Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2021 5 15 /10 /octobre /2021 09:33
Incandescence

 

Eclatez frontières, élargis-toi  terre
arrondis tes flancs comme une mère  puissante
car tu portes ton propre enfantement
et tu es la porte et la vestale à cette porte
qui s’ouvre sur le flot ininterrompu de l’éternité.
Alors il se fera sur le monde, de par le monde, un étonnant silence
de celui que l’on appelle et qui vient, de ce silence où le fil à plomb
qui, entre les éléments, est tendu une fois pour toute n’a plus de poids
un silence si gravement éloquent que le silence de l’enfant est un rire
pour qui tout  se mêle et se démêle, couleurs, voix, artifices
ô miracle des recouvrances, l’intransigeance s’étrangle de sa propre forfaiture
et l’indigence pleure les anciennes ingratitudes qui l’ont rendue orpheline.

 

Terre, il était écrit dans le livre sacré à la page où se lèvent les aurores
que tu serais pour le promeneur attardé un havre de repos et de paix
un lieu privilégié, un jardin, où les fleurs par grappes s’épandent
où agenouillés dans l’intensité de nos prières
nous accordons nos cœurs à nos pensées.
Lac plus calme qu’un iris, où ne passe rien d’autre que de très tranquille
laissez-moi marcher dans la sueur de mes souliers
dix millénaires n’ont pas rendu l’homme plus sage.

 

Au bord des mausolées, les guerres fratricides heurtent du front la mort.
Plus sombres que le deuil qu’elles n’osent plus porter
des femmes s’en vont pleurer leurs croyances bafouées.
Que les croix soient rompues et les mâts démâtés
au courant des marées les fûts sont entrainés
et les navires coulés retournent au fond des mers
se figer à jamais dans leur éternité.
Terre, tu es la mesure immesurable, la sablier  géant
au pied de la plus haute investiture
tu es et n’es plus tant de fois désavouée
que poids qui roule dans le voile bleu des nuits sans lune.
Trop de fois tu as gémi sous la contrainte,
l’homme a trop de fois jeté sur toi sa semence
trop de fois creusé le sillon où l’âge aspire le temps en un souffle éperdu.
Jeunes horizons aux lignes fraîchement taillées
vous dessinez des obstacles  imparfaits
sur la trace inépuisable de la perfection
vous contraignez les différences à s’allier
vous établissez sur toute surface irréprochable le reproche vivant.
Soyez des brises lames hautement dressés
au sommet des vagues et des nuages.


Temps mille fois plus mort que la mort mortelle
te voilà l’allié de sa perversité
moisissure sur l’auvent des vallées
le volcan a craché pas trois fois, dans la nuit,  sa colère implacable.
Terre que ravinent fleuves et affluents, cluses profondes et rides altières à ton front
tu fermentes les germes de tes phantasmes
et tes marnes te font l’haleine mauvaise
tu as l’âge de tes fièvres et de tes cancers.
Le monde a tant de fois sombré dans le péché
O oreilles distraites, écoutez-moi parler.
L’onde a sa source revient, la loi à son contraire
que faisons-nous derrière nos murailles de pierre ?

 

Trompettes et cymbales, l’appel a  retenti
il déchire l’écho et agrandit l’espace.
Un lent frissonnement a parcouru le ventre de la femme fatale.
Le plaisir a gémi sous la caresse obscène du César redoutable.
La lèpre se propage de villes en villages
le monde est si malade et sa face si terne
qu’aucun linge n’osera en recueillir l’image.
Temps  où la lâcheté se caresse à mains nues
poussières sur la margelle du puits sans profondeur
hommes de tous lignages, levez vos faces saintes
le temps est revenu et l’aveu et l’outrage.
Au bord  des mausolées, les guerres fratricides
heurtent la mort au front, au front des destinées.
Plus sombres que le deuil qu’elles n’osent plus porter
des femmes s’en vont pleurer leurs croyances bafouées.
Que les croix soient rompues et les mâts démâtés
au courant des marées les fûts sont entraînés
et les navires coulés retournent au fonds des mers
se figer à jamais dans leur éternité.
La ligne de partage entre les hémisphères
a rendu plus sommaire l’alliance des contraires
la faute est de douter de la souveraineté
de l’homme passager sur cette humble planète.


Midi sonne à l’horloge, la terre et l’océan
suspendent un instant leur duel millénaire.
Homme, ô homme, sauve-toi de ton humanité
ce vêtement étroit te rend le cœur amer
la terre te fut donnée comme un poste avancé
aux confins des déserts, au centre le plus au centre
du cosmos ramassé sur cette seule  pierre.
Ton esprit sur les flots se devait de souffler
et les villes naissaient comme autant de sanctuaires.
Des prières savantes aux lèvres pharisiennes
se brodaient d’adjectifs et de superlatifs
les pauvres se taisaient.
L’agneau fut immolé un vendredi au soir
un homme et une femme veillaient à  ses côtés
le monde faisait silence. Trois jours seulement
à la mort furent confiés, le grain à la terre s’en était retourné
Pâques sur Israël naissait à son salut
O heures enfin offertes  à tous les héritages
à l’alliance renouvelée !


Les prophètes sont morts, les dieux sont profanés
le monde a trois de fois sombré dans le péché
O destin, O douleur, nous voilant écoutant la parole sacrée.
Le champ reçoit la sueur et l’homme son salaire, la moisson est ailleurs.
Peuple, il n’est plus de larmes pour pouvoir te pleurer
il n’est plus de  révolte pour vouloir te venger
les semailles formeront de grandes gerbes d’or
les épis moissonnés feront vide le champ
et le grand chant du monde ne sera pas chanté …
car le monde fait silence. Poète, lève-toi
il est temps de parler, rends ta voix plus tonnante
que l’airain plus sonnante, dis-leur la vérité.


 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE  (extraits de «Incandescence »  Edition  Saint- Germain- des- prés  Collection Blanche  1983)

 

Ce qu'ils ont écrit :

"La poésie féminine se différencie-t-elle de la poésie masculine ? Dans la préface du beau recueil de Armelle Hauteloire "Incandescence", M.A. Costa de Beauregard essaie de répondre à cette question : "La femme, dit-il, a été plus souvent muse et l'homme poète. Mais elle est appelée aussi à être poète, porte-parole : grand mystère de la femme porteuse du Verbe, enceinte et mère du Verbe ... Son destin n'est pas de s'exprimer elle-même. Sa vocation est d'énoncer la Parole. Ceci est très frappant dans "Incandescence". L'écueil était de s'exprimer. Armelle Hauteloire a su y renoncer pour manifester une parole qui n'est pas la sienne mais celle de tous les humains. C'est la poésie."
Armelle Hauteloire nous dit qu'elle a tenté un pèlerinage aux sources de l'amour, transfiguration du désir en offrande. Son chant profond émeut, bouleverse. Dans les palpitations de son coeur, elle découvre les douleurs et les aspirations de tous les humains. En se dépassant, l'auteur a rencontré Dieu. Pour elle, il n'y a pas de doute, le problème des espoirs humains est lié à la foi. Elle le crie de toutes ses forces. Une telle certitude devrait ébranler les hommes et les femmes qui tâtonnent dans la nuit.

Maurice MONNOYER  (Nord Eclair - 27 février 1984)

 

Remettre l'homme debout, voilà bien le propos d'Armelle Hauteloire. Son recueil "Incandescence" est celui d'une parole qui se déplace dans les zones d'ombre ou de gel de la destinée humaine et qui appelle une dimension où la beauté intemporelle, l'amour en ses sources vives, la transfiguration du désir en offrande font partie de l'humain voyage. Dans une belle langue sobre et imagée, le poète fait au long de ses pages pèlerinage vers le Verbe qui est le Seigneur Lui-même.

Luc NORIN   ( Libre Belgique  -  13 juin 1984 )

 

Pour consulter les articles de la rubrique "ARTICLES ME CONCERNANT", cliquer   ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Incandescence
Incandescence
Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Poétesse parmi les grands poètes. Je suis en admiration! Je vais relire tout le poème à tête reposée. pour le moment, je suis encore un peu étourdie par la sonorité et la beauté des paroles! Merci!
Répondre
A
Chère Madame, c'est trop d'honneur. Merci de vos mots si émouvants pour moi.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )

 

1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

 

Recherche