Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2022 1 22 /08 /août /2022 08:12
Les signes pourpres d'Armelle Barguillet Hauteloire

Armelle, je l’ai rencontrée sur Esprits Libres et quand elle a publié ce livre, j’ai eu envie de le lire pour me faire une idée de son travail d’auteur. Et, je n’ai pas été déçu car ce livre est très ambitieux, il aborde de nombreux problèmes concernant l’Afrique mais surtout son authenticité, sa spiritualité, son mysticisme qui sont comme un contrepoids à notre société de consommation. Bien sûr, ce livre ne peut pas faire l’unanimité car l’auteur prend position mais il a le mérite de soulever les problèmes et de mettre le doigt là où ça fait mal. Mais je l’ai surtout apprécié parce qu’il remet l’homme au centre du monde car dans le monde extrême, comme le désert, on est souvent seul face à ses vices et ses vertus, seul face à soi-même, seul face à son avenir ici et au-delà car l’au-delà commence déjà sur cette terre. 

 

Son désert me rendit la foi,

Son silence, l’écoute intérieure,                                           

Sa population, la ferveur,

Son monde animal, la joie. 

 

Sur le bord de la Touques, en Normandie, Aubin, missionnaire en Afrique, raconte sa vie, comment après la guerre, pour cicatriser les plaies et oublier les frustrations laissées par ce conflit sanguinaire, il partit pour l’Algérie exercer la médecine. Et, comment, au contact du désert et des Touaregs, il découvrit la spiritualité, la grâce, la foi et enfin la vocation qu’il transforma rapidement en apostolat par des études religieuses. Il fut alors envoyé en mission au Soudan où il dut faire face au conflit qui opposait déjà les peuples arabes du Nord aux peuplades noires du Sud, avant d’être envoyé au Kenya où il rencontra les Massaï et les Kikuyu que Karen Blixen avait déjà côtoyés quelques décennies auparavant.

 

A travers son récit, car Armelle présente son livre comme un « Récit africain », et non comme un  roman, parce qu’elle sait bien que la tradition orale est fondatrice de toute la culture africaine et qu’il faut écouter celui qui raconte, et Aubin, à son tour, raconte l’Afrique telle qu’il l’a vue mais à travers un double regard. Celui du cardinal  Lavigerie qui exerça à Alger et qui rêvait d’une Afrique multiethnique, pluriculturelle mais chrétienne et un autre regard, plus distancié, plus acéré, plus personnel, qui scrute ce continent jusqu’au fond des âges pour y retrouver les peuples premiers qui sillonnent encore aujourd’hui le désert où les hauts plateaux rifains. Ce regard qui perce les âmes pour capter toute la spiritualité, tout le sacré qui résident encore dans ces peuples condamnés par la civilisation actuelle.

 

A travers l’histoire de ces peuples, Armelle évoque avec une certaine nostalgie l’Algérie chrétienne, non seulement française, mais l’Algérie étendue à l’ensemble du Maghreb au temps au Saint Augustin professait sur le continent et où la chrétienté rayonnait avant l’islamisation. Cette Algérie où les divers peuples berbères sont encore là pour témoigner de la culture pré-islamique et de l’existence d’une spiritualité qui a conservé sa pureté originelle. Mais à ce regard, je préfère le regard qu’Aubin porte sur le monde en marche, celui des Touaregs et des Massaï, qui perpétue l’Afrique des origines, l’Afrique authentique, vraie, sincère, l’Afrique révélatrice de toutes les vertus et de tous les vices de l’humanité, l’Afrique où  « tous les désespoirs et toutes les espérances sont possibles … »

 

Difficile de résumer ce livre extrêmement dense. On voit immédiatement qu’Armelle a déjà exercé ses talents d’essayiste car le récit est très argumenté et très didactique, il veut montrer, exposer, pour expliquer et ensuite convaincre. Le livre est indéniablement un plaidoyer pour l’Afrique qui aurait pu être mais qui n’est pas et qui ne sera certainement jamais, une Afrique comme celle que le Cardinal Lavigerie imaginait, une Afrique africaine mais chrétienne, humaniste mais pas forcément œcuménique. Mais derrière cette lecture un peu politique, il y a une lecture beaucoup plus spirituelle qui  s’encombre moins de considérations religieuses et qui s’intéresse plus au sacré et à la spiritualité. Une Afrique où l’essentiel est de croire, peu importe en qui ou en quoi, car de toute façon Dieu est en tout. Ainsi l’animiste nomade peut rejoindre le chrétien ou le musulman sans aucun problème et vivre avec lui dans une bonne intelligence. Oui, mais voilà quand Abel rencontre Caïn, quand Ouranos approche Chthonos, quand l’éleveur piétine les cultures du laboureur, la fille du Touareg ne peut pas vivre avec le fellah, la fille du Kikuyu repousse le Massaï et même le troupeau d’onyx répudie le jeune faon qui a été élevé par une lionne. L’intégration ne semble pas possible et chacun est condamné à vivre dans son clan.

 

C’est une vison un peu mélancolique de cette Afrique pourtant si pure et si noble que nous livre Armelle, une Afrique qui sombre dans un certain chaos au rythme de la disparition de ses peuples premiers détenteurs des valeurs originelles du continent mais tant qu’il y aura des peuples en marche, il restera un espoir et la parabole de la lionne qui veut adopter une petite gazelle restera un rêve plausible, car « un jour le lion dormira avec l’agneau et l’homme deviendra le frère de son ennemi. »

 

Et si Armelle a été essayiste, elle a aussi été poète, et son écriture et son style ne l’ont pas oublié, tout est toujours juste et le texte reste toujours fluide et limpide même si le sujet est, par moment, un peu ardu. Je crois que je rangerais ce livre à proximité de ceux de Taos Amrouche qui a tellement bien parlé de la Kabylie, de sa famille, de son statut de chrétienne algérienne, de sa vie de femme à cheval sur deux cultures ; mais aussi à côté de ceux de Malika Mokeddem qui a admiré ces hommes qui marchent sans cesse dans le désert, de ceux de Ngugi wa Tiango qui a si bien parlé de ces peuples de l’Ouest africain et de tant d’autres…
 

 

Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI

 

Pour se procurer l'ouvrage, cliquer   LA
 


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Les signes pourpres d'Armelle Barguillet Hauteloire
Partager cet article
Repost0
8 août 2022 1 08 /08 /août /2022 08:06

P1000464.JPG

 

 

J’ai lu ce livre car je voulais voir si l’immense pianiste mettait autant de feu et de passion dans ces textes que dans sa musique. Je n’ai pas été déçu, j’ai même été parfois débordé par ce roman évoquant de multiples sujets qui ramènent toujours à l’avenir de notre planète qu’Hélène Grimaud voudrait défendre envers et contre tout. C’est un cri d’alarme, un cri de colère, un appel à la révolte que lance Hélène Grimaud dans ce livre où elle explique le chemin qu’elle a parcouru pour essayer de comprendre les raisons qui lui restent de vivre dans notre monde profondément altéré, le chemin qui conduit des légendes saxonnes à la folie de Schumann puis aux récits de Brahms et Hugo Wolf, par effet miroir, et enfin à sa décision de revenir à Salem pour reprendre le combat écologique auprès de ses loups. Mêlant la fiction fantastique et les récits mythologiques, la prédiction écologique et apocalyptique et sa propre vie militante avec les loups, Hélène Grimaud explique, argumente, s’insurge contre l’imbécilité de l’humanité qui construit son destin apocalyptique à travers sa goinfrerie et son opulence. Si l’humanité n’était pas animée par une force destructrice puérile et imbécile, le monde vivrait dans une parfaite harmonie : « le monde, flore et faune ensemble, composait une symphonie, non pas improvisée mais accordée, comme si de tout temps une partition cosmique présidait à l’harmonie générale… »

 

A Hambourg, l’héroïne, Hélène Grimaud, répète le Deuxième Concerto pour piano de Johannes Brahms, au cours d’une pause, elle s’égare dans un quartier perdu de la ville et se réfugie dans un magasin vétuste, irréel, pour appeler un taxi. En l’attendant, elle trouve un étrange manuscrit où « alternaient des partitions parfois couvertes d’eaux-fortes signées d’un certain Max Klinger, des dialogues, des dessins, l’extrait d’un journal et, enfin, deux photos jaunies … » Les textes, que l’auteur rapporte, seraient de Brahms lui-même, sous la signature d’un pseudonyme. Ils racontent une balade dans une forêt fantomatique comme on en trouve dans la littérature fantastique mais aussi dans les légendes saxonnes, souvent reprises par les auteurs romantiques, une forêt sans vie, en voie de minéralisation, tuée par les hommes. « Le compositeur avait-il pressenti, dans le grand élan du romantisme allemand, les horreurs promises par la technique et le progrès ? »

 

Hélène Grimaud est au monde sonore ce que Yann Artus Bertrand est à l’image, elle décrit un monde déliquescent, en voie de décomposition, un monde «volodinien» dans des forêts dignes de JG Ballard. L’apocalypse écologique est en cours, les dégâts sont considérables, les légendes saxonnes prévoyaient déjà cette catastrophe, cette fin du monde par la destruction du milieu naturel. Mais cette fin du monde n’est pas forcément rédhibitoire, il y a un autre monde, un envers du paradis dont il faudrait trouver la clé, celle qui est égarée dans une légende germanique… celle qui ouvrirait la porte du changement à l’intérieur de nos modes de  vie. Ce texte se nourrit à la source des légendes saxonnes qui ont inspiré tant d’œuvres littéraires et musicales, mais aussi d’idéologies pas toujours recommandables (voir Eroïca d’Andrzej Kusniewicz pour s’en convaincre). L’enchaînement des coïncidences que l’héroïne rencontre, ne peut pas être le fruit du hasard, il relie trop évidemment la musique aux légendes, à la littérature, à la vie de Brahms et à la sienne même. Tout est prévu à l’avance, le hasard n’existe pas, la destinée de chacun est tracée et chacun à son double qui le précède et le dessine a priori, Schumann était le double précédent Brahms et elle, Hélène Grimaud, voit en Brahms son double comme Hugo Wolf le voyait lui aussi. Tout s’enchaîne et se transmet dans un jeu de miroir entre ces doubles. « Ce qui m’intéressait, c’était…le thème qui m’était cher, celui du double et des jeux de miroirs entre les différents artistes, les différents destins ».

 

Ce livre est un cri de colère et d’indignation mais aussi un texte lyrique et romantique comportant de magnifiques pages sur la musique en général et Brahms en particulier, avec lequel elle partage des affinités évidentes. Un livre où elle montre l’immensité de sa culture, la pertinence de ses intuitions – l’intuition joue un rôle essentiel dans les démonstrations de l’auteur - et peut-être la justesse de sa prémonition, mais il est difficile de la suivre dans son raisonnement, ses analyses, ses perceptions sensorielles, elle vole souvent trop haut, plane au-dessus de nos têtes, et nous laisse souvent pantois et sceptiques, dubitatifs, égarés … Alors colère noire, indignation exacerbée, angoisse existentielle, alerte prémonitoire, justification de ses choix personnels, déclaration de guerre… un peu de  tout cela dans une vaste fresque qui naît dans la légende, passe par la folie, nourrit le récit et s’égare jusque dans le massacre des Indiens Arawak et le jugement des sorcières de Salem pour trouver son prolongement dans un retour auprès des loups, puis reprendre le combat et retrouver une nouvelle raison de vivre. Ce qu’Hélène Grimaud fit en quittant la Suisse afin de rejoindre ses loups à Salem. « J’ai pris la résolution d’écrire, tous les jours, dans mon journal, un compte rendu des souffrances de notre planète…de me battre aux côtés des loups de toutes mes forces et toutes celles de la musique. Sur ce sujet, j’ai décidé de devenir méchante. De ne plus épargner personne ». La guerre est déclarée, Hélène Grimaud est en campagne.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter mes articles précédents, cliquer   ICI

 


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Partager cet article
Repost0
1 août 2022 1 01 /08 /août /2022 07:30
Femmes empêchées de Leïla Zerhouni

 

Dans un petit village de l’Ardenne belge, Ania, un gamine née sous x dans une clinique de Lille, est adoptée par la boulangère restée célibataire avec un fort désir d’enfant insatisfait. Quand la petite atteint sa dixième année, la boulangère décide de lui parler de ses origines en lui révélant qu’elle n’est pas sa mère biologique mais sa mère affective et nourricière. Tout s’embrouille dans la tête de la gamine qui ne sait plus très bien qui elle est et d’où elle vient. En proie à une véritable crise identitaire, Ania se réfugie dans le rayon librairie du bazar ouvert récemment au village par une femme seule, elle aussi. Cette dernière initie la jeune fille à la littérature et l’emploie pour l’assister dans le classement des livres. C’est là qu’elle rencontre un jeune journaliste dont elle s’éprend mais qui, hélas, la quitte pour parcourir le monde et sauver ceux qui sont en danger.

 

Son amoureux parti vers des contrées sous pression, Ania poursuit son voyage sédentaire dans les livres, devient l’héritière de la libraire et conseille ceux qui cherchent des ouvrages pour élargir leurs connaissances. Un jour, elle rencontre son presque double, une jeune fille qui essaie de voler le livre qu’elle voudrait lire parce qu’elle n’a pas les moyens de se l'offrir. Ania lui prête le livre, devient  son amie et, plus tard, après des années d’amitié, la marraine de sa fille.

 

Leïla Zerhouni, je l’ai déjà croisée dans un recueil de poésie édité chez Bleu d’encre où elle traitait de la séparation douloureuse. Dans ce roman, comportant lui aussi quelques poèmes incrustés dans le texte, elle évoque la filiation, la vie que l’on perpétue avec ou sans désir, par hasard ou avec le souhait de transmettre sa propre vie, de perpétuer la famille… Dans ce texte, l'auteure met en scène une femme abandonnant son enfant qu’elle n’a pas désiré et qu’elle n’a pas les moyens d’élever, une femme qui n'a pas trouvé de géniteur pour lui donner l’enfant auquel elle aspirait ardemment, une femme qui accouche  d’enfants jumeaux, une autre qui met volontairement terme à sa grossesse pour ne pas accoucher d’un enfant sans père. Explorant tous les aspects de la maternité, elle met aussi en scène un médecin charitable qui assiste les femmes enceintes dans le plus profond désarroi.

 

Elle évoque également dans ce roman la mixité dont elle est elle-même issue, avec toute la richesse qu’elle suppose. C’est aussi, pour l'auteure, l’occasion d’établir un pont culturel entre l’Ardenne belge cloîtrée dans sa paisible vie campagnarde et l’Algérie des années noires où la violence et la mort régnaient sans discernement. L’Algérie où le régime avait encore sensiblement altéré la condition des femmes déjà peu reluisante auparavant. Bien que publié avant la guerre qui y règne actuellement, l’Ukraine fait une petite apparition dans ce livre comme pays où les artistes ont du mal à exister. Ainsi, Leïla pointe-t-elle du doigt les nombreux problèmes de la société d’aujourd’hui tout en évoquant largement la littérature qu’elle semble beaucoup apprécier. Au long de ce récit, elle cite de nombreux auteurs que j’ai, pour la plupart lus et appréciés, mais c’est avec un plaisir particulier et une certaine surprise que j’ai vu qu’elle citait Louis Scutenaire, Achille Chavée, Jean Amrouche (même si j’aurais apprécié d’y voir aussi sa sœur Taos, une de mes idoles littéraires), de grands auteurs trop souvent ignorés et quelque peu oubliés. La transmission de la vie est  un exercice compliqué, il faut que deux êtres partagent le même désir, puissent le faire perdurer dans le temps, se décident ensemble et que la nature et la société ne se mettent pas en travers de leur souhait commun. La vie est une chose précieuse qu’il faut savoir choyer pour la transmettre avec amour sans que les femmes soient empêchées…


Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Femmes empêchées de Leïla Zerhouni
Partager cet article
Repost0
25 juillet 2022 1 25 /07 /juillet /2022 08:58
Si l'Histoire m'était contée de Mark Twain

Dans ce recueil, l’éditeur a choisi de publier cinq textes de Mark Twain, relativement courts et fort différents les uns des autres, réunis par le seul fait qu’ils racontent tous des histoires particulières de la grande Histoire. Des histoires contées qui pourraient appartenir aux « Contes choisis » que j’ai lus il y a déjà plusieurs décennies. Les deux premiers textes peuvent être lus ensemble puisqu’ils racontent le quotidien du premier couple de l’humanité en combinant « Extrait du Journal d’Adam » et « Le Journal d’Eve ». Dans ces deux textes, présentés de façon à constituer une seule et même histoire, Mark Twain explique comment Adam a découvert le monde terrestre et comment il a rencontré Eve qui, elle, décrit ceux qui animent et peuplent ce monde, les éléments et les animaux. Elle rapporte aussi comment elle a su s’adapter dans cet univers, en tirer profit pour rendre sa vie, puis leur vie, plus confortable afin d’y créer une famille. Cette vision de la création de l’humanité respecte bien les codes bibliques mais les détails de la vie quotidienne du couple ne sont que le fruit de la seule imagination de l’auteur.

 

Dans le troisième texte, Mark Twain reprend sa plume de journaliste en présentant le récit de la mort de Jules César comme un article de presse qui aurait été publié dans le journal romain Les Faisceaux du soir. En traitant ce fait historique comme un fait divers, l’auteur propose une autre vision de ce tragique événement qui a changé la face du monde. Le quatrième texte pourrait appartenir intégralement à la geste médiévale, il nous narre une histoire digne des romans installés sur les rayons « héroïque fantaisie » des bibliothèques et librairies. Tous les ingrédients de cette littérature y figurent : le seigneur ambitieux et félon, la jolie princesse instrumentalisée, les intrigues machiavéliques, la justice immanente, le dénouement sanglant. Dans ce récit, Mark Twain a pu donner libre court à sa folle imagination tout en respectant bien les codes de ce genre littéraire.

 

Pour conclure ce recueil, l’éditeur a astucieusement choisi de publier un petit essai de Mark Twain évoquant l’art de raconter une histoire pour faire rire son auditoire. Avant de révéler le secret de l’art de faire rire, l’auteur précise qu’il existe deux sortes d’histoires humoristiques : les histoires américaines et les histoires françaises et anglaises dont la mécanique humoristique n’est pas identique. La diversité des textes proposés dans ce recueil démontre l’ampleur du talent de Mark Twain en mettant en évidence sa capacité à écrire, avec le même talent et le même bonheur, dans des genres littéraires fort différents : journal, article de presse, épopée médiévale, essai littéraire. De nombreux auteurs montrent souvent comment les petites histoires contribuent à écrire la grande Histoire. En entreprenant une démarche inverse, Mark Twain montre comment la grande Histoire peut accoucher de petites histoires fort alléchantes.  


Denis BILLAMBOZ
 


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI
 


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Mark Twain

Mark Twain

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2022 1 18 /07 /juillet /2022 08:59
Présence au monde Plaisir d'exister de Jean-Pierre Otte

J’ai découvert Jean-Pierre Otte en lisant son P’tit Cactus, « La bonne vie » un titre qui, à lui seul, pourrait déjà résumer cet écrivain et peintre au talent protéiforme et à la culture aussi vaste qu’un domaine en Quercy. Ces impressions ont été totalement confirmées par ses amis qui ont participé au bel hommage rendu par la revue Traversée avec l’édition d’un numéro spécial particulièrement élogieux. C’est donc avec une certaine impatience que j’attendais la lecture de ce recueil de chroniques, impatient de retrouver l’ami chaleureux, l’amoureux de la nature, l’auteur inspiré et le peintre talentueux dépeint par les artistes réunis pour rédiger l’hommage qu’il méritait tant.

 

Dans ce recueil Jean-Pierre Otte démontre  le talent que j’avais déjà découvert dans les deux ouvrages cités ci-dessus : le contemplatif qui s’enthousiasme devant le moindre brin d’herbe qui est pour lui une merveille pure, l’ami  nostalgique, le compagnon de tous les souvenirs qu’il décrit avec son grand talent littéraire et beaucoup d’émotion. Cette évocation de son enfance en Ardennes belges est un véritable bain de jouvence ; il narre avec tellement de douceur, d’émotion, d’empathie le pays qui l’a vu naître et grandir, ceux qu’il a aimés, sa famille et ses amis, et quelques femmes accortes, et tout le bestiaire qui peuplait les plaines et les bois environnants. En lisant ce livre j’ai senti mon environnement se dissoudre progressivement, s’effacer, laisser la place à cet autre monde où enfant j’inventais, seul ou avec les gamins de mon quartier, des aventures fabuleuses, héroïques, rocambolesques, des aventures qui n’avaient rien à voir avec celles que nous avons vécues l’âge adulte venu. Nostalgie ! Nostalgie !

 

Ce recueil comporte aussi des chroniques relatant les impressions et sensations qu’il a ressenties lors d’un séjour dans le Sud-Ouest. Mais la partie la plus conséquente, et peut-être la plus riche, est celle qu’il consacre à sa vision de la littérature, aux auteurs qui l’ont fait vibrer. Là encore, j’ai retrouvé des émotions, des sensations, des idées que je partage volontiers. Et pour clore ce copieux recueil, Jean-Pierre Otte ajoute une série de réflexions, parfois générales, parfois très précises, sur l’existence et les aléas de la vie. Ces chroniques sont de véritables poésies en prose, le vocabulaire en est particulièrement riche et j’ai beaucoup apprécié la volonté de l’auteur de réintroduire dans son langage des mots que certains jugent désuets et qui ont presque disparus malgré leur grande précision et leur saveur littéraire. Otte attache une importance  particulière  aux mots, tout comme au langage et à sa relation avec la terre, le terroir et même la gastronomie. Ils forment ensemble notre patrimoine identitaire et culturel, constituent l’empreinte de nos corps, le fond de notre pensée et la sensibilité de nos cœurs. Ce recueil pourrait être l’ébauche d’un texte testamentaire que Jean-Pierre écrira peut-être dans des années que nous espérons encore lointaines. Je me souviens d’avoir écrit à l’occasion d’une autre chronique les quelques mots ci-dessous qui me semblent plus que jamais de circonstance. « J’adopterais volontiers toute la philosophie contenue dans la quasi-totalité des pensées qui figurent dans ce recueil, tant elles m’ont semblé emplies de sagesse, de bon sens, de détermination et de clairvoyance, … ».


Denis BILLAMBOZ
 


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI
 


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

L'auteur

L'auteur

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2022 1 04 /07 /juillet /2022 08:55
Parc fermé d'Olivier Duculot

Arnaud, jeune gamin de sept ans, vit dans la banlieue liégeoise avec son père, brillant commercial dans les assurances, et sa mère, une femme au foyer totalement étouffée par un mari qui l’aime trop et lui laisse bien peu d'occasions de s’exprimer. Il y a aussi sa sœur jumelle gavée par le père au point d’être une enfant obèse et, comme si elle n’était pas assez handicapée, elle est dysleptique. Le talent commercial du papa leur permet de se payer des vacances sur la Côte d’Azur dans une petite ville où j’ai moi-même séjourné pendant une douzaine d’années, (mais moi j’étais invité), Peymeinade, sur la route de Draguignan, en sortant de Grasse. Là, le père, en bon m’as-tu vu, étale son train de vie et ses pseudos talents, alors que la mère et les enfants profitent de la piscine de la résidence.

 

Un beau soir, pendant que résidents et vacanciers communient autour d’une bonne table, la mère s’écarte avec un bel homme et commet ce que son fils ne devrait pas voir mais a pourtant vu. Rentrée en Belgique, la famille retrouve sa vie monotone, le père travaille, la mère et les enfants s’ennuient. Un jour, ne pouvant joindre sa femme pour des raisons insignifiantes, le mari panique et commet l’irréparable, la mère quitte alors le foyer en abandonnant sa famille. Depuis son écart, elle sait qu’elle peut refaire sa vie, elle plait encore, aussi s'empresse-t-elle de reprendre le travail qu’elle exerçait avant la naissance de ses enfants afin d'assurer son indépendance.

 

Une nouvelle vie s’organise, le père travaille moins, la mère gravit l’échelle sociale, les enfants sont ballotés de l’un à l’autre. La fille soigne son obésité et sa dyslexie mais Arnaud n’arrive pas à s’intégrer au lycée, il devient vite un cancre et ne supporte pas que sa petite amie le quitte pour un fils à papa nouvellement arrivé dans l’établissement. Dans une crise de colère, il commet un geste fatal qui l’expédie dans un centre pour mineurs ayant commis un acte grave. Dans ce centre, sa vie s’écoule lentement jusqu’à ce qu’il soit libéré et cherche à donner un sens à son existence. Son passé lui laisse bien peu de solutions mais il a une passion qu’il pourrait peut-être valoriser… ?

 

Ce texte, c’est l’histoire d’une des nombreuses familles qui aujourd’hui se décomposent, souvent trop facilement parce que les couples ne vivent plus comme avant, les tâches ne sont plus réparties de la même façon, les deux sexes ont les mêmes droits et devoirs et tout le monde ne l’a pas compris. Les adultes résolvent souvent le problème en se séparant au détriment des enfants qui cherchent un avenir possible entre les allées et venues des parents qui n’ont plus le même mode de vie, ni les mêmes aspirations. Heureusement, certains d’entre eux rencontrent des personne avec qui ils peuvent partager un savoir, une passion, un espoir et  trouvent ainsi un avenir possible. Olivier semble bien connaître le problème des couples décomposés, recomposés ou pas, son histoire a le mérite de sentir le vécu …


Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 juin 2022 1 27 /06 /juin /2022 08:51
La mort en partage de Thierry Rocher

 

Fidèle téléspectateur de la revue de presse de  "Paris première" et admirateur inconditionnel de Thierry Rocher, j’avais hâte de découvrir ce roman que je l’ai lu avec beaucoup de plaisir. C’est l’horrible histoire d’un comique, tout comme l’auteur, dont l’épouse et la fille unique ont été les victimes d’une tuerie sauvage comme celle du Bataclan. Après une courte période de deuil bien sombre, Pierre Chalet, le comique en question, décide de remonter sur scène. La vie continue et il faut bien occuper le temps qu’elle nous concède encore. Il lui faut aussi rompre le cercle de la solitude qui l’enserre, il n’a plus de famille dans la capitale, ses parents et ceux de son épouse habitent la province. Seule la sœur de sa femme, Sophie, réside à Paris, elle le soutient de toute son affection en espérant se rapprocher de lui afin d’unir leur solitude respective. Comme le clown triste, Pierre Chalet ravit ses admirateurs quand il monte sur les planches mais broie beaucoup de noir quand il se retrouve seul chez lui ou dans les rues et restaurants qu’il fréquente. Il n’arrive pas à accomplir son deuils et sa souffrance ne fait que croître de jour en jour. Pour tenter de la calmer, il collectionne les articles de presse relatant ou commentant l’assassinat de ces deux êtres les plus chers et ceux des islamistes radicalisés cités comme comparses possibles lors de cette tuerie.

 

Un soir, il donne une représentation en compagnie d’une jeune humoriste très prometteuse qu’il rencontre à l’occasion des réglages du spectacle. Elle l’admire, il est ébloui, mais il ne peut pas l’aimer, elle l’a compris, elle appartient à la communauté de ceux qui ont détruit les siens. Il sait qu’il est injuste, il sait qu’un jour il l’aimera. Bien sûr, ils se rencontrent le plus souvent possible, ils sont fusionnels. Mais les assassinats par des jeunes radicalisés se multiplient comme si un règlement de compte généralisé était en cours. Entre amour et vengeance, l’humoriste se maintient en équilibre entre résilience et pardon d’une part, rage et violence vengeresse de l’autre. Il incarne ce dilemme en invoquant sur scène l’apaisement et le pardon et en cultivant, en privé, la douleur qui le ronge et le pousse à souhaiter la punition de tous ceux qui seraient impliqués dans l’horrible massacre. Mais, peut-être que l’amour lui indiquera un autre chemin vers une autre passion …

 

Cette histoire, c’est l’éternel débat entre le bien et le mal, la réflexion cérébrale et les pulsions reptiliennes - débat arbitré par la raison, raison pas toujours raisonnable - et du coeur sur fond de description de la carrière d’un saltimbanque adulé qui se lasse des attentions et de la compassion de ses admirateurs jusqu’à ce qu’une artiste plus jeune  vienne réveiller ses hormones en berne. J’ai aimé ce texte émouvant, parfois bouleversant, plein d’empathie, j’ai une vraie admiration pour le chansonnier atypique qui se cache derrière l’auteur. On ne peut pas ne pas apprécier un homme qui aime la bonne chair, le Saint Véran, les vins de Loire et fréquente avec plaisir cette brasserie de la rue du Commerce à Paris qui a conservé le charme des belles brasseries parisiennes en voie de disparition, que je fréquente, moi aussi, avec gourmandise quand je passe par la capitale. Et pour terminer sur un clin d’œil, notez bien les maximes qui concluent chaque chapitre, elles sont dignes des pensées du célèbre philosophe chinois, Qi Shi Tsu, inventé par Thierry Rocher pour illuminer ses chroniques télévisuelles.


Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

L'auteur

L'auteur

Partager cet article
Repost0
20 juin 2022 1 20 /06 /juin /2022 08:24
Signe de terre d'Yves Hughes

Yann, son fils, et Valentine, la femme qui partage sa vie, reviennent de l’aéroport où ils ont accueilli la mère de sa concubine de retour d’un long périple en Amérique latine. Pendant ce temps, alors qu’ils longent les larges halls de la Porte de Versailles abritant le Salon de l’agriculture qui vient d’ouvrir ses portes, un truie chinoise de trois-cent-trente kilos déchiquettent un quidam arrivé Dieu sait comment dans son box. Au petit matin, Yann est appelé pour résoudre cette énigme tout aussi ténébreuse qu’incongrue.
 

Il mène son enquête à la mode Maigret. De toute façon, les technologies les plus pointues s’avèrent peu efficaces car la truie n’a laissé que des lambeaux du cadavre qui n’avait rien dans ses poches. Dans ces conditions, son identification s’avère déjà problématique. Yann décide alors de s’immerger dans les coulisses du salon en interrogeant les vigiles de garde la nuit et les exposants dormant sur place dans l’espace qui leur est réservé. La victime est bientôt identifiée mais sa présence dans le salon intrigue les enquêteurs : c’est un Auvergnat monté à la capitale non pas, comme beaucoup de ses compatriotes, pour travailler dans une brasserie mais pour investir les planches comme saltimbanque dans des cabarets minables qui ont presque tous disparus. Des cabarets comme Maigret en visitait souvent pour prendre la température du milieu .
 

En apprenant que la victime est originaire d’Auvergne, Yann, comme aurait fait Maigret, se rend dans sa campagne natale pour tenter de comprendre pourquoi ce brave fils de la terre est venu à Paris et comment il a pu rencontrer au Salon de l’agriculture des concitoyens qui auraient pu avoir, dans un temps lointain, des problèmes avec lui. L’affaire pourrait impliquer des exposants avec, éventuellement, certaines complicités … Avec cette histoire de paysans montés à la capitale, Yves Hughes renoue avec le bon polar à la Simenon dans lequel le commissaire passe beaucoup de temps à renifler les lieux pour s’imprégner de la mentalité des protagonistes et découvrir leurs histoires réciproques. Moi-même enfant de la terre, je me suis senti très à l’aise au milieu du cheptel rassemblé Porte de Versailles ou dans les fermes du Cantal. Je me souviens que ma première visite à Paris fut pour visiter de la famille rue de Dantzig, là où Yann a garé sa voiture avant de rejoindre le salon. Ce polar bucolique m’a soufflé un grand courant de nostalgie et a fait remonter à ma mémoire une belle grosse vague de souvenirs personnels…

 

Denis BILLAMBOZ


Pour consukter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

L'auteur

L'auteur

Partager cet article
Repost0
6 juin 2022 1 06 /06 /juin /2022 09:23
Les passeurs de mots de Chloé Dusigne

 

Dans l’univers de l’économie sociale et solidaire où je me suis investi pendant de nombreuses années, on promeut et développe le concept d’économie circulaire. En lisant ce texte de Chloé Dusigne, j’ai eu l’impression qu’elle cherchait à inventer une forme de littérature circulaire où l’auteur transmet son texte à celui qui le rend accessible au public par des textes édités sous forme de livres ou déclamés sur des scènes de théâtre. Le public peut alors se nourrir de ces livres et de ces spectacles pour créer de nouveaux textes qui, à leur tour, sont invités à emprunter le même parcours. La boucle est ainsi bouclée, un livre ou un spectacle peut toujours faire naître un autre livre ou un autre spectacle.

 

Dans ce texte, Maurice, vieux libraire solitaire, gère une librairie artisanale traditionnelle comme il n’en existe plus que très peu. Il vend les livres qu’il aime, ceux qu’il voudrait que ses clients lisent. Un jour Maurice reçoit un carton de dossiers qu’il pense écrits par son ami parti en Afghanistan défendre un peuple et une culture qu’il aime et dont il traduit l’une des langues, le farsi. Il transcrit vite ses textes pour qu’ils soient accessibles et les propose à un metteur en scène qui veut bien en faire une pièce de théâtre mais à une condition : que l’auteur, qui a quitté la troupe, revienne pour jouer la pièce. Maurice est chargé de convaincre cet acteur de réintégrer la troupe alors qu’il joue un texte traduit du farsi dans un autre théâtre. C’est au cours des entretiens successifs qu’il a avec cet acteur que Maurice découvre le véritable nom de l’auteur des cahiers qu’il a reçus. La boucle semble ainsi se refermer : la pièce afghane a donné envie à un auteur d’écrire des cahiers qu’un mystérieux donateur a déposés à la librairie de Maurice qui veut les faire éditer dans ce même théâtre, dans une version forte et originale. J’ai trouvé que le travail d’écriture était lui aussi très intéressant dans ce texte elliptique où Chloé Dusigne donne la parole à plusieurs narrateurs apportant chacun un éclairage sur l’intrigue, utilise plusieurs procédés littéraires en insérant dans le corps du roman des passages pour décrire des lieux, des scènes, des personnages ou des objets et même des dialogues afin d'éclairer certains aspects de l’intrigue. A mon sens, ce texte est un véritable exercice de style littéraire qui évoque le circuit du livre, la mise en scène des beaux textes, les événements les plus marquants de notre époque et la grande faiblesse d’une humanité incapable de se gérer autrement que par la force et la violence.

 

On ressent bien, dans cet ouvrage, l’amour de l’écrivaine pour les mots, les textes, les livres, l’écriture, la lecture… « On ne brade pas un livre. Cela ne se fait pas. On le caresse, on le respire, on le tord, on le plie, on le dévore, mais on ne le brade pas ». On comprend bien que le titre est un hommage destiné à tous ceux qui, au long de la chaîne du livre, le font vivre, respirer, circuler, exister pour enchanter, instruire, divertir… les lecteurs ! Tous les inconnus dont on ne lit jamais le nom sur les pages de début ou de fin, toute la pièce  mise  en scène par la même réalisatrice est jouée, s’il le veut bien, par le même acteur. Cette intrigue circulaire n’est peut-être pas le principal intérêt de l'ouvrage, même s’il en est un argument  anonyme qui le fait passer d’une étape à l’autre, parfois même jusqu’à ce qu’il revienne au départ de son périple pour renaître sous une autre forme…


Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mles précédents articles, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Les passeurs de mots de Chloé Dusigne
Partager cet article
Repost0
16 mai 2022 1 16 /05 /mai /2022 08:23
Le serment de l'espoir de Parme Ceriset

 

En décembre dernier, j’ai eu la chance de lire le très joli recueil de poésie de Parme dans lequel elle évoque sa maladie, sa lutte, ses espoirs et le souffle retrouvé après une lourde intervention chirurgicale. Ce combat, elle le fait raconter par Rose dans un texte autobiographique très poignant. Rose et ses parents découvrent très tôt dans son enfance qu’elle est atteinte d’une maladie rare qui lui détruit les poumons, les médecins sont formels son espérance de vie est  limitée mais ses parents ne veulent pas baisser les bras, ils entendent se battre encore et encore, dénicher et tester tous les traitements possibles pour la maintenir en vie jusqu’à ce qu’une greffe lui rende le souffle et la vie. Après avoir triomphé du mal, elle souhaite témoigner, raconter son histoire, ses souffrances, sa vie entourée de l’amour de ses proches, de son petit frère adulé, de son ami d’enfance, celui avec lequel elle a construit sa vie et mené son combat. « J’ai grandi avec une maladie pulmonaire grave mais l’espoir m’a toujours accompagnée comme un ami fidèle. Lui et moi avions fait le serment que je réussirais à accéder au bonheur ». 

 

Pour simplifier cet article, j’ai découpé le récit en trois parties : une première très poétique, bucolique, enjouée, en mode majeur, dans laquelle l’auteure décrit son enfance dans la joie de la famille régulièrement ébréchée par ses crises, ses visites à l’hôpital, les divers soins et toutes les contraintes que sa maladie l’oblige à accepter. Elle évoque aussi son adolescence plus sereine au cours de laquelle la maladie se fait moins prégnante et lui laisse beaucoup de temps pour vivre de belles aventures en famille avec son frère et Adrien, l’ami du frère, qui devient progressivement son amoureux, son ange gardien, son tuteur… Mais, à vingt-trois ans, une mauvaise grippe l’éprouve gravement et accélère l’évolution de sa maladie, elle veut encore se battre mais à vingt-cinq ans le médecin est formel : il faut penser à la greffe et, à l’approche de la trentaine, elle est inscrite sur la liste des patients en attente. Vient alors le moment de la greffe : les examens préliminaires, l’attente du greffon, l’intervention, mais surtout la longue, très longue, période de réanimation et de rééducation avec tous les incidents, aléas, arias et problèmes divers qui l’accompagnent. Dans cette partie du récit, Rose prend un ton plus direct, moins poétique, plus technique, plus réaliste, plus pragmatique afin de conter cette étape pleine de doutes et d’espoir, de souffrances et de complicité avec son entourage. Le combat est sans pitié, les rejets et effets secondaires  tapis dans les moindres recoins de son organisme.

 

Un jour, néanmoins, le médecin décide qu'elle doit rentrer à la maison pour parfaire sa rééducation. Commence alors une nouvelle existence avec un  souffle nouveau. Une vie où elle retrouve la poésie mais cette fois une poésie en mode mineur car il faut payer le prix de ce nouveau souffle, de cette vie à l’espérance tellement plus grande. Elle doit  accepter désormais de voir s'éloigner ceux qu’elle aime, alors qu’elle n’y avait jamais songé. Ce sont les grands parents, les oncles et les tantes, des amis qui cèdent leur place à une nouvelle génération, des deuils à faire. Le combat contre la maladie a aussi transformé les protagonistes comme la paix relègue les meilleurs combattants au rang de citoyens lambda et même parfois inutiles (Je me souviens du Capitaine Conan dans le roman de Roger Vercel). C’est peut-être le passage le plus difficile, le plus cruel : la séparation d’avec le mari qui l’a accompagné depuis l’enfance jusque à la résurrection. Il faut un jour aussi qu’elle voie mourir son petit chien adoré, compagnon essentiel des jours sans souffle, acteur fondamental de son long combat.  Ce texte est un témoignage bouleversant sur la résilience face à la maladie, le courage pour affronter le mal et la lourde intervention chirurgicale, la capacité à croire toujours et encore à la vie, mais aussi un témoignage lucide et pragmatique sur le parcours d’un greffé. Parme a exercé la médecine, elle sait de quoi elle parle, c’est un acte de foi dans la vie, un message d’espoir, un véritable don du souffle pour ceux qui subissent une maladie lourde mais aussi une prise de conscience sur le prix à payer pour vivre encore et encore à pleins poumons. J’ai reçu ce texte comme un message d’empathie, j’ai accompagné la patiente tout au long de ses épreuves, espérant et souffrant avec elle, la soutenant comme tous ses proches l’ont épaulée, portée au propre comme au figuré. Il faut bien accepter de payer le prix de la vie mais certaines dépenses sont plus difficiles à accepter que d’autres et je ne suis pas convaincu que Rose n’éprouve pas encore une certaine douleur en pensant à certaines séparations. J’ai relu les quelques lignes que j’avais écrites après ma lecture de son recueil de poésie, je crois que je conserverai ce passage dans son intégralité après la lecture de ce récit autobiographique :

« Parme, elle est eau, elle est ciel, elle est paysage, elle est flore, …, elle est courage, elle est résilience, elle est émotion, elle est sensibilité, elle est sensualité, elle est la vie, elle est l’amour qui la sauvera. Elle snobe la maladie, la combat, l’ignore, la rejette, la repousse loin … « J’ai un compte à régler avec la vie », « J’ai encore foi en la vie, en l’espoir, et en moi » ».


Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI
 


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Parme Ceriset

Parme Ceriset

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche