falaises.
 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE


Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

AUTRES ARTICLES CONCERNANT TROUVILLE ET LES  PEINTRES :
 

Eugène Boudin, le magicien de la lumière

Claude Monet en Normandie

Charles Mozin, le peintre de Trouville

Eugène Boudin et les plages normandes

 

 

Gustave Caillebotte - Vue sur la mer à Trouville - 1884

Gustave Caillebotte - Vue sur la mer à Trouville - 1884

Villa rose à Trouville - 1884

Villa rose à Trouville - 1884

Partager cet article
Repost0
27 février 2021 6 27 /02 /février /2021 10:12
L'âme désarmée de Allan Bloom

Rééditée aux Belles Lettres, « L’âme désarmée », œuvre majeure de l’intellectuel américain Allan Bloom, mort en 1992, est une réflexion d’une brûlante actualité sur le déclin progressif, et semble-t-il inexorable, de la culture occidentale. Professeur à l’université de Chicago, Allan Bloom a écrit son chef-d’œuvre dans les années 80 après la révolte des campus, la remise en question de l’autorité, l’allègement des programmes scolaires et universitaires et l’introduction de la discrimination positive qui a condamné l’Occident d’aujourd’hui à une décadence dont nous sommes les témoins passifs.


 

Allan Bloom s’inquiétait déjà que l’université – îlot de liberté intellectuelle dans une société gouvernée par l’opinion publique – soit peu à peu conduite à prôner l’égalitarisme plutôt que l’excellence, le relativisme davantage que la quête de la vérité, et l’ouverture aux autres cultures que l’universalisme civilisationnel. D’où l’extraordinaire actualité de cet ouvrage et son prophétisme dans une société malade, dont la ruine intellectuelle  n’a cessé de s’intensifier avec le temps. Remercions les Belles Lettres d’avoir eu la bonne idée de republier ce texte en traduction intégrale et de nous rappeler ainsi les questions qui se posent à notre temps, gagné par un délabrement spirituel gravissime.

« Le tissu délicat de la civilisation, fait de la trame de la chaîne des générations successives, s’est complètement effiloché, et les enfants sont encore élevés, mais ne sont plus éduqués. »


 

Certes, dans l'actualité contemporaine, les auteurs de jadis sont le plus souvent remplacés par Playboy ou des revues pseudo-scientifiques qui promulguent, à longueur de pages, l’intelligence artificielle et l'homme augmenté, cet homme nouveau dont on parle depuis longtemps. Ainsi, ces revues diverses et variées se réjouissent-elles  de  l'avenir enchanteur que cette intelligence offrira aux générations qui vont suivre et aux progrès gigantesques qu'elle leur permettra de réaliser. D’ores et déjà, nous assistons au recul de la culture et à l’abandon de l’Histoire qui est notre lien privilégié avec le passé, à la perte du  goût et de la pratique de la lecture, au mépris affiché à l'encontre de tout ce qui a un rapport avec  la tradition, à la disparition progressive de la musique classique, à la libération sexuelle à tout crin qui s’exerce sans tabous et sans contraintes, époque où la théorie du genre fait en sorte que certains hommes veulent devenir des femmes et vice versa. 

 

Lecteur de Tocqueville, Allan Bloom voit dans la puissance de l’égalitarisme la source évidente de notre déclin et l’apparition d’une société où, désormais, plus personne n’est à sa place, où tous les styles de vie et de créativité se valent et où le nivellement des valeurs engendre une profonde et grave crise de civilisation. L’auteur nous rappelle combien «  la présence active de la tradition dans l’âme de l’homme lui donne une ressource contre l’éphémère » et combien notre mal-être et notre fragilité s’amplifient face aux périls qui nous guettent. Aussi contre le poison du nivellement des valeurs, nous propose-t-il un retour à  la vie de l’esprit, qui est la dignité et la noblesse de l’homme pensant. Un ouvrage à se procurer d'urgence.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
 

Allan Bloom

Allan Bloom

Partager cet article
Repost0
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 10:46
Vermeer ou l'énigme intérieure
Vermeer ou l'énigme intérieure

Vermeer est le peintre qui m’a le plus impressionnée dans ma jeunesse, lorsque mes parents m’ont emmenée faire un voyage en Hollande. J’avais quinze ans. Ses couleurs douces, l’intimité de ses compositions m’avaient subjuguée. J’étais d’emblée sous le charme de cette peinture simple et tranquille qui nous propose une suite de scènes de la vie domestique. Le peintre de Delft, ville ravissante penchée au-dessus de ses canaux, ne connut pas après sa mort, survenue le 15 décembre 1675 à l’âge de 43 ans, la renommée dont ont bénéficié la plupart des autres. Il faudra attendre le XIXe siècle pour que Maxime Du Camp et Théophile Gautier le découvrent et le réhabilitent.

 

De sa vie, nous ne connaissons quasiment rien, sinon qu’il s’était converti au catholicisme et qu’il eût quinze enfants de son épouse Catharina Bolnes, probablement la jeune femme qui figure sur la plupart de ses toiles. Quant à ses traits, nous ne les connaissons pas davantage, il ne nous a laissé aucun autoportrait. La seule fois où Vermeer représente un peintre, lui assurément, ce sera de dos, aussi le secret le plus total repose-t-il sur sa personne et sur sa vie. Le mystère l’entoure et ajoute encore à l’aura de magie qui baigne son œuvre.

 

Néanmoins, il a su rendre palpable, à travers elle, l’existence quotidienne de son temps et détailler chacune des anecdotes qu’il a choisies de représenter d’un pinceau minutieux où il n’a omis aucun détail, préférant aux scènes de mythologie ou de religion traitées par de nombreux autres artistes, ces épisodes banals et courants.

 

Pendant longtemps, les toiles de Vermeer furent attribuées à d’autres : ainsi à De Hooch qui savait conférer à ses tableaux des jeux de lumière assez semblables et procurer à ses scènes une même dignité quasi liturgique ; ou bien encore étaient-elles imputées à Ter Borch, ce qui montre à quel point Vermeer était sorti de l’actualité picturale de son époque.

 

Marcel Proust dans sa Recherche rendra un hommage vibrant au peintre de Delft, cet artiste qui s’était représenté de dos le bouleversait, de même que ses sujets lui apparaissaient nimbés et animés d’une grâce envoûtante. Il est vrai que la contemplation de ses œuvres nous plonge aussitôt dans un univers spirituel, un silence profond qui est celui du monde intérieur, une interrogation qui est déjà celle de l’éternité, si présente sous son pinceau dans le quotidien. Par ailleurs, la place réservée aux femmes est immense. Elles sont là, empreintes de dignité, de réserve et de naturel. Dans leur modeste apparence, elles sont les madones de la contemplation, les impératrices du quotidien, toute de simplicité majestueuse au cœur de leur royaume domestique, plongées dans une énigmatique rêverie et isolées dans un halo de lumière, tant il est vrai que le peintre, mieux que personne, a su rendre mystique la lumière du dehors pour la concentrer sur l'intimité du dedans.

 

Nul doute que ces femmes nous saisissent par leur attentive concentration et leurs attitudes journalières, cette réalité somme toute triviale a le pouvoir de nous propulser ailleurs, de nous faire toucher du doigt une dimension spirituelle. Aussi, rien d’étonnant à ce que Marcel Proust ait considéré Vermeer comme le peintre le plus apte à nous émouvoir et à nous toucher. Son monde est proche de celui de l’écrivain qui a passé l’essentiel de son temps à nous immerger dans le royaume intime où toute chose prend valeur d’éternité et où ce qui semble le plus banal est traversé d'un souffle surnaturel.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

 

Pour de plus amples renseignements au sujet de l'exposition, cliquer  LA

 

Et pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Vermeer ou l'énigme intérieure
Vermeer ou l'énigme intérieure
Vermeer ou l'énigme intérieure
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 14:03
Ma lettre au Père Noël 2020

Voyez-vous en me préparant à écrire ma lettre au Père Noël, je me sens, cette année encore, indécise et perplexe, car je ne parviens pas à me faire à l’idée que la plupart des gens ne croient plus à rien et que mon propre entourage a éclaté de rire lorsque je lui ai avoué que j’allais très prochainement me saisir de ma plus belle plume pour lui adresser un message. Comment, tu crois au Père Noël ? – se sont-ils esclaffés en pouffant dans leurs mains. Eh bien oui, ai-je répondu, je crois au Père Noël, à cette dernière lueur de poésie qui brille encore faiblement sur notre grise planète car je ne puis imaginer un monde sans espérance, sans rêve, qui n’envisagerait pas de farder les jours, voire les nuits, avec les couleurs de l’imagination. Envisagerions-nous un monde sans fée, sans lutin, sans clown, sans prestidigitateur, sans fabulateur, sans conteur, sans tapis volant et sans lui, ce cher Père Noël, pour nous inviter à quitter, ne serait-ce qu’un court moment le quotidien et ses séries noires car, hélas, le mal se porte bien !

 

Je n’ai, pour tenter de convaincre les plus désabusés, les plus désenchantés d’entre nous, que quelques arguments, mais ceux-ci ne manquent pas de pertinence. Réfléchissons à ce que serait une existence sans illusion, une vie sans désir, un monde sans attente. L’attente de quelque chose de doux, de bon, qui nous serait destiné. Un cadeau du ciel, mais oui, un sourire de dame providence. Un futur corrigé d’une plume alerte et opportune.

 

 

Il est vrai aussi que le Père Noël, auquel je m’adresse, n’est pas celui rondouillard et peu loquace reproduit à l’identique et de multiples fois dans les rues et les grandes surfaces de nos villes au moment de l’Avent ; le mien est aujourd’hui encore paisiblement assis sur sa planète avec son char d’étoiles à ses côtés et son hamac couleur d’arc-en-ciel. Il médite en contemplant les aurores boréales, les innombrables couchers et levers de soleil dont s’émerveillait déjà le petit Prince, et surtout il ne cesse de s’étonner de l’agitation qui anime, et trop souvent pour le pire, notre planète Terre. C’est la raison pour laquelle il a choisi la nuit et son calme relatif pour agir à la vitesse de la lumière et déposer ses présents dans les souliers de nos enfants. Et tout particulièrement cette année où il lui faut porter un masque.

 

Si je me permets de lui souffler un conseil, soyez assurés que je le fais avec infiniment de respect et dans le seul souci de relever un défi : en effet, les deux confinements qui viennent de frapper notre pays ont été difficiles à vivre pour les enfants et j’ose supplier le Père Noël de leur offrir ce qui ne peut que les inciter à rêver, à espérer, à envisager la vie sous des cieux plus limpides et que  la littérature, la musique et la poésie font mieux que toute autre discipline. Oui, pourquoi ne pas envisager cela, notre cher Père Noël chargeant sa hotte de millions de livres et de disques, d’albums et de recueils de poésie, de légendes exaltantes et de fables drolatiques, et  glissant délicatement dans les petits souliers, qui attendent au pied du sapin ou de la cheminée, les trésors de l’inspiration, de l'esprit, de l'illumination et de la grâce.  Alors ce Noël sera pleinement euphorisant après tant de journées  moroses.

 

ARMELLE


Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL


Et pour lire les lettres précédentes, cliquer sur leurs titres

Lettre au Père Noël 2016

Lettre au Père Noël 2015

Lettre au Père Noël 2013

Lettre au Père Noël 2012

 

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2020 7 05 /07 /juillet /2020 09:48
Luc Ferry en quête d'un nouvel humanisme


Luc Ferry, ex-ministre de l'éducation nationale, professeur, auteur d'une abondante bibliographie cherche à ré-introduire la philosophie dans les affaires de la cité et la conduite des coeurs. Rien que cela !  A ses yeux la philosophie doit redevenir ce qu'elle était à Athènes, il y a deux mille cinq cents ans : un art de vivre et de mourir. Autrement dit une école de sagesse. Pour ce faire, rien n'est plus fécond que de se plonger dans les grands mythes qui sont à la source du " miracle grec ".

 

Au commencement était les mythes - nous dit-il. Ce sont des histoires littéraires, bien sûr, mais qui tentent toutes de répondre à une question philosophique fondamentale, celle de savoir ce qu'est " une vie bonne" pour les mortels. La mythologie grecque va ainsi préformer l'interrogation philosophique la plus fondamentale, celle qui va de Parménide aux stoïciens, en passant par Platon et Aristote.
L'expression " vie bonne" renvoie à une interrogation qui n'est pas seulement morale, mais qui touche à la question du sens. Il ne s'agit pas tant de respect de l'autre que de chercher le sens de la vie pour des êtres qui vont mourir et qui ont peur de la mort. L'idée qui va dominer la mythologie et que la philosophie va reprendre quasi intégralement, c'est celle qui vient de la Théogonie d'Hésiode. Hésiode raconte la naissance des dieux, puis la guerre que deux générations de dieux vont se livrer. La première, composée par les Titans, dieux violents et guerriers, la seconde qui réunit les Olympiens, fils des Titans, conduite par Zeus. Les Olympiens vont faire la guerre aux Titans pour établir un partage juste et paisible du monde. A Gaïa reviendra la terre, à Ouranos le ciel, à Poséidon la mer etc. Ce qui va naître alors dans l'espace intellectuel, culturel, moral et même métaphysique grec est l'idée de cosmos, c'est-à-dire l'idée que l'univers tout entier n'est plus un chaos, mais qu'il est au contraire harmonieux, juste, beau et bon. C'est cette idée de cosmos qui permet de répondre à l'interrogation sur " la vie bonne". Le sens de la vie va se définir comme la mise en harmonie de soi. C'est le sens de la quête d'Ulysse. Que fait-il, sinon chercher à regagner sa place dans l'ordre cosmique. Il a été déplacé par la guerre de Troie, il va mettre vingt ans à retourner chez lui, dans son lieu d'origine, Ithaque, afin de se réajuster à l'ordre du monde, tout simplement. Car, au fond, que disent les stoïciens ? Qu'une vie réussie, c'est une vie en harmonie avec l'ordre cosmique. D'où les trois pans de leur philosophie. D'abord, la théorie, qui est la contemplation du monde pour déterminer où se trouve notre place. Ensuite, la morale, qui est l'ajustement à cet ordre du monde. Enfin, la question du salut : qu'est-ce qui nous sauve de la mort ? Ce message formulé rationnellement par les stoïciens, c'est celui que l'on retrouve avec des accents encore cultuels et religieux, dans les grands mythes fondateurs grecs que sont l'Odyssée et la Théogonie.

 


Lorsque Zeus gagne la guerre contre les Titans, il fait apparaître que le monde est un ordre cosmique harmonieux, juste et beau. Ce monde est divin, en ce sens que nous, les humains, ne l'avons pas créé nous-mêmes. Mais ce divin-là n'est pas incarné dans une personne comme dans le Christianisme ; il est la structure anonyme et aveugle du monde. La première rupture, que le Christianisme instaure par rapport au divin grec, réside dans l'incarnation. Cette rupture va tout changer, et la problématique de la morale et la problématique du salut, puisque ce divin, incarné dans la personne du Christ, ne sera plus appréhendé par la raison, d'où la mort de la philosophie, si l'on peut dire, mais par la foi, fides, la confiance.

 


L'autre rupture est l'idée moderne d'égalité que pose le Christianisme. Et aussi d'humanité. On va inventer en même temps l'idée moderne d'humanité et la valorisation du travail. C'est la parabole des talents qui raconte l'histoire d'un maître qui part en voyage et confie des sommes d'argent à ses trois serviteurs. Losqu'il revient il demande des comptes. Que signifie cette parabole ? Simplement une rupture radicale avec le monde aristocratique pour lequel ce qui fait la dignité d'un être, c'est ce qu'il a reçu au départ, à savoir les talents ou les dons naturels. L'aristocrate est bien né, ou bien doué. Il y a une hiérarchie naturelle des êtres. Ce que la parabole des talents introduit est l'idée que ce qui fonde la dignité est non ce que l'on a reçu mais ce que l'on a fait. La liberté plutôt que la nature. Du coup, on invente à la fois l'idée d'humanité, l'idée d'égale dignité des êtres et la valorisation du travail.
 


Une nouvelle étape est franchie. Mais celle qui est la plus importante selon moi - poursuit Luc Ferry - après la réconciliation des grecs et des chrétiens, c'est la révolution qui a eu lieu au XIIe siècle où se pose l'idée qu'il faut désormais explorer la nature par la raison. Pourquoi : parce que la splendeur de la nature en tant que création divine doit porter les traces de la divinité du créateur. Elle ne peut pas être l'effet du hasard. Il n'y a plus alors de raison pour que raison et foi se contredisent. On trouve déjà là le thème qui sera cher à Pasteur qu'un peu de science éloigne de Dieu, mais que beaucoup nous y ramène. Ce qui sera repris dans l'avant-dernière encyclique de Jean-Paul II - Fides et ratio - foi et raison.



D'une certaine façon, il est visible que la modernité n'est jamais parvenue à saper le christianisme. Il y a aujourd'hui dans le monde à peu près 2 milliards de chrétiens. S'il y a une déchristianisation en Europe, elle est néanmoins à relativiser. Car si la quantité a diminué, la qualité a augmenté. Il y a aujourd'hui plus de chrétiens de conviction que d'habitude. Mais ce qui se passe, tout particulièrement avec la révolution scientifique des XVIIe et XVIIIe siècles, c'est que les dogmes chrétiens, notamment les arguments d'autorité, vont être plongés dans un acide, celui des Lumières et de l'esprit critique auxquels ils ne résisteront pas : du moins pas entièrement.
Cela se fera en deux temps : d'abord de Descartes à Hegel et avec les Lumières, qui sont pour une bonne part, une sécularisation de la religion chrétienne ; puis avec la philosophie contemporaine, de Schopenhauer jusqu'à Heidegger, qui coïncide avec une sécularisation de cette première sécularisation. On peut le voir chez Nietzsche dans ce qu'il appelle la critique du nihilisme.



Mais une fois que l'on a tout déconstruit, que reste-t-il ? Eh bien ce qui va apparaître n'est rien de moins que la sacralisation de l'humain, qui n'est pas pour autant idolâtrie, mais la conviction que les seules raisons qui méritent que l'on risque sa vie ne sont plus Dieu, la Patrie ou la Révolution, mais bien les êtres humains eux-mêmes. Le sacré s'incarne dorénavant dans les proches, et aussi le prochain qui est le contraire du proche, celui qu'on ne connaît pas, comme en témoigne l'humanitaire. Nous assistons à l'émergence d'un sacré à visage humain qui requiert une spiritualité d'un autre type. Lequel ?
La philosophie, disait Hegel, c'est notre temps saisi par la pensée. Notre époque appelle un humanisme d'un genre nouveau. Non plus l'humanisme des Lumières, de Voltaire et de Kant, qui était un humanisme de la raison et des droits, mais un humanisme du coeur et de la transcendance de l'autre. Bref, de l'amour. Nous vivons un tout nouvel âge de l'humanisme. C'est une révolution comme il en arrive peu, peut-être une fois tous les mille ans.

 

Voici la thèse que soutient avec talent un philosophe que je respecte infiniment, mais qui me paraît être trop optimiste, hélas ! Car notre époque ne dessine pas le visage de cet humanisme du coeur et de la transcendance, à l'heure où rarement la violence n'a été aussi présente, ni l'égoïsme si  habituel, ni le goût du profit si prononcé. Et l'on sait d'autre part que l'humanitaire, sous des dehors très estimables, n'est pas toujours dénué d'intérêts moins avouables et que le droit d'ingérence conduit le plus souvent à la catastrophe. Finalement, à écouter ce très sympathique philosophe, nous ne ferions rien d'autre que de revenir au vieux précepte chrétien : aimez-vous les uns, les autres. Mais cela fait vingt siècles que l'on s'y emploie sans grand résultat.

 

 

  

De Luc FERRY à  lire : 

 

La sagesse des mythes  chez  Plon
La tentation du christianisme  ( avec Lucien Jerphagnon ) chez Grasset
Quel avenir pour le christianisme ( avec Philippe Barbarin ) chez Salvator

Combattre l'illetrisme ( 2009 ) chez Odile Jacob

La révolution de l'amour. Pour une spiritualité laïque ( 2010 ) chez Plon

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer sur le lien ci-dessous :
 

 

Liste des articles de la rubrique LITTERATURE
 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 08:35
La légende du roi Arthur et la forêt de Brocéliande

Les romans, relatant l'épopée du roi Arthur et de ses chevaliers, sont à peu de choses près l'équivalent, pour le nord de l'Europe,  de ce que L'Illiade et l'Odyssée est pour la civilisation méditerranéenne, à la différence que ce trésor culturel tomba trop vite dans l'oubli et ne fut pas suffisamment diffusé hors des frontières de l'ancien monde Celte. Ils prennent forme dans la littérature au XIIe siècle et relatent l'histoire d'un chef Celtique qui, au Vème siècle, aurait mené la lutte contre les Saxons. Mais il n'est pas impossible non plus que Guillaume le Conquérant et la fameuse bataille d'Hastings ( 14 octobre 1066 ), où le Normand battit les armées de Harold II, n'aient inspiré les auteurs de ce cycle romanesque. Ces oeuvres sont à la fois imprégnées de civilisation médiévale, de féerie et de mythes celtiques. L'idéal profane et courtois de la chevalerie et l'idéal religieux et mystique le plus pur s'y côtoient sans cesse.

 

La cour du roi Arthur, coeur de toutes les actions, d'où partent et où s'achèvent les diverses aventures, apparaît comme le modèle de la société féodale. Il y règne un code de chevalerie rigoureux dont chacun est tenu d'apprendre et de respecter les droits et les devoirs. Il existe même un code délicat d'amour courtois, selon lequel le chevalier doit à sa dame ce que le vassal doit à son suzerain. C'est sur cette riche toile de fond que s'inscrivent les cérémonies, les tournois, les fêtes, les adoubements, les amours des preux chevaliers et de leurs damoiselles, au long de ce qu'il est convenu de nommer le cycle arthurien.

 

Proche de ce monde marqué par la violence des réalités guerrières et l'ardeur des passions humaines, un autre monde surnaturel s'ouvre aux personnages de cette suite de romans : la forêt de Brocéliande, royaume des fées et des magiciens. Les eaux profondes du lac de Diane abritent l'enfance de Lancelot et retentissent de l'écho de fêtes étranges. Les amants de Morgane - la maléfique - s'égarent dans le Val-Sans-Retour. Merlin l'enchanteur abandonne peu à peu ses pouvoirs à la fée Viviane et se laisse enfermer dans une prison d'air auprès de la fontaine de Barenton. Un sanglier imprenable entraîne la chasse royale dans une course éperdue depuis les étangs bleus de Paimpont jusqu'au Golfe du Morbihan.

 

Un autre thème se mêle aux précédents et lui confère une dimension mystique : il s'agit de la quête du Saint-Graal. Le Graal est la coupe précieuse qui servit à la célébration de la Cène et dans laquelle Joseph d'Arimathie recueillit le sang du Christ au soir de la Passion. La recherche du Graal est la plus haute aventure qui puisse s'offrir à la chevalerie du roi Arthur. C'est pour rassembler les chevaliers dignes de s'engager dans cette quête que Merlin instaure la Table Ronde, clair symbole d'égalité entre les Preux, puisque nul n'a préséance.

 

Aujourd'hui encore la forêt de Paimpont ( la Brocéliande légendaire ) ne compte pas moins de 8000 hectares de landes, taillis,  fougères,  pinèdes, égayés de nombreux étangs fleuris de nénuphars et festonnés de joncs. Le site le plus caractéristique est le Val-Sans-Retour, auquel on accède par des sentiers depuis le village de Tréhorenteuc. Des remparts et une porte fortifiée à demi enfouie sous la végétation sont les anciennes défenses du Château de Comper, hélas profondément remanié au XIXe, mais dont l'étang, qui se love à ses pieds, est selon la tradition celui où la fée Viviane recueillit le jeune Lancelot, fils de roi abandonné par sa mère, et l'éleva secrètement dans un palais de verre jusqu'à l'âge de dix-huit ans. Non loin, Le pont du Secret n'est autre que celui où Lancelot osa avouer son amour à la reine Guenièvre, épouse du roi Arthur. Mais le lieu peut-être le plus mythique est la fontaine de Barenton.

 

Bien qu'elle ne soit plus aujourd'hui qu'une maigre source au fond d'un bassin, on ne peut manquer d'évoquer les rendez-vous galants que la fée Viviane accordait en cet endroit à l'enchanteur Merlin. Ce dernier, dans sa naïveté d'amoureux, lui divulgua un jour ses secrets et se retrouva prisonnier d'un mur d'air qu'il ne put jamais franchir, symbole du génie dominé par la ruse. C'est également en ce lieu qu'apparut un cerf blanc au collier d'or, que se déroula le combat victorieux d'Yvain, un des Chevaliers de la Table Ronde contre le Chevalier noir, gardien de la fontaine et, ici encore, qu'Yvain offrit au roi Arthur et à ses six mille compagnons un repas pantagruélique qui dura trois mois.

 

 

1218207555_arthur.jpg

 

 

L'HISTOIRE

 

Au coeur de la forêt de Brocéliande, Merlin l'enchanteur s'éprend de la fée Viviane. En témoignage d'amour, il lui offre une fête magique. Alors qu'en son royaume de Vogres, Arthur procède à l'adoubement de jeunes chevaliers devant la cour rassemblée. Il rappelle à chacun ses devoirs dans l'ordre de la Chevalerie, tandis que Merlin leur prédit les plus hautes et nobles aventures. Fils du roi Bau de Bénoïc, Lancelot, enfant délaissé par sa mère, est élevé par la fée Viviane. Il grandit auprès d'elle au fond des eaux du lac de Diane, dans un palais de verre. Lorsqu'il atteint l'âge de 18 ans vient, pour lui, l'heure d'accomplir sa vie d'homme et de se séparer de celle qui l'a recueilli et protégé.

 

A la cour du roi Arthur, Saraïde, messagère de la fée Viviane, requiert du souverain qu'il arme Lancelot chevalier. Après son adoubement, celui-ci obtient de la reine  Guenièvre de pouvoir la servir. Les premiers élans d'un amour réciproque s'éveillent en eux.

 

Pour les Chevaliers du roi Arthur, le temps est venu de se consacrer à la quête du Saint-Graal. Seul le meilleur Chevalier du monde sera digne de retrouver la coupe qui servit à la Cène et recueillit le sang du Christ. Merlin réunit les Chevaliers autour d'une Table Ronde où nul n'a préséance. Les Preux font serment de vouer leur vie à la victoire du Bien sur le Mal.

 

Près de la fontaine de Barenton, en forêt de Brocéliande, Merlin dévoile à Viviane les secrets de ses pouvoirs. La fée tisse alors autour de lui les murs d'air d'une prison magique qui le retiendra à jamais. Désormais seule sa voix parviendra à la conscience du roi Arthur et de ses Chevaliers pour inspirer leurs actions.

 

Lancés sur les chemins hasardeux de la Quête du Graal, les Chevaliers de la Table Ronde s'égarent à de multiples reprises, victimes d'infortunes diverses en cette recherche spirituelle qui s'avère d'une exigence terrible et met leur courage et leur volonté à rude épreuve. Alors que Lancelot, plus chanceux,  s'illustre par de nombreuses prouesses. Saraïde le prévient contre la tentation d'orgueil et lui rappelle les devoirs qui incombent au meilleur Chevalier du monde.

 

La cour de la reine Guenièvre réunit demoiselles, pages, dames, poètes, musiciens. Tandis que veille Morgane, la soeur du roi Arthur, dont le coeur est envieux et mauvais. Lancelot et Guenièvre se font l'aveu de leur amour, se rejoignent au Pont du Secret et se livrent à leur passion.

 

De nombreux Chevaliers ont déjà péri au cours de la Quête. Perceval, le naïf Gallois, sent naître en lui la vocation de la chevalerie. Mais il subit les quolibets d'une foule bigarrée et joyeuse. Plus tard, adoubé et accueilli dans l'ordre des Chevaliers, il recevra la vision lumineuse du cortège du Saint-Graal.

Lancelot se désespère de sa faiblesse. Il a osé aimer la femme de son roi. Mais la voix de Merlin lui rend l'espoir en l'assurant que son fils Galaad deviendra le maître de la Quête. C'est Lancelot lui-même qui l'armera chevalier. Auréolé de lumière divine, Galaad est bientôt considéré comme le meilleur chevalier du monde et prend sa place autour de la Table Ronde.

 

La passion qui lie Lancelot et Guenièvre les a égarés. En leurs âmes, le doute et l'espoir, le péché et la grâce s'affrontent tels deux chevaliers, l'un vêtu de noir et l'autre de blanc, en un combat incertain entre le mal et le bien. Comme eux les Chevaliers de la Table Ronde livrent souvent de vains combats et se perdent dans la nuit du doute et du découragement. Seuls trois élus, montés à bord d'une nef, vont mener la Quête à son terme : Perceval le vierge, Bohor le chaste et Galaad le pur. De retour à la cour du roi Arthur, Bohor fait le récit de cette ultime aventure : Galaad a été comblé par la révélation du Saint-Graal.


Resté en présence de Guenièvre, Lancelot renonce à son amour pour elle et supplie la reine de s'engager avec lui sur la voie du repentir.

 

La Quête du Graal achevée, que reste-t-il aux Chevaliers de leurs appétits terrestres, si ce n'est de s'épuiser dans la poursuite d'un sanglier imprenable ? Dans son manoir, Morgane dévoile avec perfidie au roi Arthur les images peintes jadis par Lancelot et qui, toutes, retracent ses amours pour Guenièvre. Parce que l'honneur du roi l'exige, le sort de Guenièvre doit se décider au cours d'un tournoi. Un mystérieux Chevalier accepte d'être son champion. Sa victoire sur Gauvain, le champion du roi Arthur, innocente la reine. Mais, lorsque celui-ci relève son heaume, tous le reconnaissent : c'est Lancelot qui disparaît avant que rien ne puisse être tenté contre lui.

 

Une nouvelle épreuve attend le roi Arthur : son fils Mordret a levé une armée de félons contre lui et revendique la couronne du royaume de Logres. Les Chevaliers de la Table Ronde s'engagent à le combattre aux côtés de leur souverain.

 

Au soir de l'ultime bataille, Guenièvre et Arthur se font leurs adieux. L'image de Merlin vient visiter le roi et l'exhorte à renoncer à une guerre sans espoir. Durant le gigantesque affrontement de la bataille de Salesbières, les héros de la chevalerie arthurienne sont décimés et le roi Arthur mortellement blessé. A l'instant de rendre l'âme, il demande à ce que son épée Escalibur, symbole de la justice et de l'unité perdues, soit jetée dans un lac. Seul un héros digne de ressusciter les prodiges de la Chevalerie du roi Arthur sera en mesure de la faire réapparaître.

 

Quant à Lancelot, dépouillé des symboles de la chevalerie, il s'avance solitaire, disant : " Je ne puis conserver en moi que l'ombre des souvenirs de cette terre provisoire ". Ainsi le veut le destin de l'homme, de tout homme sur cette terre, dans l'attente et l'espérance d'un monde meilleur...

 

autres articles concernant le roi Arthur et la légende du Graal :

 

A-t-on retrouvé le tombeau du roi Arthur ? 

 

Le roi Arthur, héros légendaire ou personnage historique ?  

 

Et pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique CULTURE

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
 

La légende du roi Arthur et la forêt de Brocéliande
Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 09:21
L'auberge peinte par Corot en 1845

L'auberge peinte par Corot en 1845

Ouverte en 1825 par Pierre-Louis Toutain, la ferme Toutain qui se trouve sise sur la route conduisant de Villerville à Honfleur, fut longtemps  le rendez-vous des marins. Ils aimaient, après les rudes virées en mer, boire un verre chez le père Toutain qui les accueillait avec bonne humeur. Déjà la beauté du site, qui domine Le Havre et la baie de Seine, attirait les  artistes. Le premier à y peindre la splendeur des paysages sera Corot qui, en 1845, représentera « La ferme Toutain », modeste chaumière à colombages et toit de chaume sertie parmi des prairies plantées de pommiers.

 

 

En 1848, Pierre-Louis épouse Catherine Virginie Morin dont les talents de cuisinière et la gaieté communicative feront merveille et transformeront la ferme en auberge accueillante qui propose, désormais, le gîte et le couvert aux visiteurs de passage. Ceux-ci seront nombreux à goûter à la spécialité de la patronne : le maquereau à l’oseille. En  1854, Boudin  y prend pension (40 frs par mois nourri et couché) et transforme bientôt l'auberge Toutain en un véritable lieu de rassemblement de peintres mais aussi d’écrivains, de musiciens et de poètes qui feront de cette ancienne ferme un haut lieu de la création artistique et de la vie simple et bonne, car chacun est heureux de vivre dans cet environnement mer/campagne. Par ailleurs, certains artistes n’hésiteront pas à peindre directement sur les murs, à l’aide de matériaux périssables, afin que l’intérieur des lieux soit le témoignage de ce qu’ils ne cessent d’inspirer. Une chapelle Sixtine païenne en quelque sorte …

 

La route de la ferme Saint Siméon par Monet
La route de la ferme Saint Siméon par Monet

La route de la ferme Saint Siméon par Monet

Ainsi, durant une quinzaine d’années, l’auberge Saint Siméon devient-elle le Barbizon de Normandie. Parmi les nombreux  peintres qui ne cessent plus de s’y croiser, il y a Daubigny, Courbet, Diaz, Jongkind, Monet, Bazille, Pécus et Adolphe-Félix Cals qui s'installe définitivement à Honfleur en 1873 avec sa fille et se plaît à peindre le port et les métiers de la mer dans un style puissant et humain où transparaît l'âme de ses sujets. Il meurt en 1880 à l'âge de 69 ans et repose au cimetière Sainte-Catherine de Honfleur. Et, bien entendu, les honfleurais de longue date comme Hamelin, Dubourg et Boudin, ce dernier ayant été l’initiateur de ces rencontres. Mais les transformations opérées par le nouveau propriétaire, l’élévation du bâtiment et le remplacement du toit de chaume par de l’ardoise puis, en 1887, la création d’un hôtel confortable, destiné à une tout autre clientèle, chassera les artistes vers d’autres lieux moins ostentatoires. Pissarro, y revenant en 1903, ne cachera pas sa déception :

 

« Nous avons couché à l’hôtel Saint Siméon, renommé par le séjour de tous les peintres depuis 1830 jusqu’à nos jours (Boudin, Corot, Cals, Daubigny, Monet, Jongkind), ces imbéciles de nouveaux propriétaires y ont mis bon ordre ! !  C’est affreusement peigné, astiqué, les allées rectilignes, sablées, on ne voit la mer que des  salles à manger. Des fenêtres des chambres, on ne voit même pas la mer ; en un mot, c’est arrangé pour les Anglaises qui affluent. C’est navrant ! C’est à vous fendre le cœur. » - écrit-il à son fils Lucien le 10 juillet de cette année-là. Le pavillon ensorcelé de Boudin n’existe plus  …

 

Adolphe-Félix Cals : pêcheur

Adolphe-Félix Cals : pêcheur

Cals : une allée à Honfleur (1877)

Cals : une allée à Honfleur (1877)

 

Oui, l’apogée de ces rencontres se situe bien aux alentours de 1864 quand se retrouve cette année-là le gratin de la nouvelle peinture et, entre autre, le trio composé par Boudin, Jongkind et Monet qui ont donné l’impulsion décisive au paysage impressionniste. Ces artistes travaillent alors du lever au coucher du soleil dans des paysages qu’ils considèrent comme le sommet de l'inspiration agreste, avec ses grasses prairies, ses beaux arbres et les lumières si changeantes sur la mer. La mer offrant un horizon délicieux à ces flots de verdure. Monet écrit : « Ici, c’est adorable, et je découvre tous les jours des choses toujours plus belles. C’est à en devenir fou, tellement j’ai envie de tout faire, la tête m’en pète. » Ainsi réalisera-t-il cinq études de « La route de la ferme Saint Siméon ». Courbet, qui les rejoint bientôt, communiquera au petit groupe un entrain inlassable et une véritable fièvre de travail. Si bien que l’on doit beaucoup à la mère Toutain qui avait su initier dans son auberge, avec son mari d’abord, puis seule après son décès, un climat propice à la création et à l’amitié. En effet, le peintre peut solliciter l'intuition et s'appuyer sur ses sentiments, son observation, son ressenti comme les poètes peuvent écrire des choses indicibles par le biais de la métaphore, faisant  émerger des aspects de la réalité que l'homme ordinaire voit, mais dont il n'intègre, ni ne perçoit les diverses facettes et interprétations . C'est sans doute ce que l'on nomme ... le génie.


Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer     ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

Buveurs à la ferme Saint Siméon par Dubourg.

Buveurs à la ferme Saint Siméon par Dubourg.

Vue sur la mer depuis la ferme par Boudin

Vue sur la mer depuis la ferme par Boudin

La lessive à la ferme par Boudin

La lessive à la ferme par Boudin

Jardin de la ferme Saint Siméon par Adolphe-Félix Cals

Jardin de la ferme Saint Siméon par Adolphe-Félix Cals

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2020 3 15 /01 /janvier /2020 09:50
Pour le plaisir et pour le pire - La vie tumultueuse d'Anna Gould et Boni de Castellane de Laure Hillerin
Boni de Castellane

Boni de Castellane

Laure Hillerin a consacré la plupart de ses ouvrages à des personnages considérés  comme des aristocrates épris de frivolités et dont les existences ne seraient qu’une suite de mondanités sans intérêt, alors que, plongeant dans les archives, elle redonne à ceux-ci leur juste dimension sociale et intellectuelle. Ses livres précédents sur la duchesse de Berry et la comtesse Greffulhe étaient déjà une immersion dans un historique passionnant que nous survolions jusqu’alors sans tenter de l’approfondir et voilà qu’elle nous propose aujourd’hui la biographie de deux personnages hauts en couleur : Boni de Castellane et son épouse américaine Anna Gould*. Cet ancien monde, tant décrit par Marcel Proust, prend ainsi un nouveau et surprenant relief  et la chronique consacrée à ce ménage si mal assorti nous offre une suite de rebondissements inattendus, des heures fastueuses aux lendemains qui déchantent, qui capte notre curiosité et notre intérêt de bout en bout.

 

Le Palais Rose de l'avenue Foch.

Le Palais Rose de l'avenue Foch.

Intérieur du Palais Rose avant sa démolition en 1972.

Intérieur du Palais Rose avant sa démolition en 1972.

Je me souviens du palais rose qui me faisait rêver dans les années 69. Ce gracieux monument en plein cœur de Paris, c’était le grand siècle ressuscité par un homme au goût incomparable qui, grâce à l’argent de sa femme, en avait fait un lieu d’enchantement. Les fêtes s’y succédaient et la dernière soirée mémorable était donnée le 12 janvier 1905 en l’honneur du roi Don Carlos du Portugal. «  Ce soir-là, un brouillard d’hiver enveloppe Paris et le Trianon nimbé de lumière émerge de la brume comme un songe ». Ce personnage hors du temps, la roche Tarpéienne va bientôt le précipiter dans le vide. Anna Gould a décidé de divorcer et d’aller porter son argent ailleurs. Boni le magnifique a tout perdu, mais ces événements seront l’occasion de  faire apparaître l’autre face de lui-même : derrière l'homme trop gâté par le sort se révèle soudain un Don Quichotte qui vivra son crépuscule avec autant de panache que d’élégance, d’intelligence que d’humour. « Qu’un homme ait retrouvé la bonne humeur et l’équilibre de sa vie après avoir été secoué par tant de succès et tant de revers, cela n’est pas une chose tellement commune. M. Boni de Castellane s’est plu à vivre une vie personnelle après avoir goûté au mirage d’une vie factice. Il aura eu l’esprit de ne vouloir ni la fin de Brummell ni celle de Pétrone. » - écrira le journaliste de l’Illustration Albéric Cahuet lors de la sortie en librairie de ses" Mémoires".

 

Homme de grande culture et excellent père de ses trois fils, Boni s’intéressera à tout : les arts bien sûr, mais également l’histoire et la politique qu’il pratiquera avec lucidité, transformant ces divers lieux de vie en véritable salon diplomatique où se croisaient les hommes et femmes qui comptaient à l’époque : Arthur Balfour, Aristide Briand, le maréchal Joffre, la reine de Roumanie, le shah de Perse, Clémenceau, ainsi que des écrivains comme Barrès et Claudel ou l’historien Jacques Bainville qui disait de lui : "Son goût était à lui seul une richesse". Atteint d’une maladie rare, Boni vivra sa dernière croisade sans rien perdre de sa gaieté et de sa formidable curiosité d’esprit et partagera avec Marcel Proust ce que Laure Hillerin nomme « un ballet épistolaire de séduction mutuelle ». Nous n’avons, hélas ! - que quelques lettres adressées par Proust à Boni entre juin 1919 et décembre 1920 et deux réponses de ce dernier qui prouvent les unes et les autres qu’ils s’appréciaient. La vie de Boni va bientôt ralentir son rythme au point qu’il notera non sans humour « qu’il surveille son agonie ». "Il a l’héroïsme de la gaieté" – souligne l’auteure. Il meurt le 20 octobre 1932 entouré de sa mère, de ses fils et de ses frères, à l'âge de 65 ans.

 

 

Anna Gould jeune.

Anna Gould jeune.

Quant aux tribulations d’Anna Gould, elles n’ont pas cessé depuis le divorce. Mariée en secondes noces avec un cousin de Boni, elle est devenue duchesse de Talleyrand et continue à mener grand train. Elle aura deux enfants de ce second mariage et sera  aussi trompée par son nouveau mari que par l’ancien, mais elle peut assouvir, selon sa fantaisie, sa fringale de luxe et de mondanités. Cette femme sans charme, sans beauté, sans talent deviendra bientôt un despote en chaise roulante, enterrera ses deux époux et ses quatre fils avant de disparaître à l’âge de 86 ans en 1961. « Toute sa vie, elle aura été « la fille de », « l’héritière de », « l’épouse de », riche de dollars qu’elle n’avait pas gagnés, fière de porter un nom et un titre qu’elle arborait comme des bijoux achetés à prix d’or, mais dont elle ne parvint jamais à incarner la noblesse et la grandeur, transposées chez elle en vulgaire despotisme. »

Ce livre se lit avec d’autant plus de curiosité qu’il brosse de façon détaillée le portrait d’une époque qui a vu le monde changer d’octave, où le marbre du palais Rose s’est transformé en béton gris de deux immeubles, « triste épilogue de cette longue histoire où le rêve souriant d’un esthète raffiné et munificent s’est mué en un austère bunker pour ultras nantis. » Boni est mort et il a bien fait, lançait un chroniqueur en 1932 en guise d’oraison funèbre, «  un homme de cette élégance et d’un ton aussi délicat ne pouvait vivre dans l’époque où nous sommes. »


Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
 

* Chez Flammarion
 

Pour prendre connaissance de ma critique sur  "La comtesse Greffulhe de Laure Hillerin", cliquer  LA


Et pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Anna Gould, fille de Jay Gould magnat des chemins de fer américains, devenue comtesse de Castellane puis duchesse  de Talleyrand

Anna Gould, fille de Jay Gould magnat des chemins de fer américains, devenue comtesse de Castellane puis duchesse de Talleyrand

Laure Hillerin

Laure Hillerin

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche