Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2022 2 12 /04 /avril /2022 07:59

1259773780_lire__medium_--WinCE-.gif

 

 

 

 

Il y a l'art d'écrire mais il y a aussi l'art de lire ou du moins le goût de lire qui remonte le plus souvent à l'enfance et que l'on s'exerce à cultiver à l'âge adulte avec plus ou moins de talent et de passion. La plupart des écrivains ont été de bons lecteurs, des lecteurs assidus qui se sont formés au beau langage en découvrant celui des autres. La plupart en ont parlé avec sensibilité et nous ont permis de découvrir dans des pages émouvantes comment tel ou tel auteur avait su éveiller leur esprit à la poésie et à la littérature. Ce fut le cas de Mauriac, de Julien Green, de Julien Gracq, de Proust, qui a rédigé sur la lecture une page inoubliable. Ce l'est également d'auteurs contemporains comme Jean d'Ormesson  qui dans " Saveur du temps" évoque avec humour et tendresse aussi bien Chateaubriand que Plutarque, Soljenitsyne et l'obscur Nicolas Fromaget et se plaît à rappeler que la culture, c'est d'abord le plaisir. Il y a nouvellement sorti des presses le dernier Déon " Lettres de château", où l'académicien parle de la littérature d'une plume délicate et élégante comme à son habitude. Il nous entretient de ses compagnons de voyage qui ne sont autres que Stendhal, Larbaud, Toulet ou Conrad et nous donne, à travers ses lignes, l'envie irrépressible de les relire ou de les découvrir. Car c'est l'art même de l'écriture de faire naître celui de la lecture et vice et versa. Ces écrivains ne seraient pas ce qu'ils sont s'ils n'avaient un jour découvert des auteurs capables de leur inspirer leur vocation. Le troisième est un philosophe Alain Finkielkraut, dont l'ouvrage récent "Un coeur intelligent" a le don de rendre le nôtre meilleur et plus perspicace. Ce lecteur-là est un apprenti sorcier qui pose sur notre temps un regard sans complaisance avec un discernement inquiet.



Nous vivons aujourd'hui un déclin de la lecture - dit-il - qui me semble irréversible. Dans un époque qui bouge, et qui bouge trop et tout le temps, les lettres, elles, sont en repos dans le livre. Or, l'écran met fin à cette immobilité. Il est par ailleurs symptomatique qu'on parle de plus en plus de "pratiques culturelles". Des pratiques culturelles ! Le meilleur moyen d'effacer la différence entre la culture et l'inculture. Parmi ces pratiques : le copier/coller, le picorage, la communication. Tout ce qui relève de l'immédiateté et de l'impatience. Alors, quelle place le monde d'aujourd'hui, et à fortiori le monde de demain, fera-t-il à la lecture, activité ruminante et méditative ? La question est posée. La lecture et, par voie de conséquence la culture, sont-elles réellement en danger ? Il semblerait qu'il y ait quelques bonnes raisons de s'inquiéter, sans pour autant désespérer, car nous ne sommes pas en panne d'auteurs mais plutôt de lecteurs. Et le philosophe poursuit à propos de la lecture : " Je persiste dans mon inquiétude. Les jeunes lisent de moins en moins de livre. Et il est peu probable qu'ils liront plus tard. Car ils ont changé d'élément : ils vivent dans le numérique. Dans le numérique, la lecture littéraire est un anachronisme. Elle se raréfiera donc inexorablement. En revanche, il y aura pléiade d'écrivains. Toujours plus de livres publiés, en effet, et dans ces livres, toujours plus de pseudo-romans, qui ne sont que des autobiographies déguisées. Certes, l'autofiction peut produire de vraies oeuvres, mais la plupart se placent sous ce que Renaud Camus appelle le  soi-mêmisme. Aujourd'hui il faut être soi-même. Parce que paraître, c'est mentir. J'ai en mémoire la scène d'un film récent ""de Danièle Thompson. Auteur d'un best-seller, l'une des héroïnes du film est invitée dans une émission littéraire par Guillaume Durand, qui lui demande comment elle s'y est prise pour écrire son roman. Sa réponse est extraordinairement révélatrice : " Je me suis débarrassée de la dictature des apparences et j'ai décidé de mettre mes tripes sur la table". Si la littérature, c'est mettre ses tripes sur la table, autant passer à autre chose ! Si le soi-mêmisme s'empare de la littérature même, alors vraiment nous sommes dans une très mauvaise passe. Socrate disait qu'une vie qui n'est pas examinée ne mérite pas d'être vécue. Et nous pensons que c'est par le détour de la culture qu'on arrive à examiner sa vie. Mais est-ce qu'on devient meilleur ? Il est très difficile de répondre à une telle question."

 


Et Finkielkraut poursuit : "Toujours est-il que la beauté des découvertes adolescentes, c'est de rencontrer des livres qui nous dépassent. C'est pour cela que je n'aime pas l'idée de la littérature pour la jeunesse. Il est merveilleux de lire à 14ans, 15 ans, des romans qui ne vous sont pas destinés. Quand j'ai lu "Les Carnets du sous-sol" de Dostoïevski à 15 ans, j'ai été bouleversé. Et l'ayant relu récemment, le choc a été le même ". Aujourd'hui notre société est davantage portée à la dérision qu'à l'admiration. Et ne serait-ce pas là le grand mal du XXIe siècle naissant, ce goût de la dérision, ce refus à toute référence admirative ? Oui -  répond Alain Finkielkraut -  la dérision est un sujet en soi. Nous vivons de nos jours sous le régime cauchemardesque de l'hilarité perpétuelle. Une hilarité qui accompagne l'actualité et même la préempte. Le rire léger de l'humour porté par la littérature est détrôné par le rire-massue de l'incivilité. Un nouvel usage est entré en vigueur sur les antennes du service-public : quelques minutes avant d'arriver dans le studio où elle a été invitée, une personnalité se fait tailler en pièces par un professionnel de la dérision. Ce lynchage est devenu systématique et vise de plus en plus de personnalités du monde culturel. A la radio ou ailleurs. C'est là que se fait jour l'horreur de notre société, qui est le ressentiment démocratique. Il y a, dans les temps d'égalité, une joie mauvaise à voir quelqu'un tomber de son piédestal et mordre la poussière. Ce fut le cas pour l'affaire Polanski. Ce déchaînement m'épouvante. Parce que la démocratie a deux possibilités. Soit elle se rêve comme une aristocratie universelle, soit elle passe son temps à décapiter Marie-Antoinette.



La lecture a du moins le mérite de nous isoler un moment de toute pression environnementale. C'est un retour à la vie secrète de nous-même, une plongée dans un monde imaginaire qui parfois charrie plus d'audace, de vérité et de valeur que celui où nous vivons quotidiennement. Et puis, n'est-ce pas le monde où nous évoluons en toute liberté et où cette liberté est la plus précieuse ? Proust, dans son texte consacré à la lecture publié en préface à l'ouvrage de John Ruskin " Sésame et le lys ", notait  : " Il n'y a peut-être pas de jours de notre enfance que nous ayons si pleinement vécus que ceux que nous avons cru laisser sans les vivre, ceux que nous avons passés avec un livre préféré". Et quelques pages plus loin : " Nous sentons très bien que notre sagesse commence où celle de l'auteur finit, et nous voudrions qu'il nous donnât des réponses, quand tout ce qu'il peut faire, est de nous donner des désirs". Quant à Julien Gracq, il  n'hésita pas à faire le procès du mercantilisme et de la mondanité qui affligent la République des Lettres  dans un ouvrage " La littérature à l'estomac" dont le titre annonce la couleur et dans lequel il fait une analyse fine et d'une actualité vibrante du mal-être de la culture et de la littérature d'aujourd'hui. En son âme et conscience, il part en guerre contre une soi-disant élite qui ne lit pas ( ou pas vraiment ) et se permet des jugements que la foule reçoit comme parole d'évangile. De sa plume exceptionnelle, il fustige le bruit, le mauvais bruit qui alimente les discussions marchandes de certains intellectuels, journalistes et critiques et lutte ainsi contre l'air du temps et le goût du jour qui faussent l'un et l'autre la donne et encensent un écrivain par rapport à un public et non par rapport à son oeuvre. Alors que la lecture relève d'une autre audience et que le vrai lecteur - celui qui ne se laisse pas influencer par la rumeur -  saura découvrir les oeuvres capables de susciter en lui " l'extase littéraire".

 

« A partir du moment où il existe un public littéraire (c’est-à-dire depuis qu’il y a une littérature) le lecteur, placé en face d’une variété d’écrivains et d’œuvres, y réagit de deux manières: par un goût et par une opinion. Placé en tête-à-tête avec un texte, le même déclic intérieur qui joue en nous, sans règle et sans raisons, à la rencontre d’un être va se produire en lui : il «aime» ou il «n’aime pas», il est, ou il n’est pas, à son affaire, il éprouve, ou n’éprouve pas, au fil des pages ce sentiment de légèreté, de liberté délestée et pourtant happée à mesure, qu’on pourrait comparer à la sensation du stayer aspiré dans le remous de son entraîneur; et en effet, dans le cas d’une conjonction heureuse, on peut dire que le lecteur colle à l’œuvre, vient combler de seconde en seconde la capacité exacte du moule d’air creusé par sa rapidité vorace, forme avec elle au vent égal des pages tournées ce bloc de vitesse huilée et sans défaillance dont le souvenir, lorsque la dernière page est venue brutalement «couper les gaz», nous laisse étourdis, un peu vacillants sur notre lancée, comme en proie à un début de nausée et à cette sensation si particulière des «jambes de coton». Quiconque a lu un livre de cette manière y tient par un lien fort, une sorte d’adhérence, et quelque chose comme le vague sentiment d’avoir été miraculé: au cours d’une conversation chacun saura reconnaître chez l’autre, ne fût-ce qu’à une inflexion de voix particulière, ce sentiment lorsqu’il s’exprime, avec parfois les mêmes détours et la même pudeur que l’amour: si une certaine résonance se rencontre, on dirait que se touchent deux fils électrisés. C’est ce sentiment, et lui seul, qui transforme le lecteur en prosélyte fanatique, n’ayant de cesse (et c’est peut-être le sentiment le plus désintéressé qui soit) qu’il n’ait fait partager à la ronde son émoi singulier; nous connaissons tous ces livres qui nous brûlent les mains et qu’on sème comme par enchantement – nous les avons rachetés une demi-douzaine de fois, toujours contents de ne point les voir revenir. Cinquante lecteurs de ce genre, sans cesse vibrionnant à la ronde, sont autant de porteurs de virus filtrants qui suffisent à contaminer un vaste public: il n’y faut que quelques dizaines d’années, parfois un peu plus, souvent beaucoup moins: la gloire de Mallarmé, comme on sait, n’a pas eu d’autre véhicule – cinquante lecteurs qui se seraient fait tuer pour lui. » *  


 * Julien Gracq - La littérature à l'estomac - Ed Corti

 

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer sur le lien ci-dessous 

 

Liste des articles de la rubrique LITTERATURE
 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Le goût de lire
Partager cet article
Repost0
25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 09:31
Lorsque la poésie se pare des traits de la jeunesse - Isabelle Prêtre

On me croit solitaire, mais tu es toujours là,
vivant comme un dieu fou au plus profond de moi.
Mon amour insensé et déjà trop lointain
n'a pas voulu mourir quand j'ai lâché ta main.

 

Dis-moi, homme cruel, quel est ce sortilège
qui a su faire de moi ton jouet à tout jamais,
le jour où j'ai quitté ton beau pays de neige,
tu riais de mes larmes et moi je t'adorais.

 

Quand lasse de pleurer, enfin je suis partie,
j'ai cru avoir détruit ce fol amour de femme,
mais je ne savais pas, ce jour où je t'ai fui,
que tu continuerais à habiter mon âme.

 

Il me semble souvent qu'au fond de mon regard,
tous ces gens qui me croisent pourraient t'apercevoir.
Plus puissant que la vie, que la mort, que l'oubli,
ton amour m'a menée au bord de la folie.

 

Aucun homme jamais n'aura eu ton pouvoir,
tu n'as aucun rival, je n'ai aucun espoir.
Les  hommes les plus beaux s'effacent devant toi,
au-delà de l'absence, tu gagnes à chaque fois.

 

Ils t'envient, ils t'admirent, bien sûr ils te haïssent,
mais toujours ils ignorent que tu es mon complice.
Je te parle tout bas, j'entends encore ton rire,
et je préfère t'aimer, ne pouvant te maudire.

 

On me croit solitaire, mais tu es toujours là,
vivant comme un dieu fou au plus profond de moi.
Mon amours insensé et déjà trop lointain
n'a pas voulu mourir quand j'ai lâché ta main.

 

 

Isabelle Prêtre - fille du grand chef-d'orchestre Georges Prêtre  -  a une vingtaine d'années lorsqu'elle publie son premier ouvrage chez Jean Grassin avec une préface d'une personnalité qui, à l'époque, anime une émission très écoutée sur le poésie : Jean-Pierre Rosnay. Sans doute par discrétion, et parce que elle ne sait pas très bien comment ses parents prendront la chose, elle se choisit un nom d'emprunt Isa Kerlaine, sans toutefois oublier de dédicacer l'ouvrage à ce père si admiré. Le tour est joué, voici cette toute jeune et ravissante jeune fille entrée dans le monde de l'édition grâce à des poèmes que Jean-Pierre Rosnay qualifie ainsi dans sa préface  : "Comme d'autres tricotent - un point à l'endroit un point à l'envers - ajustant bien ses mots, Isa projette de poème en poème, toute la magie de sa féminité. La boucle d'or est bouclée. Isa est poète, mais aussi poème et c'est comme si, tout à coup, par miracle, des lys et des coquelicots surgissaient entre les pavés du présent." 
Elle est par ailleurs très souvent invitée à participer à l'émission qu'anime Rosnay "Le club des poètes" dans les années 1970. Malgré le succès de ce premier ouvrage, Isabelle Prêtre cesse de publier cette poésie si ardente que lui a inspiré ses années de jeunesse pour se consacrer à des études de philosophie, devenant professeur et également auteur de plusieurs ouvrages. ( Voir mes articles consacrés à deux d'entre eux)

 

Onze leçons de philosophie pour réussir sa vie       


Les lumières de Saint Augustin                                                               

 

 

J'ai connu Isabelle Prêtre lors d'une conférence que je faisais sur Marcel Proust à la mairie de Louveciennes. A la suite de cette rencontre, nous avons noué une amitié animée par notre amour de la littérature et de la poésie. Comme elle, j'ai débuté  jeune dans l'édition ; j'avais vingt ans également lors de la publication de mon premier recueil "Terre promise", si bien que nous  trouvions en permanence des sujets d'entente et de compréhension, de sensibilité et de partage. J'ai lu son recueil avec un réel plaisir. Il est d'une telle fraîcheur, d'une telle qualité dans la musicalité des vers, dans l'expression, que l'on est non seulement charmé mais émerveillé par ce don d'écriture si évident.

Lorsque la poésie se pare des traits de la jeunesse - Isabelle Prêtre

Depuis lors, Isabelle Prêtre a changé de registre, peut-être parce qu'elle pensait que la poésie ne pouvait exprimer que des sentiments d'une haute intensité. Elle s'est tournée alors vers la philosophie qui nous guide et nous interpelle tout au long de notre existence et s'alimente à l'aune de l'expérience et de la réflexion. Professeur et auteur, elle n'a cessé de nuancer et d'adapter ses propos  avec intelligence et conviction.


Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter le liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer   ICI


RETOUR A LA  PAGE D'ACCUEIL 


 

L'un de ses poèmes et Isabelle Prêtre à 20 ans.
L'un de ses poèmes et Isabelle Prêtre à 20 ans.

L'un de ses poèmes et Isabelle Prêtre à 20 ans.

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2022 5 14 /01 /janvier /2022 10:12

9782221116609.jpg

 

 

La publication de l'ensemble des lettres de François Mauriac, il y a de cela plusieurs années, dont une centaine inédites, révèle un pan méconnu de l'oeuvre du grand écrivain.

« Vos lettres, disait Chardonne à Mauriac, sont vous-même plus que tout ; et à votre oeuvre, il faut ajouter votre personne. » On y rencontre en effet le premier mouvement de la pensée aussi bien que la profondeur d'une lumineuse intelligence, les élans d'une âme sans cesse en éveil, les émotions du moment, la colère, la passion, l'ironie cinglante, la chaleur de l'amitié, l'ambiguïté des sentiments, les doutes, la foi, et tous les combats auxquels cet infatigable polémiste fut mêlé.


Adressée aux grands de son époque – de Maurice Barrès et Francis Jammes, ses parrains en littérature, au général de Gaulle, dont il fut l'ardent supporter jusqu'à la fin, sans oublier les nombreux amis de jeunesse, et l'essentiel des écrivains français, Montherlant, Valéry, Proust, Paulhan, Cocteau, Drieu La Rochelle, Gide ou Claudel, cette correspondance résume soixante années d'histoire littéraire et intellectuelle, inscrites en filigrane dans la vie ardente de cet éternel adolescent profondément amoureux de la vie, de la beauté des êtres, de la nature, et tiraillé entre des désirs multiples et parfois difficilement conciliables.


C'est réellement un « Mauriac par lui-même » que ces missives nous révèlent, indispensable complément du Bloc-Notes et des Nouveaux Mémoires intérieurs pour mieux comprendre, et parfois même surprendre, dans sa vérité la plus intime, l'homme, le témoin capital, engagé corps et âme dans les combats majeurs de son temps, en se faisant le défenseur, lors de la guerre d'Espagne, sous l'Occupation, puis lors des guerres coloniales, des rebelles et des insoumis.


Réunie et présentée par Caroline Mauriac – l'épouse de Jean Mauriac, second fils de l'écrivain –, cette correspondance constitue un pan essentiel de l'oeuvre mauriacienne. Elle rassemble les deux volumes des Lettres d'une vie parus chez Grasset en 1981 et 1989, et plus d'une centaine de lettres inédites considérées jusqu'ici comme trop sulfureuses pour être publiées. Destinées aux quelques hommes qui ont beaucoup compté dans sa vie affective, elles confirment les véritables penchants du créateur des Anges noirs et du Désert de l'amour et laissent entrevoir les « abîmes de tendresse » dans lesquels il n'a cessé de se débattre.

 

Il est vrai que Mauriac a toujours donné l'impression de causer la plume à la main, si bien qu'à travers ses lignes, il nous semble surprendre sa voix brisée par un cancer de la gorge. Caressant les uns, griffant les autres et convoquant à ses côtés toute la littérature française. Il arrive même que Mauriac se laisse intimider par le génie tempétueux de Claudel ou par l'intelligence retorse de Sartre mais jamais il ne s'abaissera, dans ses propos, à la moindre platitude.

 

Mauriac abritait deux hommes en lui, nous dit François-Laurent Balsa, un jésuite qui sentait le souffre et un janséniste qui vous aspergeait d'eau bénite. Le matin, il courait les offices religieux et le soir les salons mondains. C'était un homme du monde qui avait la tentation du désert et dont le drame fut de n'être que rarement d'accord avec son camp, mais sans parvenir à le quitter, si bien qu'il s'est trouvé souvent isolé, incompris, cruellement calomnié. C'est ce qui s'exprime dans cette correspondance, sorte de bloc-notes intime, où l'on suit l'évolution de sa pensée qui lui fait susurrer des choses graves et profondes de façon légère, parfois frivole, et toujours d'un style inimitable.
 


Pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer sur le lien ci-dessous :



Liste des articles de la rubrique LITTERATURE

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2021 3 24 /11 /novembre /2021 10:00
Venise et les écrivains

 

Elle les a inspirés presque tous, les poètes et les écrivains, venus des quatre coins du monde pour que leurs mots disent à leur tour ce que cette muse unique au monde ne pouvait manquer de leur dicter. La littérature vénitienne commença, il y a plus de sept siècles, dans une geôle génoise : c'est là qu'en 1295 Messire Marco Polo, citoyen de Venise, croupit en attendant sa libération et trompe son ennui en couchant par écrit le récit de son épopée en Orient qui le mena jusqu'à la cour du grand Khan, empereur des Mongols. C'est ainsi que naît "Le livre des merveilles". Depuis lors, les écrivains vont se suivre sans se ressembler, fascinés par la cité et les mystères qu'ils y devinent. On pourrait presque - parodiant le titre d'un récent ouvrage - écrire Venise ou la tentation de l'écriture. Chacun d'eux aura sa propre vision de la Sérénissime. Ainsi Dante, fasciné par celle infernale de l'Arsenal, Petrarque séduit par les institutions et la beauté de la cité des eaux, un mirage qui tient ses promesses, Commynes éblouit par le Grand Canal et ses palais qu'il décrivait : " la plus belle rue que je crois qui soit en tout le monde, et la mieux maisonnée". Il est vrai que le mirage vénitien a de quoi enflammer l'imagination. Peu de temps après lui, Montaigne sera saisi par le spectacle de la place Saint-Marc, l'Aretin qui, arrivé à Venise en 1527 et tient son nom de sa ville natale Arezzo - y rédigera et y fera imprimer "Le maréchal " et "La courtisane" qui figurent parmi les comédies les plus réussies du XVIe siècle. L'Aretin sut, en effet, utiliser de manière vivante la langue dite "vulgaire" et la mettre au service d'une indéniable liberté de pensée et d'action. C'est à partir de cette époque que Venise devient un centre important de l'édition du livre, ne comptant pas moins de plusieurs centaines d'éditeurs auxquels, désormais, une foule d'auteurs vont proposer leurs manuscrits.

 

Mais c'est plus précisément le théâtre qui passionne les Vénitiens. Il y a pléthore de spectacles et presque tous sont des produits du cru. Son plus illustre représentant sera Carlo Goldoni, auteur prolifique, qui introduit dans la tradition populaire son sens aigu de l'observation et ses personnages hauts en couleurs, comme son "Arlequin, valet de deux maîtres" qui peut être considéré comme l'exemple type du divertissement vénitien de l'époque. Un autre orfèvre en la matière sera Giacomo Casanova (1725 - 1798) qui, entre deux rendez-vous galants, trouvait le temps de rédiger d'intéressants mémoires, tandis que Goethe viendra y rêver un moment mais préférera Rome à la Sérénissime et que Shakespeare y mettra en scène son "Othello" et "Le marchand de Venise".

 

L'ère du libertinage achevée, c'est une Venise tout différente, passée aux mains des Autrichiens après le traité de Campoformio (1797) que les romantiques vont découvrir. La cité des merveilles est à l'abandon, les splendeurs des siècles précédents sont oubliées, les lampions de la fête permanente éteints, Venise est exsangue. Mais cette cité funèbre n'en reste pas moins attirante. Chateaubriand y vient en 1806 et écrit : "que ne puis-je m'enfermer dans cette ville en harmonie avec ma destinée, dans cette ville des poètes, où Dante, Pétrarque passèrent". Lord Byron, qui y séjourna plusieurs années et y mènera une existence fort tapageuse, fera passer dans son oeuvre, principalement dans "Childe Harold et Beppo", la noire et magnétique poésie de la cité lagunaire. Les Anglo-Saxons, qui se plaisent lors de leur voyage d'études artistiques à faire halte à Venise, seront nombreux à la décrire. Ce sera le cas d'Elisabeth et Robert Browning, de Charles Dickens et, plus particulièrement, de l'historien d'art John Ruskin qui, le premier, dans "Les pierres de Venise", disserte longuement sur l'architecture gothique de la ville. Madame de Stael trouve Venise éblouissante, George Sand, qui y vit des amours tumultueuses avec Alfred de Musset à l'hôtel Danieli, nous plonge dans la douceur des clairs de lune sur le Grand Canal, comme le fera Théophile Gautier. Taine et Stendhal, ainsi que les frères Goncourt, ne seront pas en reste pour écrire des pages élogieuses sur les incomparables beautés de Venise et de sa lagune, alors même que Henry James avec "Les carnets d'Asper Jorn" et "Les ailes de la colombe" l'élève au rang de mythe littéraire. Quant à Gabriele d'Annunzio, il lui consacrera quelques-unes de ses plus belles pages. D'autres verront la mort s'y profiler. C'est Balzac qui, en 1837, écrit : "cette pauvre ville qui craque de tous côtés et qui s'enfonce d'heure en heure dans la tombe". Ce thème de l'inévitable disparition sera repris par Barrès et Zola, ce dernier notant que ce qui a fait sa force, son isolement au milieu des flots, fera demain sa faiblesse et sa mort. Et nous en venons à  "La mort à Venise", titre du roman de Thomas Mann, celui qui communique au plus haut point ce sentiment de lente désagrégation. La quête funèbre de Gustav von Aschenbach illustre un des aspects de Venise les plus sombres et les plus désenchantés.

 

Plus proches de nous, à l'aube du XXe siécle, on croise dans les calli le souvenir de Marcel Proust dont j'ai déjà parlé (voir mon article : Proust et Venise), Henri de Regnier qui y rédige "L'Altana ou la vie vénitienne", André Suares et son "Voyage du condottiere", Ezra Pound et son "Cantos", Ernest Hemingway et son "Au-delà du fleuve sous les arbres" qui aimait séjourner dans l'île de Torcello ou consommer un montgomery (cocktail à base de martini) au Harry'bar au bord du Grand Canal. Il y a, d'autre part, parmi les célébrités, James Hadley Chase et son "Eva", Daphné du Maurier et "Ne vous retournez pas", Paul Morand, l'homme pressé qui ne dédaignait pas s'y attarder et rédigea son "Venises", Marcel Schneider et "La fin du Carnaval", Hugo Pratt et sa "Fable de Venise", Frédéric Vitoux qui l'évoque dans "Charles et Camille", enfin André Pieyre de Mandiargues et Philippe Sollers, sans oublier Jean d'Ormesson et "La douane de mer", qui ne passait pas une année, je crois, sans aller y ressourcer son imaginaire. La belle ne manque pas d'admirateurs, elle que certains virent semblable à un vaisseau à demi englouti dans les eaux, d'autres comme une inépuisable et impérissable inspiratrice à laquelle ils ne cessent de rendre vie et jeunesse par la grâce et la ferveur de leurs mots.

 

Pour lire l'article sur Proust à Venise, cliquer sur son titre : 

 

Marcel Proust à Venise

 

Et pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique LITTERATURE
 


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Venise et les écrivains
Partager cet article
Repost0
30 octobre 2021 6 30 /10 /octobre /2021 09:12
Un itinéraire en poésie

 

Si quelqu’un me posait la question : quels sont les ouvrages que vous souhaiteriez laisser après vous comme ceux qui vous expriment le mieux, je répondrai sans hésitation mes recueils de poésie, c’est-à-dire l’ensemble des textes que j’ai écrits depuis mon adolescence jusqu’à ces dernières années, et dont j’ai réuni les plus significatifs sous le titre "Profil de la Nuit". La poésie marque un tracé, aussi sensible que celui enregistré lors d’un électrocardiogramme, de cette voix intime qui ne cesse de murmurer en nous. Certains ont parlé d’une petite musique intérieure. Il y a de cela, c’est en tous cas notre façon personnelle de nous ré-approprier le monde, de l’humaniser selon nos propres critères, de le rendre conforme à cette part de nous-même qui a cheminé en poésie comme on fait route vers l’ailleurs, comme on envisage un voyage au long cours, dans le souci constant de s’y ressourcer, de s’y émerveiller, peut-être d’y renaître.

 


Cependant n’allez pas croire que je place le poète sur une quelconque Olympe, que j’en fasse un être supérieur aux autres. De quelle singularité pourrait-il s’enorgueillir sinon celle de traduire en mots, plutôt qu’en notes ou en touches de couleur, les impressions et les émotions qui ne cessent de nous assaillir. Aucun mot n’a en lui une vertu poétique et, inversement, aucun mot qui ne puisse un jour servir la poésie. Et puis si l’on s’en tient à cette vérité que la poésie est présente partout, et d’abord dans la nature, chacun n’a-t-il pas accès à elle, chacun n’est-il pas poète à ses heures ? La poésie est ce fond commun où nous puisons ensemble et que certains se sont appliqués à restituer grâce au langage, afin de ré-enchanter la terre, car à quoi bon écrire si l’on n’efface pas la laideur du monde ?

 

 

Vint le poète
Celui qui habitait sur l’autre rive,
Le colporteur de mots, le convoyeur de songes.
Il connaissait les mystères du langage,
Les messages des vents,
Des eaux la pente au dur partage.
Il ouvrait une faille à la mémoire,
Sondait l’invisible et les âmes.
Il arguait sur le devoir, sur la souffrance et sur le mal.
Cet homme parlait de ce qu’il savait,
Des vendanges, des moissons et des semailles.


 


Il parlait une langue
Qu’aucun des hommes présents ne se souvenaient avoir entendue,
Nulle part,
Ni dans les colloques des princes,
Ni dans les grands amphithéâtres,
Ni même dans les conclaves…
Peut-être en avaient-ils saisi des bribes
Dans le murmure des galets.
Et cet homme avouait : je suis venu assumer l’inexprimable.

 

 

Le rôle du poète est donc de susciter une émotion, de capter, de saisir - et cela avec le vocable ordinaire - ce qui est, par principe, imprévu, passager, insaisissable, de créer une parole neuve et différente, une autre tonalité. Le voici donc aux prises avec "cette matière mouvante et impure" - disait Valéry qu’est le langage, cherchant non à décrire le réel mais à le faire apparaître autrement, cela par un rapprochement insolite des mots. Pour atteindre cette perception particulière, il va inventer des rythmes et des harmonies, créer une syntaxe, procéder à des analogies et des métaphores. Car si l’œuvre parle, elle ne parle pas en terme de raison logique. Non que le sens logique ait disparu, mais il a été absorbé, remanié par le sens poétique. Nous avons affaire à une raison intuitive qui fonctionne de manière non rationnelle et sommes en présence d’un être qui façonne la matière de son art de façon à atteindre une émotion capable d’attirer l’esprit vers plus de connaissance ou, du moins, vers une connaissance plus sensible. Car la poésie n’est jamais plus grande que lorsqu’elle éveille la surprise, provoque l’émerveillement. L’art est plus que la vie - affirmait Proust, tant il est à la fois notre regard le plus vrai et notre interrogation la plus juste. Et créer, n’est-ce pas d’abord se créer ? Terre Promise, mon recueil de jeunesse, qui ouvre mon itinéraire poétique, n’est pas à proprement parler une quête égocentrique du soi, mais une quête de soi dans le regard de l’autre. Le « qui suis-je » devient le qui suis-je pour l’autre ? Ou mieux encore : puis-je être sans l’autre ? Et si "je suis" pour cet autre qui m’interpelle, comment pourrons-nous avoir part ensemble de ce qui est ?

 

 

La lande sentait la bruyère. Je revenais
Des rives sacrées de l’enfance,
Là où prophétisent des dieux de mousse.
Le matin même, j’étais partie à la recherche
De mon ombre parmi les hommes,
Ombre à la géométrie du pavé,
Ombre au rythme du pas.
Je me souvenais d’elle comme d’un songe.
Présence aveugle qui roulait dans le temps
Et pour qui l’heure avait un sens.

 

 

Aujourd'hui, dans le monde déchiré et chaotique qui est le nôtre, le poète, dont la voix semble couverte par les bruits, a plus que jamais son importance. Supplions-le de vivre, réservons à celui qui se tient chancelant dans le temps fragile la place qui lui revient, ne laissons pas en déshérence un monde sensible que néglige volontiers une époque trop exclusivement guidée par l'essor des nouvelles techniques. Le poète paraît, ô combien démuni ! face aux audacieuses convictions des hommes de sciences. Son avenir, si nous lui en accordons un, est d'oser assumer consciemment une fonction ontologique d'expérience de la personne et de réflexion sur l'être, afin de brancher nos lendemains sur une ligne à haute tension. Mais n'attribuons pas à la poésie plus que ce qu'elle peut donner. Contentons-nous de voir dans le poète un témoin de l'attente et de la présence, un nautonier qui n'a pu assurer le passage, parce qu'il reste l'otage de ses illusions, de ses amours, de ses mirages, de ses doutes et du chant funèbre du désespoir. S'il sait dire la merveille, c'est peut-être son non-dit qui touche l'âme au plus vif, ainsi que le fait un rêve jamais achevé, un désir jamais assouvi. Pareil à Icare, il prend son envol et se brise les ailes. Son seul don suprême, l'intuition créatrice, l'incite tout autant à s'élever vers les hauteurs qu'à s'incliner vers le sol nocturne et à partager, avec le chevalier à la triste figure, les affres et les douleurs de la condition humaine.
 

 

 

Armelle  BARGUILLET  HAUTELOIRE  (Extraits de mon ouvrage "Profil de la Nuit" )

 

Pour consulter les articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer    ICI
 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Un itinéraire en poésie
Un itinéraire en poésie
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 08:36
Edition L'Harmattan

Edition L'Harmattan

Edition Jacques Flament

Edition Jacques Flament

Qu'est devenue la poésie en ce XXIe siècle ? Malraux disait : "Le XXIe siècle sera poétique ou ne sera pas." Aujourd'hui nous pouvons craindre que la parole donnée ne soit pas reprise, soumise aux affres de la consommation et de l'indifférence au sujet des thémes essentielles de la vie affective et spirituelle. Chez le poète, les délibérations du raisonnement et les connexions logiques sont précédées par l'obscur travail d'une vie pré-consciente, quelque chose qui serait comme le souvenir d'un outre-monde, d'un outre-temps. Est-ce dire que la poésie prendrait sa source dans une part voilée de notre être, qu'elle émanerait d'une source secrète qui reposerait comme un continent immergé dans notre conscience ? On peut poser la question sans être assuré d'y répondre.

Toujours est-il que la poésie demeure, que le matérialisme n'a point totalement asséché l'inspiration humaine, que des poètes osent prendre la plume et se livrer à ce combat intérieur qui est celui de la création. Yannick Girouard est de ceux-là. Ame exigeante, son inspiration surgit "comme une eau bouillonnante", "un chaudron qui brûle", ce qui nous prouve qu'il endure les affres de la création comme une nécessité vitale. Yannick a déjà beaucoup écrit, sa plume brûle ses doigts, elle est l'exigence permanente d'un flux qui se nourrit du doute et de l'espérance. Chrétien qui sait plier le genou, il nous touche infiniment par ses certitudes, sa confiance à aimer et à souhaiter.

 


"Où en suis-je de mon ascension
  si le brouillard le désoriente
."

 


La foi de Yannick Girouard déracine le doute à force de désir. On voit en lui l'homme d'hier et de toujours qui accommode la réalité à l'image "de l'ange qui ne laisse pas de traces sur la neige." A de tels propos, on reconnait la maturité du poète qui nous dit "que la prophétie de Siméon s'accomplit." Aux distorsions temporelles de l'existence, le poète propose de "se laisser dessaisir." Belle poésie qui vous emporte dans sa musique et ses impératifs et frappe là où la plaie est encore à vif, c'est-à-dire en chacun des destins humains.

 

"Me voici coupé en deux parts
 Brûle tout
 que mon amour ajoute sa flamme
 Un ange recueille la cendre des yeux.

 

 Nous voici qui avons reconnu Ta douceur
 Inonde grottes failles et galeries
 englouties la Mémoire architecte
 où s'abreuve le feu triste des morts.
"


 

 

                                                           ******************************

 

Yveline Vallée a une autre approche qu'elle pare d'adjectifs délicats comme de couleurs douces à la pensée. Son long poème "Tarab" nous convie dans un univers où la féerie n'a pas dit son dernier mot, où le monde "des mille et une nuits" a laissé ses ultimes phares allumés. Si le monde n'est plus ce qu'il était, il faut le réinventer, il faut le faire éclore dans la parole, donner au poète la force de l'édifier. 

 

"Entre la chair de tes lèvres et les eaux moirées de tes yeux
danse la beauté que l'on ne peut saisir
ton front exprime la volonté sous la grâce de ses volutes
la douceur est aussi ample en toi que la puissance
."

 

Pour échapper à la morne réalité, Yveline Vallée nous propose une vision différente, un voyage dans l'imaginaire qui transpose le quotidien, l'éclaire de nouvelles couleurs et le coule ainsi dans le moule de nos désirs et nos souhaits. 

 

"C'était ton heure, celle des poètes et des voyants
  quand le monde enfin fait page noire
  pour celui qui le recrée
."

 


Ainsi les poètes restent-ils à l'oeuvre en ces temps qui sont les nôtres. Ils nous ouvrent un espace où il est permis à chacun de se ressourcer. Alors supplions-les de vivre.


Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE


Pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer   ICI

 


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL


 

 

Yannick Girouard et l'un de ses derniers ouvrages publié par la Galerie Racine.
Yannick Girouard et l'un de ses derniers ouvrages publié par la Galerie Racine.

Yannick Girouard et l'un de ses derniers ouvrages publié par la Galerie Racine.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 09:05
Premier sang d'Amélie Nothomb

Avec Amélie Nothomb dont « Premier sang » est le trente-deuxième roman, point de fioritures inutiles. Prenant la plume au nom de son père décédé en mars 2020, l’auteure va à l’essentiel et raconte ce que fut l’enfance de Patrick derrière lequel elle s’efface, et dont elle restitue la jeunesse, puis nous le décrit en diplomate belge au Congo. En effet, marié et père de deux enfants, il est envoyé comme Consul à Stanleyville où des rebelles indépendantistes vont le prendre en otage, ainsi que  de nombreux belges, dont certains seront  exécutés. Patrick aura la vie sauve et l’ouvrage s’achève sous forme d’un hommage à ce père admiré qui se plaisait à braver les difficultés depuis sa plus tendre enfance.

Dans la première partie, Amélie Nothomb nous décrit la jeunesse de ce petit garçon, orphelin de père, et que sa mère et sa grand-mère envoient au château du Pont d’Oye passer ses vacances, sachant que l’existence y est rude et sans confort – d’autant que la Belgique est en guerre, celle de 39/45 – que tout manque et que les adultes ne font rien pour privilégier les enfants contre le froid et la faim. L’éducation y est par conséquent implacable, aucune concession à une quelconque recherche de confort et la portion congrue à chacun des repas. Certes, l’existence ne manque ni d’originalité, ni de dureté, et la bande d’enfants ressemble plus à une horde de sauvageons qu’à des jeunes châtelains nourris par les terres environnantes. Mais Patrick s’adapte et se plie humblement aux exigences familiales, supposant que c’est sans doute le meilleur moyen de s’endurcir et de se préparer à sa vie d’adulte.

« A table, le soir, Léontine apporta une soupière d’un potage clair dont l’unique vertu consistait en sa température proche de l’ébullition. Les adultes en raflèrent les trois-quarts, les enfants durent se partager quelques louches du brouet de moins en moins fumant, qui avait le goût d’une eau grasse additionnée de rondelles d’oignon. Encore fallait-il l’avaler très vite : il refroidissait à une rapidité déconcertante. »

La faim et le froid sont par conséquent bien présents durant les vacances d’hiver où il n’y a plus guère de rhubarbe à manger ou quelque victuaille plus appétissante et où aucun chauffage ne fonctionne, assurant un lit glacial chaque nuit : « Je découvris la pire sensation de l’univers : des mâchoires glacées se refermèrent sur moi. J’aurais voulu frissonner, ce qui m’aurait sauvé. Pour des raisons inconnues, ma peau n’était pas capable de cette saine réaction. Corps et âme, j’étais figé dans le supplice. Le gel s’emparait de ma personne par les pieds et remontait peu à peu. Mon nez avait déjà la consistance d’un glaçon. »

Non sans humour, Patrick se forge un caractère et un tempérament à toute épreuve  et apprécie, en quelque sorte, ses vacances auprès de ses grands-parents paternels et de ses cousins au château du Pont d’Oye qui s'emploie à édifier sa résistance morale et physique. Il sera mûr pour devenir otage dans un pays d’Afrique qui entend acquérir, sans plus tarder, son indépendance. Le jeune consul affronte vaillamment les longues semaines d’enfermement et les discussions sans fin avec ses geôliers et le président en exercice qui lui mériteront, à la toute dernière minute, d’éviter d’être fusillé par les douze hommes qui lui font face.

On goûte l’écriture alerte d’Amélie Nothomb où pointent, tout ensemble, une note de fantaisie et un sens inné du récit. Ainsi l’essentiel a-t-il  la trame d’un éloge délicat à un père qui a traversé avec un certain panache les épreuves et les difficultés, entre autre celle de ne pas supporter la vue du sang – d’où le titre – et de respecter  les us et coutumes de sa famille et de son pays, adhérant à ce qu'il convient de nommer  la rage de survivre.
 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE


Pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL


 

 

Le château du Pont d'Oye

Le château du Pont d'Oye

Partager cet article
Repost0
25 juin 2021 5 25 /06 /juin /2021 09:10

 


3760100780093

 

"Le sillage s'étire, blanc et dense de vie le jour, lumineux la nuit comme une longue chevelure de rêve et d'étoiles. L'eau court sur la carène et gronde ou chante ou bruisse, selon le vent, selon le ciel, selon que le couchant était rouge ou gris".  (  La longue route )

 

En 1968, un suprême défi excite les marins : le tour du monde à la voile en solitaire et sans escale. Plusieurs navigateurs s'apprêtent à tenter l'aventure imaginée par un hebdomadaire britannique. Bien qu'il ait exprimé son désaccord sur cette initiative qui, selon lui, ôte toute pureté à ce qui devrait être avant tout une quête d'absolu, le français Bernard Moitessier ( 1925 - 1994 ) s'engage. Né en Indochine, où il a vécu les vingt-six premières années de sa vie, cet amoureux de la mer a appris à naviguer avec les pêcheurs du golfe de Siam et reste imprégné de sagesse orientale. La révolte du Viêt-minh lui a infligé une blessure jamais cicatrisée : les compagnons de jeu de son enfance sont devenus des ennemis. Parti en solitaire sur une jonque, Moitessier est arrivé en France en 1958 démoralisé par la perte de deux bateaux. Avec une rare énergie, il s'est construit un ketch en acier, simple et robuste, dans le but de réussir à réaliser en solitaire un premier tour du monde sans escale qui serait comme une revanche sur les déceptions qu'il vient de subir. Neuf navigateurs prennent avec lui le départ, mais cinq abandonnent très vite devant les difficultés qui incombent à un homme seul face aux éléments, si bien que Moitessier, plus rapide que les trois autres survivants, est en passe de l'emporter. Il a doublé trois caps et il ne lui reste plus qu'à remonter l'Atlantique pour aller recueillir, des mains des organisateurs, le prix de son exploit : un globe en or et cinq mille Livres Sterling. Surtout, il sera sacré le meilleur marin de son temps.

 


Mais alors qu'on l'attend pour un accueil triomphal, le vainqueur surgit le 18 mars 1969 dans la baie de Cape Town et, d'un coup de lance-pierres, projette sur le pont d'un cargo en patrouille ce message stupéfiant : " Je continue sans escale vers les îles du Pacifique, parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme". L'annonce de cette décision fait l'effet d'une bombe : ainsi le navigateur tourne le dos à l'argent, à la célébrité pour poursuivre seul une aventure pleine d'embûches...Mais pour cet homme-là, sa course dans les océans les plus dangereux du monde a pris une dimension philosophique. Dans l'intimité de la mer et du ciel, il a noué des liens avec la Création, comme il le dira lorsque, arrivé à Tahiti après un tour du monde et demi, il écrira son livre, véritable bible qui suscitera des vocations de coureurs et d'aventuriers des mers sur plusieurs générations : La longue route.

 


Son refus de revenir vers L'Europe et ses faux dieux est riche de signification. Il a compris, dans son périple en osmose avec les éléments, que le monde moderne détruit notre planète et piétine l'âme de l'homme. Notre fonction sur terre, estime-t-il, est de participer à la création permanente du monde, d'oeuvrer dans le gigantesque combat de l'intelligence contre l'imbécillité. Bénéficiant de son aura de marin hors du commun, Moitessier milite pour la désescalade nucléaire et préconise la plantation, dans les villes et villages, d'arbres fruitiers à la disposition de tous, symbole de partage et de générosité et doux rêve d'un idéaliste irréductible. Installé dorénavant dans un atoll des Tuamotu, il y vit avec sa famille en contact intime avec la nature, espérant, par son exemple, encourager les Pomotus à mieux gérer les ressources de leurs îles. Il conseille l'enseignement des caractères chinois, moyen de communication universel. Malgré l'incompréhension, les échecs, la difficulté à vaincre l'apathie et la routine, il ne se décourage nullement et gagne le surnom que lui donnent les Polynésiens "Tamata ", ce qui signifie " essayer". Ce sera le titre du livre qu'il publiera peu de temps avant sa mort survenue le 16 juin 1994 "Tamata et l'Alliane", message de fraternité où, enfin en paix avec lui-même, il délivre cet ultime enseignement : " On ne se trompe jamais en pardonnant".

 


"Le beau voyage est presque au bout du long ruban d'écume. Et moi, je suis presque au bout de moi-même. Et Joshua aussi. Là-bas dans le Sud, c'était l'automne, puis l'hiver déjà. Huit coups de vent depuis Bonne-Espérance, en trois mois. Et deux chavirages dans l'océan Indien, avant l'Australie. Deux encore dans le Pacifique, après la nouvelle-Zélande. ( ... ) Les haubans sont fatigués dans l'ensemble, Joshua est fatigué lui aussi. Moi, je ne sais pas si je suis fatigué ou pas, ça dépend comment on regarde les choses. Et il faudra que je fasse ses yeux à mon bateau, quand nous serons arrivés ensemble dans l'Ile paisible de l'Alizé, là où on a le temps de faire les choses qui comptent. Et je ne risque plus d'aller trop loin, ni pas assez. Car le rêve est allé d'abord jusqu'au bout du rêve...ensuite il a dépassé le rêve".  ( La longue route )

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

                                 

Joshua, le voilier de Moitessier

Joshua, le voilier de Moitessier

Partager cet article
Repost0
18 juin 2021 5 18 /06 /juin /2021 09:20
La rivière des filles et des mères de Edmée de Xhavée

Avec ce dernier roman, Edmée de Xhavée ouvre un vaste panorama en proposant à ses lecteurs une saga familiale sur cinq générations et, plus précisément, sur les femmes qu’elle évoque avec une saveur toute personnelle. Dès le début, elle frappe fort notre imaginaire, nous immisçant dans le monde des Ojibwés dont Guillaume Goguet, dit Bellefontaine, épouse l’une des très jeunes filles après avoir quitté sa Bretagne natale et ses terres confisquées à la Révolution, afin de vivre sans contrainte tel un coureur des bois. « J’étais membre de la tribu des Ojibwés, née au sud du lac Supérieur. Ma mère et sa sœur avaient été enlevées aux Abénaquis … Et Guillaume Goguet m’a échangée contre du café et du sucre. Peut-être un ou deux fusils. » Voilà ce que précise la première femme du roman qui fonde la dynastie des quatre suivantes, chérit chacune des saisons et connait toutes les choses que les femmes doivent connaître. Cette Belette, tel est son nom, donnera naissance à plusieurs garçons et à Enimie qui sort de la cabane de trappeurs de ses parents pour tracer son destin avec un indéniable panache, abandonnant la vie rurale pour celle de la ville, après avoir été éduquée dans un pensionnat où l’on apprend les bonnes manières. « Lors des retours à la cabane, je commençais à saisir ce qui séparait – et finalement isolait – les miens des autres. Le Goguet, Odon, Lô et ma mère Belette …  ils étaient dans leur élément, oui, parfaitement rodés à la vie des bois, et je n’avais jamais manqué de rien, sauf … du monde. » A la mère nourricière succède ainsi une femme qui forge son avenir avec audace, épouse Calum, qui préfère les hommes mais l’aime tendrement, et attendra quelques années pour attraper «le désir» lors d’une soirée avec le prince Albretcht.
 

 

Après Enimie vient Mackie, la princesse, qui vit un amour fou avec Urbain, et sera la mère de Mariette et de Jules-Nicolas. Ils élèvent des chevaux dans leur ranch, mais Urbain s'accorde de nombreuses libertés financières et trois hommes en colère vont débouler un jour pour assumer leur vengeance, alors qu'il est absent, tuer Wang Shu la servante, Ole Sundquist, l'autre employé, et Chun Hua, avant d'arracher un oeil à Mammackie. "Quand papa revint - écrira Mariette - je me ruai contre lui et m'ancrai à ses jambes, alors il chercha à se libérer aussi doucement qu'il le pouvait mais je sentis ses mains trembler." Défigurée, Mammackie fera face, tandis que l'homme de sa vie sera rattrapé et tué par ses créanciers. La vie est difficile désormais et par une "journée de velours" un nouveau drame se profile. "C'est ainsi que j'ai vu la poussière s'élevant de la route de terre rougeâtre, une poussière qui courait vers nous à vive allure comme un dust devil trapu et décidé." Mariette a compris ce qui s'annonçait, a saisi son arc et lorsque la voiture folle passe près d'elle, vise et lâche sa première flèche. Il en faudra deux autres pour abattre l'homme. Mammackie, qui a assisté à la scène, dira simplement "On n'en parlera jamais, c'est entendu ?" Dans le coffre de cette voiture folle, qu'ils iront immerger dans un lac, Mammackie et ses enfants découvrent un malheureux chien de 7 ou 8 mois qu'ils adopteront et qui remplacera la louve Cheète qui avait été abattue lors du précédent drame. Désormais, la guerre se profile et Jules-Nickie s'en va rejoindre l'armée, se bat au Monte Cassino, devient sourd et, par la suite, renoue avec des cousins qui vont lui proposer de venir les rejoindre en Belgique pour travailler avec eux, ce qu'il fera, et incitera sa soeur à en faire autant. "L'engouement pour la vieille Europe qu'on venait de sauver et l'amour pour la vraie qualité indémodable vinrent au secours de Jules-Nickie, qui enfin vit progresser cette nouvelle aventure, et surtout ... y mit le dévouement que l'on ne met que dans un objectif qui paie en satisfactions d'excellence." 

 


Dans ce beau roman, la poésie des paysages est également constante, évoquant ces vies successives avec d’autant plus de véracité que l’auteure a vécu en Amérique plusieurs années, nous donnant à voir des terres âpres, emplies d’un profond silence, où galopent les chevaux et l’imagination du lecteur. Ainsi ces femmes ont-elles forgé leurs caractères aux exigences d’une réalité dont les temps forts sont ruraux pour la plupart et accordés à la respiration constante de la nature et des êtres qui y résident. Plus tard, Mariette, étant venue poursuivre son existence en Belgique, y perpétue sa descendance qui vogue au gré des événements et ne cesse de forger encore et toujours sa puissante originalité. L’ouvrage nous conduit alors à Trieste où  Louisiane, la petite fille de mammy Ayette, aime Vladimiro, un être instable qui la quittera parce que l’existence est ainsi faite, les artistes (il est sculpteur) sont souvent sujets à des passions folles et éphémères. « Tu es comme Mammackie » - constate Mammy Ayette. « Tu as laissé l’amour allumer un âtre en toi, et tu ne seras jamais sans feu. » Et il est vrai qu’aucune des femmes de ce roman ne l’est. Toutes ont affronté avec audace les divers orages de l’existence. A Liège en 1980, la fille de Louisiane et de son amoureux Vladimiro, baptisé Dracula, referme les pages  de la saga : « Maman me dit que j'ai peut-être brisé la malédiction des mauvais couples dans la famille, ou bien qu'il n'y en avait pas vraiment, ou encore que ce n'était finalement pas si mal que ça puisque la chaîne des enfants a continué, et que nous pouvons remonter de mère en mère jusqu'à une source lointaine, quelque part au Québec. » Nul doute, ces existences, riches et diverses, n'auront jamais connu la banalité et l'ennui. Il y a là, pour les décrire et nous les conter, un souffle, une puissance narrative qui porte haut des destins où s’allient, pour le meilleur et le pire, force et passion. Un roman que l'on quitte à regret parce qu'il sait nous envoûter par la richesse de ses descriptions et l'originalité de ses multiples personnages.


Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE


Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL


 

La rivière des filles et des mères de Edmée de Xhavée
Partager cet article
Repost0
19 mai 2021 3 19 /05 /mai /2021 07:23
Berthe Morisot, la femme en noir de Dominique Bona

 

Dominique Bona a vraiment été inspirée en écrivant la biographie de Berthe Morisot, cette femme exceptionnelle qui a été l’égale des plus grands peintres impressionnistes, leur sœur, leur compagne, et a laissé à sa mort, survenue à l’âge de 54 ans, une œuvre admirable qui est désormais présente dans les plus grands musées internationaux. Une vie qui sera sans faiblesse, une âme sans calcul, une artiste qui se montrera sans concession à l'égard d’elle-même et de son art.
 

Berthe Morisot (1841 - 1895) est d’abord une personne de caractère, une beauté sombre et fascinante, la dame en noir qui figure sur l’un des portraits qu’a fait d’elle son ami Edouard Manet, une femme qui a voué son existence à peindre « jusqu’au mouvement des choses inanimées », écrira à son sujet Arthur Baignières, l'un de ses admirateurs. En effet, il n’y a jamais pour Berthe de vision définitive, celle-ci évolue avec la lumière, ainsi peut-elle travailler des heures devant  un visage ou un coin de jardin. « Tandis que son pinceau se pose en traits vifs et doux, tandis qu’il effleure la toile, elle tire de cette exécution ses effets les plus forts » - précise Dominique Bona. Jamais satisfaite de ce qu’elle a fait, Berthe est une travailleuse infatigable, une femme en quête permanente de la perfection. Dure envers elle-même, elle est toute de verticalité et peut apparaître à certains distante et hautaine, alors qu’intérieurement elle n’est que sensibilité et tendresse. Mais son exigence l’aide à suivre sa voie avec un calme maîtrisé, une claire conscience de ce que la peinture signifie pour elle, un affranchissement, une liberté qu’elle s’octroie. Elle assume son style et mettra tous ses efforts, toute sa tension dans la recherche de cette vérité intérieure si difficile à saisir, mais qui seule l’intéresse. En quelque sorte, elle cherche en elle la source de sa lumière. Elle sera d’ailleurs la seule femme, dans l’aéropage des peintres qui l’entoure, avec lequel elle est unie par des liens profonds d’affection et d’estime : Manet dont elle épousera le frère Eugène, Monet,  Sisley, Pissarro, Puvis de Chavannes qui la courtisera, Degas dont elle redoute les jugements, Renoir l’ami consolateur, auxquels se joint le poète Stéphane Mallarmé qui sera le tuteur de sa fille Julie après sa mort. Ces artistes dissidents se baptiseront d’abord « Les intransigeants » avant de devenir « Les impressionnistes ». Berthe, bien que seule femme, suivra son chemin sans se laisser impressionner par eux mais par sa seule vision personnelle et, non seulement osera exposer ses tableaux, mais fera en sorte de les vendre.
 

Depuis longtemps sa rupture avec l’académisme est consommée. Une autre époque commence dans l’avant-garde, celle d’une oeuvre fluide et légère qui semble ne rien devoir à la matière. La peinture de Berthe est empreinte d’une atmosphère de rêverie qui met en échec la colère ou la rage, la haine et l’esprit de vengeance et offre à ceux qui la contemplent un moment de paix. Elle le dira elle-même : si elle peint, c’est pour tenter de fixer quelque chose de ce qui passe : un sourire, une fleur, un fruit, une branche d’arbre, un visage, un champ de blé ployant sous le vent et, parfois, un souvenir plus spirituel. Elle prend goût également à l’aquarelle. C’est cette méthode qui l’incitera à éclaircir sa palette et affinera sa touche, lui enseignant les profondeurs de la légèreté. Berthe peint sans appuyer le pinceau, sans souligner, surtout sans cerner ses divers sujets, par touches qui se juxtaposent, se frôlent, s’enlacent et gardent cette apparence spontanée qui donne le sentiment que la toile est inachevée. « On lui a laissé un peu de blanc, un air de liberté » - souligne Dominique Bona. Berthe usera de l’huile de la même façon, avec cette fantaisie et cette hardiesse, se refusant progressivement aux contrastes trop voyants. Son monde sera purement féminin mais sans mièvrerie aucune. Ce qui lui plaît, ce qu’elle recherche, ce sont moins les plaisirs primaires, la bonne chère ou la chair que cette anorexique déteste, que la lumière qui se dégage des choses, le rayonnement, la séduction de la vie et par-dessus tout la jeunesse.

 

Plus cérébrale que sensuelle, mais évidemment sensible et hypersensible, Berthe Morisot souhaite dépasser la simple apparence des êtres et des choses, saisir et retenir ce qui la surprend et l’intrigue, ce qui l’émeut, ce qui la trouble, elle voudrait en trouver l’origine et en comprendre le sens. Sa longue main fine esquisse une réponse aux questions qu’elle se pose, tandis que sur les toiles vierges surgissent des jardins, des visages enfantins, des jeunes filles en fleurs, des perspectives de ciel et d’eau. Son pinceau est précis, profond, perspicace et léger, il la dirige vers le seul univers qui l’attire, celui des claires apparences qui abritent des secrets.

 

La vie de Berthe sera celle d’une femme de devoir et d’une artiste incomparable, attachée aux siens, à ses parents, à ses deux sœur dont Edma qui fut peintre elle aussi, à son mari Eugène épousé sans passion mais qui se montrera un compagnon gagné à sa cause et d’un dévouement inlassable, et à sa fille Julie, sa seule grande passions avec la peinture. Une vie où les amis ont leur place ; Berthe reçoit chaque jeudi dans son appartement parisien et, aux beaux jours, dans sa propriété du Mesnil. La vie bourgeoise et confortable, entourée de beaux esprits, est vouée à l’art que l’on vénère et auquel  on consacre le plus clair de son temps et de son énergie. Berthe reproche aux femmes d’être trop bavardes. Cette silencieuse apprécie la grâce des jeunes filles toute d’interrogation et celle des enfants qui posent sur le monde un regard curieux et émerveillé. Elle-même a gardé quelque chose de l’enfance ; elle saura se surprendre jusqu’à son dernier souffle, assumer son exigence et mourir lucide et questionnante comme une quêteuse d’absolu. Sa vie durant, Berthe Morisot refusera de se cantonner dans le gynécée ou les antichambres des ateliers, échappant à l’amateurisme qui est la plaie des peintres de salon. C’est toujours à sa vigilance qu’elle fera confiance. Le poète irlandais George Moore écrira après sa mort : « Ses toiles sont les seules toiles peintes par une femme qu’on ne pourrait détruire sans laisser un blanc, un hiatus dans l’histoire de l’art ».

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer  ICI

Et pour prendre connaissance des articles consacrés aux biographies de Dominique Bona, cliquer sur leurs titres : 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

Berthe Morisot

Berthe Morisot

Berthe Morisot, la femme en noir de Dominique Bona
Berthe Morisot, la femme en noir de Dominique Bona
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche