Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 07:53
BIENVENUE SUR INTERLIGNE

                             

                                                                                                                                                                                                                            

Derniers articles publiés :
 

 

QUI SE CACHE DERRIERE MADAME DE VILLEPARISIS DANS L'OEUVRE DE MARCEL PROUST ?

 

VOYAGE EN POLYNESIE FRANCAISE

 

CONTES ESPAGNOLS de LORENZO CECCHI


 

Bienvenue sur INTERLIGNE, un blog consacré à la littérature et aux voyages et comportant plusieurs rubriques que je vous décline ci-dessous et dont vous pouvez consulter les articles en cliquant sur leurs liens :

 


LISTE DES ARTICLES ME CONCERNANT  

Liste des articles de la rubrique LITTERATURE

Liste des articles de la rubrique ESPRIT des LIEUX

Liste des articles de la rubrique CULTURE

Liste des articles de la rubrique : DOSSIER MARCEL PROUST

 

Liste des articles de la rubrique : LES COUPS DE COEUR de DENIS
Liste des articles "LES QUESTIONS QUE L'ON SE POSE" 

 

Liste des articles "LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS"


ALBUM PHOTOS - VOYAGES

MES VOYAGES EN IMAGES - SUITE



 

Demeurant à Trouville depuis une vingtaine d'années, j'aime la croisière maritime, la marche, la nature et encore et toujours écrire. Dans ce blog, je prends plaisir à vous entretenir de mes écrivains préférés, à vous conter mes voyages et à poser les questions qui invitent au dialogue. Car écrire pour soi-même n'a pas de sens. On écrit avant tout pour l'autre. Pour le rencontrer...ou le retrouver.

  

Bonne lecture, chers visiteurs, et n'oubliez pas de me faire part de vos commentaires, ils seront un enrichissement pour moi et une animation pour les lecteurs de passage.

 

Et, afin de faire plus ample connaissance, voici mon portrait brossé par quelques photos:          

 

 

BIENVENUE SUR INTERLIGNE
BIENVENUE SUR INTERLIGNE

Et mon parcours en écriture consigné par quelques livres :

Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages
Quelques-uns de mes ouvrages

Quelques-uns de mes ouvrages

Pour vous procurer la plupart de ces livres, cliquer   ICI  ou  LA

 

Toutefois, si vous préférez les images aux mots, vous pouvez vous rendre sur mon blog " LA PLUME ET L'IMAGE " consacré au 7e Art, en cliquant  LA

 


Et également sur   FACEBOOK     AGORAVOX   et   PLUME DE POETE

BIENVENUE SUR INTERLIGNE
Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ACCUEIL
commenter cet article
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 07:50
La comtesse de Boigne, jeune.

La comtesse de Boigne, jeune.

Adlade_dOsmondcomtesse_de_Boigne_par_Jean-Baptiste_Isabey.jpg


                     

La troisième et dernière femme de cette trilogie, celle qui a contribué à façonner le personnage de Madame de Villeparisis, l’amie de la grand-mère du narrateur rencontrée au Grand-Hôtel de Balbec, est bien différente d’une Laure Hayman ou d’une Louisa de Mornand, dont l'une inspirera le personnage d'Odette, le grand amour de Swann, et l'autre Rachel la comédienne et que Proust connut l'une et l'autre. Madame de Boigne était de haute naissance et  Proust ne pouvait pas l’avoir fréquentée pour la bonne raison qu’au moment où il est né en 1871 elle était morte depuis cinq ans en 1866. La vie de cette femme est un véritable roman puisque petite fille elle était la familière des enfants royaux et particulièrement aimée du roi Louis XVI et de la reine Marie-Antoinette, qu’elle fît partie des émigrés au moment de la Révolution, qu’elle fût l’amie intime de Madame Récamier, de même que l’une des plus jolies femmes de son temps et l’une des plus belles intelligences, proche de madame de Staël et de Chateaubriand, qu’elle passât de nombreux étés à Trouville où elle avait sa demeure, qu’elle tint salon, fit un très riche mariage, n’eut pas d’enfant et vécut longuement auprès d’un homme d’influence, le baron Pasquier qui fut tour à tour député, Garde des Sceaux, ministre des Affaires Etrangères, président de la Chambre et Chancelier de France. Mais qui est-elle dans la Recherche cette respectable marquise de Villeparisis qu’elle inspira, sinon une femme qui, comme elle, est née dans une maison glorieuse, entrée par le mariage dans une autre qui ne l’était pas moins, vécut la fin de son existence auprès d’un homme respectable, avait une façon exquise et sensible de parler du passé et, ayant connu ce qu’il y avait de mieux, était totalement dénuée de snobisme. Est-elle vraiment proche de la comtesse de Boigne qui sut si bien rendre compte de son époque dans ses Mémoires et si bien inscrire sa vie dans le prolongement de sa lignée ? C’est ce que nous allons chercher à savoir !

 

 

Proust admirait les mémorialistes. On sait l’intérêt qu’il porta à Saint-Simon et lui-même, sans avoir peut-être lu l’intégralité des Mémoires de la comtesse, rédigea un article dans le Figaro où, selon la biographe de Mme de Boigne, Françoise Wagener, il se révèle un piètre historien. Il est certain que l’écrivain a vu en la Marquise de Villeparisis un personnage beaucoup plus frivole, une sorte de douairière surannée plus typiquement Belle Epoque qu’Ancien Régime, ce qui ne concorde pas avec le caractère de Mme de Boigne qui était tout sauf frivole. Pour avoir traversé les drames de la Révolution et de la Terreur, connu à la suite de la défaite de Waterloo et des Cent-Jours l’occupation de Paris par les armées coalisées du Tsar, du roi de Prusse et de l’empereur d’Autriche, assisté à la Restauration puis à la chute de la maison Bourbon, fréquenté Talleyrand, le duc de Richelieu, été l’amie de la reine Marie-Amélie, l’épouse de Louis-Philippe, cette royaliste libérale avait l’œil trop exercé pour céder à une quelconque coquetterie de pensée. Si elle était sensible aux civilités de l’ancienne France (après le retour de Louis XVIII ) étant elle-même le pur produit de la sociabilité raffinée de son milieu, elle résistera sans peine aux pressions des Ultras, car le fétichisme royaliste n’était pas son fait. Née sous l’Ancien Régime, elle avait accepté que celui-ci disparut. Ce qui la requérait était de ne jamais aliéner son sens critique et son indépendance de jugement.

 

 

Si Marcel Proust voit sa Mme de Villeparisis supérieure au reste de sa famille par son intelligence, son style et son esprit de conversation, il ne lui confère nullement les vertus de la comtesse et énonce pour cela quelques raisons : bien née mais peu recherchée par les femmes à la mode qui la considéraient comme une langue de vipère ou un chameau, il la confine dans un rôle de vieille dame un peu aigrie en proie à une indiscutable déchéance mondaine. Et il est vrai que la comtesse de Boigne a souffert un long moment d’une réputation de méchanceté non justifiée pour la raison que ses Mémoires furent publiées 41 ans après sa mort, en 1907, par son ami Charles Nicoullaud et que le regard qu’elle posait sur ce XIXe siècle finissant était sans concession, si bien que cette publication, alors que de nombreux acteurs vivaient encore, ou du moins leurs enfants, ne fut pas toujours bien reçue. Elle fut entre autre violemment attaquée par le vicomte Reiset, très attaché au souvenir de la duchesse de Berry que la comtesse malmène passablement, et, par conséquent, mal comprise, d’autant que ces mémoires émanaient d’une femme qui n’enjolivait pas les choses comme il est arrivé à Chateaubriand de le faire, une femme qui affichait dans ses propos une grande liberté de ton et aimait trop la raison pour la trahir jamais. Sa lucidité tranche avec certaines des humeurs de Saint-Simon, dont on connaît les préférences et les aversions, des fantaisies et indiscrétions de la duchesse d’Abrantès ou du lyrisme subjectif de François-René de Chateaubriand.

 

 

Mais on retrouve un peu de la comtesse de Boigne dans la sensibilité et la vie personnelle de Mme de Villeparisis qui se toquait de connaître tel individu sans titre pour les seuls mérites de son talent et de son intelligence. Par ailleurs, Proust parle de son amitié avec la reine Marie-Amélie, ce qui est vrai, au point que ses hôtes étaient subjugués par une galerie imposante de tableaux de l’aristocratie ; il conserve également à ses côtés l’affectueuse présence du  Chancelier Pasquier devenu l’ambassadeur de Norpois dans la Recherche et reconnaît son intelligence supérieure à la plupart de celle de ses visiteurs. Voici ce qu’il écrit d’elle dans « Du côté de Guermantes » :

 

«  Certes je n’eus au bout de quelques instants aucune peine à comprendre pourquoi Mme de Villeparisis s’était trouvée, à Balbec, si bien informée, et mieux que nous-mêmes, des moindres détails du voyage que mon père faisait alors en Espagne avec M. de Norpois. Mais il n’était pas possible malgré cela de s’arrêter à l’idée que la liaison, depuis plus de vingt ans, de Mme de Villeparisis avec l’Ambassadeur pût être cause du déclassement de la marquise dans un monde où les femmes les plus brillantes affichaient des amants moins respectables que celui-ci, lequel d’ailleurs n’était probablement plus depuis longtemps pour la marquise autre chose qu’un vieil ami. Mme de Villeparisis avait-elle eu jadis d’autres aventures ? Etant alors d’un caractère plus passionné que maintenant, dans une vieillesse apaisée et pieuse qui devait pourtant un peu de sa couleur à ces années ardentes et consumées, n’avait-elle pas su, en province où elle avait vécu longtemps, éviter certains scandales, inconnus des nouvelles générations, lesquelles en constataient seulement l’effet dans la composition mêlée et défectueuse d’un salon fait, sans cela, pour être un des plus purs de tout médiocre alliage ? Cette « mauvaise langue » que son neveu lui attribuait lui avait-elle, dans ces temps-là, fait des ennemis ? l’avait-elle poussée à profiter de certains succès auprès des hommes pour exercer des vengeances contre les femmes ?  Tout cela était possible ; et ce n’est pas la façon exquise, sensible – nuançant si délicatement non seulement les expressions mais les intonations – avec laquelle Mme de Villeparisis parlait de la pudeur, de la bonté, qui pouvait infirmer cette supposition ; car ceux qui non seulement parlent bien de certaines vertus, mais même en ressentent le charme et les comprennent à merveille sont souvent issus, mais ne font pas eux-mêmes partie, de la génération muette, fruste et sans art, qui les pratiqua. Celle-ci se reflète en eux, mais ne s’y continue pas. A la place du caractère qu’elle avait, on trouve une sensibilité, une intelligence, qui ne servent pas à l’action. Et qu’il y eût ou non dans la vie de Mme de Villeparisis de ces scandales qu’eût effacés l’éclat de son nom , c’est cette intelligence, une intelligence presque d’écrivain de second ordre bien plus que de femme du monde, qui était certainement la cause de sa déchéance mondaine. »

 

 

Le narrateur-psychanaliste tente ici de comprendre la mécanique qui régit la vie de la marquise. Cet effort de compréhension crée le personnage dont il déduira une loi commune à tous les hommes, ce qui est l’un des buts du roman. L’artiste Proust se dépeint probablement aussi quand il souligne que la Vertu n’est pas accessible à ceux qui la pratiquent, mais bien aux artistes qui en ont l’intelligence. Selon lui, ce sont les artistes qui ouvrent le monde à la transcendance et permettent une forme de rédemption.

 

 

Mais pourquoi fallait-il un personnage construit de cette manière dans la structure de la Recherche, personnage qui réduit substantiellement les qualités de celle qui l’a suggéré ? Est-ce pour l’opposer à la grand-mère du héros qui est par excellence l’incarnation de la vertu suprême : la bonté ? Ce n’est pas impossible, l’écrivain usant volontiers de cette technique à la Flaubert de créer des personnages par paire, l’un étant la face lumineuse et l’autre la face d’ombre. Du moins ces deux femmes – Mme de Villeparisis et la grand-mère - ont-elles quelque chose en commun, la vieillesse, parenté qui veut que, déjà, « leur vie soit adossée à la mort ».

 

 

Par ailleurs, ce texte, et tous les autres de la Recherche, nous rassure sur le fait que l’écrivain reste dans son rôle, puisque les êtres, qu’il a connus ou dont il s’inspire, ne sont plus tout à fait les mêmes dès lors qu’ils entrent dans sa fiction. Rappelons-nous qu’Odette ne dispose pas des dons, du goût très sûr, de la délicatesse de cœur d’une Laure Hayman, que Rachel n’a pas l’insouciance, la féminine intuition et l’absence de talent d’une Louisa de Mornand, enfin que la marquise de Villeparisis ne jouit pas de l’indépendance d’esprit, de l’attachement aux valeurs profondes, de l’ouverture sur le monde et du souci constant de toujours accorder la priorité à la raison d’une comtesse de Boigne. Et il est bien qu’il en soit ainsi, que l’écrivain n’ait consenti à la réalité que ce qui n’allait pas à l’encontre de la fiction et que l’œuvre d’art affirme ainsi sa différence en recomposant un réel à l’aune de l’imaginaire. En quelque sorte en créant un univers ni éloigné de l’histoire, ni indifférent à la légende.

 

 

Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE

 

 

Pour prendre connaissance des chapitres précédents, cliquer sur leurs titres :

 

Qui se cache derrière Rachel dans l'oeuvre de Proust ?

 

 

Qui se cache derrière Odette Swann dans l'oeuvre de Proust ?

 

 

Et pour prendre connaissance des articles de la rubrique DOSSIER MARCEL PROUST, cliquer  LA

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

La comtesse de Boigne à la fin de sa vie.

La comtesse de Boigne à la fin de sa vie.

Qui se cache derrière Mme de Villeparisis dans l'oeuvre de Proust ?
Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans DOSSIER MARCEL PROUST
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 08:26
Voyage en Polynésie française

 

 1263894188 iles 1 wince 

 

Nous en rêvions depuis longtemps. S’envoler un jour vers ces îles lointaines qui semblent posées sur l’océan et serties comme des perles précieuses dans l’anneau émeraude des lagons, connaître la couleur du Pacifique, le parfum des fleurs de tiaré avec leurs corolles blanches et cireuses, celles du jasmin, de l’ylang-ylang et du frangipanier que les navigateurs d’autrefois respiraient avant même de discerner les contours des îles, comme une fragrance envoûtante. Puis, découvrir, ainsi qu’ils le faisaient, les paysages somptueux avec Mooréa au premier plan, Tahiti au fond, le bleu dur de la mer, le liserai d’écume qui ourle le littoral, surplombé par la masse sombre des montagnes, auxquelles s’accrochent les nuages, avant d’entrer en contact avec une population dont la légende veut qu’elle soit d’origine améridienne, arrivée en Polynésie à bord de pirogues depuis les rives sud-américaines, il y a de cela plusieurs millénaires. Aujourd’hui, il semble plus probable que cette population soit austronésienne, les Océaniens poursuivant leur lente avancée dans le Pacifique plus d’un millier d’années avant J.C. Excellents navigateurs, ils connaissaient déjà les ciels nocturnes et leurs moindres constellations et le langage de la houle et des vents. En un millénaire, ils s’implantèrent dans la Polynésie centrale et orientale, des îles Cook et de la Société à Hawaï et à l’île de Pâques. Oui, nous désirions connaître cela et, pour y parvenir, nous n’avons pas hésité à casser notre tirelire, d’autant plus que le franc pacifique, en cette année 1984, était le double du franc métropole. Aussi le voyage se ferait-il dans des hôtels ou pensions de famille au coût raisonnable, avec un seul repas par jour et les caboteurs chargés du courrier et du ravitaillement comme moyen de transport entre les îles, à l’exception de Bora-Bora, trop éloignée de Tahiti et, pour laquelle, nous serions tenus de prendre l’avion.

 

C’est un 21 juillet que nous avons décollé de Roissy pour Los Angeles dans un boeing 747. Douze heures de vol par le sud du Groenland, la baie d’Hudson et une partie des Etats-Unis, avec l’immensité des champs de céréales découpant géographiquement le sol en plaques de couleur. A Los Angeles, escale de 4 heures, ce qui paraît long en pleine nuit et ré-embarquement sur un DC 10 pour Papeete. Lorsque nous descendons de l’avion à Faa, je suis pieds nus, tant mes chevilles ont gonflé durant ces 22 heures de voyage. Le parcours en car depuis l’aéroport jusqu’à notre modeste hôtel, en pleine nuit, ne nous laissera aucun souvenir. Il faudra attendre le lever du soleil pour que nous découvrions les premiers paysages et au loin l’île de Mooréa se découpant dans la brume nacrée de l’aube. Pas question de dormir. Nous ne voulons pas passer au lit notre première matinée polynésienne. Une douche effacera les fatigues de ce long voyage. Le petit déjeuner avalé, nous nous enquérons d’une plage pour aller prendre notre premier bain dans le Pacifique. Mais les Maoris ne sont guère loquaces. Un battement de cil très fiu vous tiendra lieu d’explication. Comme il n’y a pas de truck le dimanche, nous voilà partis à pied vers une hypothétique plage que nous imaginons immaculément blanche. Mais il y a peu de belles plages à Tahiti, île volcanique. Par chance, nous sommes logés au sud de Papeete, non loin de Punaania qui est l’une des plus belles, frangée de bois de fer et de cocotiers. Ce premier bain dans le Pacifique n’en est pas moins décevant. Si la plage est sublime, la baignade est rendue difficile par l’abondance des coraux qui abondent jusqu’aux abords du sable.

 

Le réseau routier tahitien est limité au littoral, car l’intérieur des terres est occupé par le relief montagneux qui aligne ses flancs escarpés couverts d’une abondante végétation de pandanus, de bancouliers et de purau et que zèbrent une profusion de cascades. De là-haut les vues sont superbes mais difficilement accessibles, sinon à dos de mulet ou en 4x4 et cela coûte cher. Nous en seront réduits à quelques excursions pédestres, épuisantes par la chaleur, mais toujours récompensées par des points de vue d’une étonnante beauté.

 

C’est non loin de Punaania que Gauguin vécut de 1897 à 1901 et produisit une soixantaine de toiles dont  "D’où venons-nous" qui se trouve au musée de Boston. Dans les scènes familières, qu’il a croquées, comme "La sieste", "Le silence", "Le repos", l’artiste a su saisir les essences parfumées de l’île, les survivances des croyances ancestrales et l’insouciance lasse des femmes aux postures alanguies. Il est amusant de souligner que presque toutes les jeunes filles du coin disent descendre du peintre, leur grand-mère ayant été son modèle et son amante. Alors Dieu sait qu’il a dû en avoir !

 

Mais Tahiti ne parviendra pas à nous captiver, peut-être par son absence de chaleur humaine et les barrières infranchissables qui existent entre les diverses communautés : les Maoris, les Chinois et les Européens vivant les uns à côté des autres sans parvenir à dialoguer. Il n’y a qu’au marché de Papeete, le matin de bonne heure, que l’on est gentiment apostrophé par la gouaille des matrones qui vendent des chapeaux, des paréos, des fleurs, des multitudes de fruits et légumes, sans oublier les poissons aux écailles argentées. Il y a là une atmosphère bon enfant inoubliable, un parfum de vanille, des couleurs étincelantes et un petit quelque chose qui vous donne soudain l’impression d’être un peu moins loin de la mère patrie.

 

1303632043_moorea_baie_cook__wince_.jpg    1303632125_cook-s-bay-moorea-french__wince_.jpg

 

                            Mooréa

 

Il faudra attendre Mooréa pour que nous ressentions le premier choc, lorsque le bateau, après un long travelling le long des côtes, approche de la merveilleuse baie de Cook (Pao Pao ), d’une beauté à couper le souffle. Elle se détache majestueuse avec ses pitons rocheux comme d’altières sentinelles, dominant l’arc parfait d’une anse ceinturée de cocotiers d’un vert profond, rehaussée par l’intense indigo du la mer. Nous débarquons à Vaiare et retrouvons d’un coup le charme d’un univers paisible où défilent, dans le désordre, les plages d’or, les villages blottis à l’ombre des manguiers et des filaos, les églises coquettes, les taches vert-de-gris que font les plantations d’ananas ou celles plus sombres des forêts de calfata, heureusement égayées par les toits rouges des farés, qui jettent leur éclat sur la fastueuse déclinaison des verts polynésiens. Mooréa, en 1984, était un véritable paradis, à l’abri du tourisme de masse et des laideurs commerciales et industrielles, dont le rythme de vie s’avérait lent et la population plus hospitalière. Ici, nous allons beaucoup marcher, afin de découvrir les coins propices à goûter la vie polynésienne dans ce qu’elle a de plus authentique. Empruntant les sentiers, nous aimions à accéder aux belvédères et apercevoir les baies se profilant dans de larges échancrures marines, contempler la montagne transpercée par la flèche de Pai ( Mont Mauaputa ), parcourir des lieux humanisés par les cultures soignées des vanilliers ou assister aux sorties des messes du dimanche lorsque les paroissiens s’échangent des nouvelles et des salutations et que les vaches se prélassent insouciantes dans les rues. Au loin, des pirogues dessinent leurs sillages blancs sur l’eau étale, tandis que l’air saturé du parfum enivrant de la fleur de tiaré vient à vous dans un souffle tiède et que quelques cumulus s’attardent à auréoler les sommets.

 

1303635997_borabora3331__wince_.jpg  1303636112_lesbiscuitsatahiti_depart-de-mon-homme_tahiti-ov.jpg


                    BORA-BORA

 

Mais ce qui nous attend sera plus beau encore, bien qu'il ne soit plus possible, arrivé à ce degré, d’ajouter un superlatif au superlatif. Car l’île mythique par excellence, le havre de paix, la nature même du rêve dans sa perfection quasi indépassable, est sans aucun doute l’île de Bora-Bora. Il suffit de la survoler pour que les mots chargés de la décrire deviennent subitement impuissants. Oui, comment dépeindre cette merveille sortie des entrailles océanes et que l’on survole ébahi, avec l’impression d’apercevoir un territoire perdu dans l’immensité de l’océan, île nue comme devait l’être Vénus sortant de l’onde, paradis mis à l’abri  par un dieu protecteur, comme un saphir étincelant.

  

Après l’avoir découverte d’avion, nous en ferons le tour à bicyclette, puis en pirogue, afin d’aller donner à manger aux requins dans les passes qui séparent les lagons de la mer et irons même passer une journée entière sur un motu mais, comme le paradis n’existe pas, nous y serons dévorés par les no-no, minuscules moustiques blancs très friands de chair humaine. A l’époque où nous y séjournions, Paul-Emile Victor résidait encore dans le sien, le motu Tane, avec sa femme et son fils, et les touristes étaient peu nombreux, surtout en juillet, qui est la basse-saison ( hiver ) en Polynésie. Aussi aucune affluence à déplorer et partout une tranquillité débonnaire qui nous sied à merveille. La seule chose, que nous redoutions, était de recevoir sur la tête une noix de coco, car toutes les routes de Bora-Bora sont ombragées de cocotiers, arbre emblématique par excellence. Ils sont tellement chez eux ici qu’ils parviennent à monter à l’assaut du Mt Pahia, festonnent les plages, ombrent les bungalows recouverts de pandanus et s’agitent, sous le moindre alizé, pareils aux longues chevelures des vahinés.
 

Vaitape, la capitale, semble sortir d’un conte de fée. On y entend sans cesse des rires, des chants, on surprend des couples en train de danser avec leurs couronnes de fleurs sur la tête, comme si la fête était l’occupation principale de cette population insouciante et enjouée. Sur la place du bourg ( car cette capitale n’est jamais qu’un délicieux petit bourg, du moins l'était-elle encore en 1984 ), un ahu évoque le souvenir du navigateur solitaire Alain Gerbault qui aima tant et tant l’endroit qu’il demanda à y être enterré. Ce qui fut fait. A Bora-Bora, nous n’aurons manqué ni les danses villageoises, ni le repas des requins, ni la douceur languissante d’une journée sur un motu, ni la vision des poissons multicolores qui se déplacent par bancs et font miroiter l’eau à chacun de leur passage, ni les couchers de soleil solennels et somptueux comme des apothéoses, ni les veillées la nuit pour voir le ciel se peupler de milliers d’étoiles, au point de ne plus savoir où commence le ciel et où finit la terre, ni ce qui relève du rêve ou de la simple réalité.  IA ORANA.

 

Armelle BARGUILLET

 

Autres articles évoquant les îles :

 

Balade irlandaise

 

Les îles Scilly - croisière

 

Les Grenadines à la voile

 

Haïti, un destin singulier

 

Les îles ou le rêve toujours recommencé

 

Lettre océane - les Antilles à la voile

 

 

 

 1303636260_fdansedeloiseau61__wince_.jpg

 

Bora-Bora

Bora-Bora

Mooréa

Mooréa

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ESPRIT des LIEUX
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 08:47
Contes espagnols de Lorenzo Cecchi

Pour cette chronique estivale, j’ai choisi de vous proposer des nouvelles présentées par l’auteur comme des contes, peut-être certaines le sont-elles ? Des nouvelles pleines de soleil, inondant la communauté hispanique de Bruxelles. Une lecture tonifiante qui regonflera le moral de tous les déprimés.

 

 

Contes espagnols

    Lorenzo Cecchi (1952 - ….) 

 

 

Lorenzo Cecchi nous offre neuf contes, apparemment le compte est bon même si l’éditeur tend un petit piège au lecteur inattentif, mais l’important reste que ces contes soient savoureux et ils le sont. A priori, sans connaître l’auteur, il semblerait que le narrateur soit très proche de lui et qu’il décrive dans ses contes des moments d’émotion particuliers qu’il aurait vécus avec des Hispaniques, notamment des Espagnols et surtout des Espagnoles, côtoyés à Bruxelles ou en Espagne. Il faut souligner pourtant une exception à cette généralité, la neuvième et dernière nouvelle n’a rien à voir avec les autres même si elle dépeint une belle Ibérique, elle ne concerne pas le narrateur, elle raconte l’horrible vengeance, au XVIIe siècle, d’un triste noble italien incapable de satisfaire sa femme et fou de rage quand il apprend qu’elle le trompe. J’ai apprécié toutes les nouvelles du recueil, Cecchi a l’art de la narration, il sait raconter et son regard sur les gens, leur comportement, leurs sentiments, leurs émotions, leurs motivations est très perçant. Il voit juste, à travers les quelques faits divers qu’il raconte c’est un peu la diaspora ibérique qu’il met en scène avec ses petites tracasseries, ses aventures et mésaventures. Ces contes sont, selon moi, davantage des nouvelles que des contes, sauf le fameux neuvième et dernier qui évoque un fait qui pourrait être historique, l’est peut-être, ou n’est finalement qu’un conte, peu importe, l’histoire est aussi abominable que le texte est bien troussé. J’ai dégusté ces vieux mots oubliés qui sonnent si joliment aux oreilles des amateurs d’histoire dont je suis.

 

Lorenzo Cecchi a peut-être connu cette Conchita qu’il prenait pour une Espagnole qu’elle n’était pas ou cette Frida qui, elle, était bien espagnole alors qu’il la croyait suédoise. Je suis presque sûr qu’il a effectivement vendu sa première marchandise à un émigré hispanique ayant pris en pitié sa grande maladresse commerciale. Par contre, je doute qu’il ait été l’heureux bénéficiaire de la fureur sexuelle de la flambante mexicaine qui s’est vengée de la tromperie de son mari avec le premier venu. Ainsi le lecteur, pourra laisser courir son imagination pour tenter de comprendre ce qui vient directement de l’imagination de l’auteur ou ce qu’il a puisé dans sa carrière professionnelle et sa vie d’immigré du sud de l’Europe. La querelle entre le narrateur italien et son voisin espagnol, plus matcho l’un que l’autre, sent le vécu plus que l’histoire du gars qui écrit à son meilleur ami juste avant de se suicider : « qu’il part heureux de savoir qu’il n’a jamais couché avec aucune des femmes qu’il a eues ».

 

Même si les textes, que je vous propose, respirent une certaine pointe de mélancolie, j’y ai personnellement trouvé beaucoup de vie, d’envie de vivre, d’espièglerie et même de dérision dans les moments les moins favorables de l’existence. Un recueil à mettre sur son chevet pour lire un ou deux textes les soirs de blues. Je ne voudrais surtout pas oublier les illustrations chatoyantes de Jean–Marie Molle, son rouge notamment qui, à lui seul, dégage une véritable fureur de vivre.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

Contes espagnols de Lorenzo Cecchi
Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 08:45
LES SIX ANS D'INTERLIGNE

Six ans déjà, qu’un jour de juillet 2011 j’ai décidé d’ouvrir  un second blog  « INTERLIGNE », après celui consacré au 7e Art « La plume et l’image » et je ne le regrette pas, car j’ai eu grâce à lui l’occasion de rencontrer beaucoup d’amis venant d’horizons différents et qui tous m’ont apporté leur amitié, leurs encouragements et ont permis à ce lieu d’échange de prendre encre ( je pourrai dire ancre) et devienne un lieu de partage. En effet, que représente un blog pour celui qui, installé devant son écran, tente de capter un mot, un signe, un commentaire, un écho, sinon cela, la possibilité d’un échange. Ecrire, c’est toujours essayer de rencontrer l’autre, l’ami, le voisin, l’esseulé, l’étranger, de susciter une alliance d’esprit et de cœur grâce au pouvoir des mots et à leur résonance.

 

 

Tout a sans doute été dit et écrit mais qu’importe, nous ne cesserons jamais de le redire et de le transmettre à notre façon avec notre sensibilité, nos emballements, nos déceptions, nos doutes, nos aspirations. Cela se nomme la communication ou mieux que cela : la transmission. On s'efforce, autant que faire se peut, à exprimer les joies, les peines, les beautés de notre langue, les nuances diverses des souvenirs, les soucis de nos vies, les émerveillements de nos coeurs, les satisfactions passagères ou durables, les craintes pour un avenir que l'on rêverait toujours meilleur. 705 articles rédigés avec ceux de l'ami Denis Billamboz et ses coups de coeur littéraires, 148.160 visiteurs, 236.785 pages vues, c'est honorable, mais est-ce satisfaisant ? Cela ne le sera jamais, tant nous souhaitons toujours davantage, tant nous avons besoin d'être constamment renseignés sur la qualité de nos propos, leur pertinence, leur justesse ou, pire, et cela arrive souvent, sur leur inanité. Le regard de l'autre inspire à l'évidence une crainte qui reste la meilleure émulation qui soit. Alors, ne redoutons jamais ce regard du visiteur qui corrige, anime, critique, sollicite, encourage, il est tour à tour notre juge et notre complice.

 

 

Alors longue vie à INTERLIGNE si l'inspiration, la ferveur  ne me manquent pas. Une question que,souvent, je me pose...

 

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

 

Article précédent : LES DEUX ANS d'INTERLIGNE

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

LES SIX ANS D'INTERLIGNE
Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ARTICLES ME CONCERNANT
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 07:58
Izo de Pascal de Duve
Izo de Pascal de Duve

Pour rendre hommage à Magritte, le célèbre peintre surréaliste belge à l’occasion du 50e anniversaire de sa mort, son éditeur «  Espace Nord » a décidé de rééditer « Izo », le magnifique roman écrit par Pascal de Duve, l’une des victimes de l’hécatombe causée par le SIDA dans les années 1990. Un texte plein de délicatesse, de finesse et de poésie qui pose des questions essentielles sur l’existence.

 

Izo

Pascal de Duve (1964 – 1993)

 

Izo, le personnage éponyme de ce roman, avec sa redingote noire, son chapeau noir et ses gros souliers noirs, semble directement sorti du tableau de Magritte "Le fils de l'homme" ( 1964 ) que l’éditeur a placé sur la couverture de cette réédition, conférant ainsi une nouvelle dimension à cette toile en inventant pour l’un des personnages, celui ayant eu la chance de choir directement sur une chaise du Jardin du Luxembourg à Paris et non, comme les autres, de se diluer dans le sable et les pelouses de ce jardin, un bout de vie éphémère prolongeant ainsi l’histoire racontée sur la toile.

 

Le narrateur se promenant un jour d’orage dans les Jardins du Luxembourg aperçoit, alors que le ciel déverse des torrents d’eau, un homme affalé sur une des chaises qui meublent ce jardin, un homme coiffé d’un anachronique chapeau melon noir et vêtu d’une tout aussi anachronique redingote noire. Il le secoue, le secourt et l’emmène chez lui pour le réconforter, s’attache au sort de cet étonnant personnage et s’occupe de lui procurer le gîte et le couvert. L’homme ne parle pas et ne prononce que quelques mots inintelligibles, l’auteur retient un énigmatique « Isobretenikkhoudojnika » et  décide de l’appeler ainsi mais en simplifiant cet imprononçable patronyme en un beaucoup plus pratique « Izo ».

 

Izo se révèle vite être une personne très douée, surdouée, dotée d’une mémoire fantastique et d’un esprit d’analyse et de déduction particulièrement impressionnant, elle découvre tout et  semble ne rien connaître, paraît venue d’ailleurs, son esprit est vierge comme celui d’un nourrisson ouvrant les yeux pour la première fois. Par ailleurs, elle se passionne pour des choses futiles, même insignifiantes, ou pour des choses beaucoup plus complexes, élaborées, matérielles ou intellectuelles comme le métro qu’elle considère comme un autre monde, ou les langues étrangères qui lui permettent de nouer conversation avec n’importe qui dans les rues de Paris ou par téléphone au hasard des numéros qu’elle compose de manière tout à fait aléatoire.

 

Izo c’est une page blanche sur le bureau de l’écrivain, un être qui n’a aucun sens des valeurs, rien ne l’a encore pollué, il a une merveilleuse faculté d’émerveillement qui le fait s’extasier devant la moindre babiole comme devant une définition très complexe pêchée dans l’une des encyclopédies qu’il ingurgite comme d'autres des verres de bière, sauf que lui retient ce qu’il absorbe. Son impressionnante culture, acquise en quelques semaines, sa faconde, son innocence, sa fraîcheur, son enthousiasme lui facilitent les contacts avec les personnes qu’il rencontre et avec lesquelles ils nouent des liens d’amitié. Il devient vite un habitué des cafés les plus prestigieux de la capitale où il connait le personnel et quelques clients ayant une certaine notoriété. Il devient ainsi quelqu’un de connu sans en avoir la moindre idée car il conserve sa fraîcheur et son innocence jusqu’à ce qu’il comprenne que la vie n’est pas linéaire, qu’elle évolue et donc qu’elle va vers un aboutissement qu’il aimerait comprendre. Commence alors pour lui une recherche de ce que pourrait être cet aboutissement et sa signification à travers les religions : le catholicisme, le protestantisme, l’islam et même le communisme pensé comme une forme de religion lui aussi. Mais, pour la première fois, ses étonnantes facultés buttent sur une énigme qu’il ne saisit pas.

 

Je retiendrai de ce texte outre bien sûr la grande maîtrise littéraire de l’auteur, la richesse de son vocabulaire, la fluidité et l’élégance de son style, quelques belles assonances, la qualité picturale de ses descriptions, tout est en couleur, surtout la capacité d’émerveillement du héros. Izo est un être irréel, venu d’ailleurs, enfant légitime de l’imaginaire matérialisé sur terre, découvrant un monde rempli de choses merveilleuses que nous ne voyons pas, ou plus. On dirait que Pascal de Duve cherche à nous délester des scories que l’histoire a accumulées sur nos épaules et dans nos têtes pour que nous redécouvrions un monde simple, candide, joyeux, sans aucune prétention, sans appât du gain, sans recherche du pouvoir, juste un monde où les gens vivraient en bonne intelligence. Cet émerveillement devant ce monde possible me suffirait mais l’auteur nous entraîne sur un autre chemin, il nous démontre que ce monde n’est qu’éphémère et qu’il faut penser à ce qu’il y aura après et, quand on pense à ce qui vient après la vie terrestre, on crée une religion, même si cet après n’a pas un ou des dieux, c’est déjà une pensée religieuse. Et, pour Izo, les religions conduisent à une impasse, alors faudra-t-il suivre l’auteur sur le chemin de la philosophie pour trouver les réponses aux fameuses questions qui obsèdent les êtres pensants ? J’aimerais, pour ma part, rester avec Izo sur le chemin merveilleux de l’innocence et de la découverte en jouant la politique de l’autruche.

 

« Izo » est plus qu’une lecture, c’est une réflexion philosophique, mais c’est également une ouverture à l’émerveillement.  « Mon apparition c’est le monde, je veux dire l’existence, cette chose magnifique à laquelle on ne pense jamais, et que je viens de découvrir. » Voilà tout est dit, l’auteur de ces mots plein d’espoir pouvait s’envoler quelques années plus tard, jeune, trop jeune, beaucoup trop jeune, vers le monde d’Izo où il a certainement trouvé son après.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE d'ACCUEIL

 

Izo de Pascal de Duve
Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 09:44
Marcel Proust, Ruskin et la cathédrale d'Amiens de Jérôme Bastianelli
Marcel Proust, Ruskin et la cathédrale d'Amiens de Jérôme Bastianelli

Marcel Proust n’a jamais foulé le sol de l’Angleterre, pas plus qu’il ne parlait un mot d’anglais. L’écrivain s’est même opposé de son vivant à la traduction de son œuvre qui, selon lui, en aurait été déformée. Homme de toutes les contradictions, Marcel Proust s’est pourtant lancé dans une entreprise surprenante : la traduction depuis l’anglais des écrits esthétiques de John Ruskin alors même qu’il maîtrisait mal la langue. En cela il fut aidé par sa mère et quelques amis. Par ailleurs, la préface que Proust consacre à « La Bible d’Amiens »  éclaire non seulement la pensée de Ruskin, mais aussi sa propre pensée et sa conception de l’art. Au fil de la lecture s’esquisse les préoccupations de Proust sur l’esthétique et la place qu’il donnera à l’art dans ses ouvrages. John Ruskin se mue en révélateur de la pensée proustienne et son influence marque incontestablement « La Recherche du temps perdu ». Voyons comment.

 

Tout d’abord cette influence ne se fera qu’à travers les œuvres de John Ruskin puisque Proust ne le rencontrera jamais. Celui-ci naît à Londres en 1819 et mourra à Brantwood en 1900 d’un père négociant en alcools et d’une mère sans profession. Il est fils unique et quittera très vite le foyer familial pour voyager. Il est fasciné par la beauté des Alpes, l’architecture gothique, Venise et, en esprit éclectique, s’intéresse à des choses très diverses : les oiseaux, les plantes, l’art de Turner, l’économie sociale, l’éducation des ouvriers, les préraphaéliques … Critique d’art et soucieux de sociabilité, il va beaucoup écrire et cherchera toujours à rendre l’art accessible aux plus humbles. En effet, il condamnait  les tâches qui ôtaient à l’homme son libre arbitre. Il s’intéressera même à la pollution industrielle en précurseur, et à la nécessaire prudence qui doit guider toute opération de restauration des bâtiments patrimoniaux. D’ailleurs, Proust ne manquera pas de rapprocher la « restauration » de la mémoire involontaire avec les risques que l’une et l’autre supposent de trahir ou de modifier le réel ou de l’aménager autrement. Ruskin visitera Amiens à maintes reprises, en 1844, 1849, 1854, 1856, 1868 et 1880. Sa première visite le déçoit. On pourrait  comparer sa déception à celle de Swann vis-à-vis d’Odette qui n’est pas son genre de femme. Il est vrai qu’Amiens, au premier abord, n’est pas le genre de cathédrale qu’aime John Ruskin, il la trouve un peu mièvre, cédant trop au … joli. Mais en 1854  son avis  est plus enthousiaste et il reconnait que cet ouvrage, célébré dans toute l’Europe, mérite sa réputation. Il rédigera « La Bible d’Amiens » de 1880 à 1882. En réalité, il souhaitait écrire une histoire de la chrétienté à l’usage des garçons et filles qui avaient été tenus sur les fonts baptismaux. Malheureusement, il ne parviendra à rédiger qu’un seul volume, alors qu’il envisageait de parler également de Vérone, de Pise, de Rome, de Chartres, de Rouen. « Travaillez quand vous avez encore la lumière », précepte de l’Evangile selon Saint Jean qui figure dans la préface que Proust a consacré à « Sésame et les lys ». Comme Ruskin, Marcel Proust redoutera de ne pas pouvoir achever son œuvre.

 

La cathédrale.

La cathédrale.

Ruskin raconte dans « La Bible d’Amiens » les origines de la cathédrale, l’installation des Francs à Amiens et l’évangélisation de la ville, Chilpéric, le père de Clovis, puis Clovis, bien que celui-ci n’ait pas été baptisé à Amiens, cheminement des transgressions que s’autorisera l’auteur. Et puisque la cathédrale a été conçue et bâtie par les descendants des Francs, Ruskin évoque plus longuement dans le chapitre II l’histoire de ce peuple et son arrivée en France en provenance de l’Allemagne.  Dans la troisième partie de l’ouvrage, il évoque la propagation des écritures saintes, le rôle que tient saint Jérôme, premier traducteur de la Bible qui donne son nom à ce chapitre III.

 

Le IVe chapitre est sans doute le plus beau parce qu’il parle vraiment de la cathédrale. Ruskin y détaille certains aspects du monument, principalement les sculptures des porches. Puis il évoque les stalles du XVIe siècle, ce qu’il faut voir en priorité : «  sous la main du sculpteur, le bois semble s’être modelé comme de l’argile, s’être plié comme de la soie, avoir poussé comme des branches vivantes, avoir jailli comme de la flamme vivante… » Curieusement, il n’apprécie guère la Vierge dorée à laquelle il trouve de la joliesse et un gai sourire de soubrette, madone nourrice raphaélique, peintre qu’il n’aime guère car il considère qu’il a représenté la Vierge de façon trop humaine, pas assez divine. La madone de la façade ouest lui plaît davantage, madone franque, normande, madone reine, calme, pleine de puissance. Pour Ruskin, la cathédrale est comme l’envers d’une étoffe qui nous aide à comprendre les fils qui produisent le dessin tissé ou brodé du dessus. A ce sujet, et on ne peut manquer de le relever, l’œuvre de Proust sera envisagée comme une cathédrale et également comme une robe : « car épinglant de ci delà un feuillet supplémentaire, je bâtirai mon livre, je n’ose pas dire ambitieusement comme une cathédrale, mais tout simplement comme une robe. » - écrira Marcel Proust. Le livre de Ruskin reste toutefois assez confus avec des phrases alambiquées, souligne  Jérôme Bastianelli car celui-ci est atteint, à l’époque où il le rédige, de « fièvres cérébrales » susceptibles d’altérer son jugement. Alors pour quelle raison, Proust choisit-il de traduire cet ouvrage, alors qu’il maîtrise mal l’anglais et y consacre-t-il tant d’années de sa vie, soit de 1889 à 1906 ? Certainement pour plusieurs. Tout d’abord le prestige dont jouit John Ruskin, son immense culture, et parce qu’à cette époque il est bien vu d’être traducteur. Baudelaire, Mallarmé, Robert d’Humières le seront. Il y a également une mode en vogue, celle des cathédrales : Monet les peint, Huysmans les évoque, Debussy s’en inspire. Proust tente aussi d’effacer le côté un peu décadent de son unique ouvrage « Les plaisirs et les jours » que certains critiques ont comparé à « une serre chaude ».  Et puis la cathédrale d’Amiens parle de la France, ce qui plaît à Proust. Par ailleurs, le choix d’un sujet chrétien rassurera les salons aristocratiques et mondains qu’il fréquente assidûment en pleine affaire Dreyfus et au moment où se discute le projet de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

 

 

La vierge dorée et la madone franque.La vierge dorée et la madone franque.

La vierge dorée et la madone franque.

Les stalles d'Amiens.

Les stalles d'Amiens.

Néanmoins, malgré son souci d’excellence, Proust commet bien des erreurs de traduction assez drôles et inattendues. Mais qu’importe ! Comme Ruskin, il considère que l’essentiel est de donner à penser aux lecteurs, de solliciter leur imagination, de les inciter à mettre leurs pas dans ceux de l’auteur et de partir à la découverte de ce magnifique monument. En quelque sorte de servir l’art qui est la part la plus haute de l’homme. Ruskin lui insuffle le goût de l’architecture et Proust ne manquera pas de concevoir son œuvre comme un monument que l’on bâtit pierre à pierre ou mot à mot. Cette traduction lui conférera un matériau littéraire indéniable. S’il juge que Ruskin a parfois cédé à l’idolâtrie, ce qui signifie qu’il a apprécié certaines choses pour des raisons qui leur sont étrangères et qu’il a placé en elles des valeurs qu’elles n’expriment pas, lui-même n’échappera pas à cette idolâtrie en souhaitant que figure, à la porte de la cathédrale d’Amiens, Ruskin en personne comme le cinquième prophète, suscitant la moquerie inévitable de quelques lecteurs. Par la suite, il partira sur les traces de Ruskin à Venise en avril 1900 avec sa mère, Reynaldo Hahn et Marie Nordlinger, voyage que l’on retrouvera réinterprété et magnifié dans La Recherche. Ce qui confirme que Ruskin fut bien pour Marcel Proust un initiateur.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique DOSSIER MARCEL PROUST, cliquer  ICI

 

Et pour prendre connaissance de l'article que j'ai consacré à Ruskin, cliquer  sur son titre :  

John Ruskin ou le culte de la beauté

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Jérôme Bastianelli est critique musical depuis 2000 pour le magazine Diapason.

Il est l'auteur de quatre essais biographiques :

Jérôme Bastianelli a également collaboré à la rédaction des ouvrages suivants :

Et en 2017, il vient de publier "Le dictionnaire Proust-Ruskin" dans la collection des Classiques Garnier

 

Détails des stalles d'Amiens.
Détails des stalles d'Amiens.

Détails des stalles d'Amiens.

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans DOSSIER MARCEL PROUST
commenter cet article
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 08:53
Le pont sans retour de Vincent-Paul Brochard

Au moment où la Corée du Nord s’agite pour troubler l’ordre mondial et faire croire qu’elle peut jouer un rôle majeur dans le concert des grandes puissances, je vous propose ce livre paru depuis peu qui montre toute la perversité dont la dictature nord-coréenne use pour se maintenir au pouvoir et faire illusion.

 

 

Le pont sans retour

  Vincent-Paul Brochard

 

 

« Le pont sans retour », c’est celui qu’on ne peut traverser qu’une fois sans espoir de le franchir un autre  jour, même très lointain, dans le sens inverse, si bien que ceux qui se rendent en Corée du Nord comme ceux qui se rendent en Corée du Sud ne feront jamais le voyage dans l’autre sens. C’est le trait d’union qui unit si mal les deux parties de la péninsule séparées depuis 1953, à la fin de la guerre de Corée. C’est aussi le symbole choisi par Vincent-Paul Brochard pour concrétiser le sort de Julie Duval, l’héroïne qu’il met en scène dans ce livre, emmenée par la force et  la ruse en Corée du Nord par des membres d’un groupuscule révolutionnaire japonais réfugié dans ce pays fermé à tous afin d’échapper à la police nippone.

 

En novembre 2002, Kim Jong Il, le dictateur coréen alors au pouvoir, a reconnu que ses services avaient enlevé un certain nombre d’étrangers, notamment des Japonais. D’après les témoignages de rares réfugiés, il semble qu’il y avait eu quelques Français parmi les personnes retenues de force en Corée du Nord. Vincent-Paul Brochard, à travers la fiction qu’il a construite, essaie d’expliquer ce qui a conduit les Nord-Coréens à perpétrer ces enlèvements désormais condamnés par l’Organisation des Nations Unies et l’aberrante logique de ce pouvoir totalitaire, fantasmagorique et erratique.

 

Julie Duval constituait une excellente cible pour les activistes chargés de recruter de force des jeunes Françaises pour les besoins des services nord-coréens, elle parlait et écrivait excellemment le Japonais, les liens avec sa famille étaient presque inexistants, il était donc facile pour une jeune Japonaise de l’aborder sous le prétexte d’échanger des cours de conversation française contre des cours de conversation nippone. Julie accepte donc cet échange avec Keiko. Les deux jeunes filles sympathisent vite et nouent une amitié suffisamment forte pour que la jeune Japonaise propose à son amie de l’accompagner pour des vacances dans son pays natal. Enthousiasmée, Julie accepte, mais à Hong Kong le voyage tourne à l’enlèvement et elle se retrouve vite « l’invitée forcée » du groupuscule japonais qui l’a enlevée, dans un camp de formation où on l’endoctrine de force, car elle doit acquérir tous les éléments de l’idéologie prônée par Kim Il sung pour asseoir son pouvoir : le Juche.

 

Ayant acquis les fondamentaux de cette idéologie et après être passée par les geôles locales, Julie est confinée dans une demeure isolée au fond d’une campagne déserte où elle doit former une jeune Coréenne à la langue, la culture et les mœurs françaises. On lui fait croire que cette élève très douée embrassera la carrière diplomatique et qu’elle servira la cause de la révolution en participant au rapprochement du peuple coréen avec le reste du monde par la diffusion du « kimilsungisme ». Et que ceci facilitera le rapprochement des deux parties de la péninsule. La séparation est pourtant brutale, la jeune Française reste en Corée sous la protection d’un haut cadre du parti et la jeune Coréenne poursuit son parcours révolutionnaire dans la mission qui lui est confiée.

 

Vincent-Paul Brochard l’avoue, il y a très peu de documents sur le sujet et pourtant on dirait qu’il a vécu cette expérience lui-même, il connait le fonctionnement de l’administration nord-coréenne comme s’il avait séjourné dans cette partie de la Corée. Il connait aussi remarquablement les problèmes que la Corée du Nord a dû surmonter dans les années quatre-vingt-dix, l’histoire des relations entre le Nord et le Sud, les querelles intestines qui minent le pouvoir, les artifices, les manipulations, les exactions, les mensonges, tout ce que le pouvoir utilise pour faire croire au bien-fondé de son action et à la nécessité de soutenir un pouvoir fort et autoritaire pour échapper au diable occidental qui a contaminé le Japon et gangrené la Corée du Sud, tout ce que Bandi a écrit dans les textes qu’il a fait passer sous le mur qui sépare les deux parties de la péninsule.

 

C’est donc plus qu’une fiction, davantage qu’un roman d’espionnage, mieux qu’une carte postale sur la Corée du Nord  que nous propose Vincent-Paul Brochard, c’est presque un essai sur cette république, seule survivante du communisme du XXe siècle, et son régime qui résiste encore et toujours malgré une conjoncture très difficile et un pouvoir démentiel, à sauvegarder une indépendance insolente, agressive et hautaine qui fait trembler même les Etats les plus forts.


 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Le pont sans retour de Vincent-Paul Brochard
Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 07:49
Les lumières de Saint Augustin d'Isabelle Prêtre

Après « Onze leçons de philosophie pour réussir sa vie », la philosophe et écrivain Isabelle Prêtre, fille du grand chef d’orchestre récemment disparu, nous propose « Les lumières de saint Augustin » *, un ouvrage qui condense avec intelligence et clairvoyance l’œuvre de l’évêque d’Hippone, ce théologien prolixe, ce saint de feu, ce génie de la pensée qui se refusait à penser loin de la vie et à vivre loin de la pensée, car vivre et penser lui paraissaient similaires. Selon lui, foi et raison étaient les deux forces qui conduisent à la connaissance. « Crois pour comprendre et comprends pour croire » - écrivait-il. Alors que le monde actuel se plaît à séparer  la croyance de la connaissance, la foi de la raison, l’intuition de l’objectivité et s’étonne que la vérité ne puisse aisément se frayer un chemin et le pourrait-elle puisque la croyance est laissée aux croyants subjectifs et que la compréhension est attribuée d’office aux intellectuels. Or souligne Isabelle Prêtre, c’est l’union des deux qui élargit l’esprit et permet à l’homme d’avancer sur le chemin de la vérité.

 

N’imaginons pas que l’auteur des « Confessions » soit tombé tout enfant dans le bénitier. Nenni ! Cet élève studieux et brillant, qui lisait Homère, Virgile et Cicéron, aimait faire la fête, banqueter, courir le jupon et ne dédaignait pas non plus le luxe et les honneurs. Ainsi mènera-t-il à Carthage, où il faisait ses études en 370 de notre ère, une véritable dolce vita. C’est sans doute la mort de son jeune fils Adéodat qui va tout remettre en question. Bien que renoncer aux femmes lui était un problème et que renoncer à la gloire, qu’il se promettait d’atteindre, lui était un supplice, Augustin choisit la voie étroite, celle du pédagogue de Dieu, soulignant avec malice que l’arriviste est enfin arrivé.

« Tard je vous ai aimé, beauté si ancienne et si nouvelle, tard je vous ai aimée. C’est ainsi que vous étiez au-dedans de moi, et moi, j’étais au-dehors de moi ! Et c’est là que je vous cherchais, ô mon Dieu … Vous étiez avec moi, et je n’étais pas avec vous. » - écrit-il dans « Les confessions ».

 

L’illumination est venue  mais elle  fut l’aboutissement d’un long parcours, d’une longue recherche – insiste Isabelle Prêtre. Car, selon Augustin, nous avons tort de chercher des preuves à l’existence de Dieu. Il faut simplement regarder en soi ; n'est-ce pas là que Dieu se trouve et non ailleurs. « Tu étais au-dedans, moi au dehors de moi-même ; et c’est au-dehors que je te cherchais… Tu étais avec moi, et je n’étais pas avec Toi » (Les Confessions)

 

Nous constatons que de nos jours l’homme vit surtout en-dehors de lui-même, tant l’intériorité n’est plus une valeur prônée. Les portables, le numérique, la musique assourdissante nous ont ôté le goût de la profondeur et de la hauteur. Alors n’aurions-nous pas intérêt à écouter la voix de l’évêque d’Hippone, telle que nous la restitue cet excellent ouvrage, et nous ré-approprier, ne serait-ce que quelques repères, tant il est vrai que la vérité ne peut être éprouvée qu’en soi-même et que nul ne doit séparer en nous l’inséparable.

 

Selon saint Augustin, il y a deux cités : la cité terrestre et la Cité céleste et cette Cité de Dieu est déjà à l’œuvre ici-bas. Il faut savoir, écrivait-il, que l’homme est social par nature, mais égoïste et anti-social par faiblesse. Aussi une lutte continuelle se livre-t-elle en lui. Si bien qu’Augustin ne parle pas de liberté ou de libre-arbitre mais de libération. L’épreuve est souvent libératrice. Il ne faut pas voir le mal dans toute souffrance mais, exerçant notre discernement, l’utiliser comme un passage, un chemin, une voie. Avec la conscience du temps qui passe, la philosophie se lie à la métaphysique, union heureuse de l’âme et de l’intellect. N'est-ce pas à tort que nous ne cessons de lutter contre le poids du temps et inventons des techniques savantes pour vivre à 200 à l’heure, de manière à faire le plus de choses possibles en un temps réduit. (Avions et TGV sont là pour nous y aider). Alors que le temps est l’étoffe de la vie. Il est notre vie, souligne Isabelle Prêtre, le lieu de l’évolution humaine et personnelle. Nous nous déployons à travers le temps. Oui, le temps est là pour nous créer, nous faire devenir ce que nous devions être. Certes Hegel a dit : « Le temps est esprit », mais Augustin l’avait proclamé avant lui. Dit, dévoilé, montré, soulignant bien entendu « le sens de l’âme » dans la marche du temps. Cette subjectivité qui rend l’existence passionnante comme une aventure.

 

A propos du bonheur, sujet que saint Augustin aborde également et auquel chacun de nous aspire, il écrit ceci : « Si quelqu’un a résolu d’être heureux, il doit acquérir pour lui-même ce qui subsiste toujours et ne peut être arraché par aucun violent revers de fortune. Ainsi donc qui à Dieu est heureux. » Ce bonheur est avant tout un état de sérénité, il est l’état d’un être, l’état d’un cœur. Et c’est le plus souvent d’en haut qu’il nous est donné. Le « trop » provoque indubitablement le malheur – qu’il soit dans l’abondance ou dans l’indigence. « Les intempérants dans la luxure, les orgueilleux dans leurs richesses ou leurs pouvoirs croient se procurer joie et puissance mais n’atteignent ni la plénitude, ni le bonheur, ni la paix. » Certes, le bonheur, Augustin ne le découvre qu’après un long et intense parcours. Car il a tout connu – précise Isabelle Prêtre : les plaisirs de ce monde, les philosophies diverses, les religions diverses, les succès, les honneurs, tout connu … Pour en arriver là ! A cette vérité que le bonheur vient de Dieu en même temps que la sérénité et qu'on ne le goûte que grâce aux vertus théologales la Foi, l’Espérance et la Charité. Comme Saint Paul, Augustin place en tête l’amour. « Mon poids, c’est mon amour » - résume-t-il. « Là où est ton cœur sera aussi ton trésor ».

 

Malheureusement, le théologien a commis des erreurs, il a attaché trop d’importance au baptême ( sans lequel point de salut ), à l’assimilation de l’Eglise au Christ, mais il était de son temps, à une époque où l’Eglise voulait dominer l’Etat, un temps où Dieu était considéré comme un juge terrible, si bien que l’intransigeance, la sévérité faisaient alors – et à tort – partie de la charité. Comme nombre de convertis, Augustin était dur envers lui-même et dur envers les autres. Il n’avait pas l’indulgence d’une Thérèse de Lisieux mais là encore l’époque n’était pas la même. Néanmoins, il s'en est repenti, il a rédigé des "Rétractations". " Comme il est évident qu'un génie peut parfois se reposer de son intelligence, comme il est évident que la fougue peut parfois conduire trop loin un homme, et lui faire aborder la frontière du mal, même malgré lui, comme il est évident que la lumière ici-bas n'existe jamais sans ombre, qu'en est-il pour saint Augustin, concernant le procès que certains lui font encore aujourd'hui ?" - écrit Isabelle Prêtre qui se veut objective à son égard. Et il faut savoir aussi que certains des écrits d'Augustin ont été falsifiés, souligne-t-elle. La crainte de se tromper aura été sa hantise du début à la fin. Il proclamait souvent que le bien qu'il faisait par ses paroles lui venait de Dieu et que la mal, toujours possible, ne venait que de lui. Beau témoignage de lucidité. L’homme est UN et Augustin a voulu être cet homme. Comment parvenir à cette unification ? Cette phrase conclut sans doute la pensée du théologien qui a connu comme nous la détresse, le doute, l’angoisse, la faiblesse, le désarroi : « Notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose pas en Toi, Seigneur. » Merci à Isabelle Prêtre de nous offrir une approche si précise et si intime d'une oeuvre considérable et d'en mettre en évidence l'essentiel.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

  • Isabelle Prêtre – Les lumières de Saint Augustin ou quand Augustin vient au secours de notre siècle  -  Editions Saint Augustin

 

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer  ICI

Et pour prendre connaissance de l'article précédent que j'ai consacré à Isabelle Prêtre, cliquer sur son titre :

Onze leçons de philosophie pour réussir sa vie

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Les lumières de Saint Augustin d'Isabelle Prêtre
Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CULTURE
commenter cet article
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 09:10
La mer noire de Kéthévane Davrichewy

Kéthévane Davrichewy est la petite fille d’une famille qui a été obligée de quitter la Géorgie pour des raisons politiques. Dans ce récit, elle nous conte  l’histoire d’une grand-mère, peut-être la sienne, qui a connu le même exil avec toutes ses misères, perdant un amour d’une immense pureté qui cependant jamais ne mourra.

 

 

La Mer noire

         Kéthévane Davrichewy (1965 - ….)

 

Ce soir, il y aura fête chez Tamouna qui  célèbre ses quatre-vingt-dix ans. La narratrice, sa petite fille peut-être, raconte les préparatifs de cette soirée, la visite des enfants et petits-enfants de cette grand-mère vénérée, venue de la lointaine Géorgie que son père a fui il y a bien longtemps. Il était ministre d’un gouvernement qui refusait l’annexion à l’URSS, sa vie et celle des membres de sa famille étaient menacées, il avait alors choisi l’exil qui l’avait conduit dans la région parisienne où Tamouna termine une vie bien mouvementée.

 

La narratrice raconte alternativement, un chapitre sur deux, les préparatifs de la fête, mettant en  scène la descendance de Tamouna, ses enfants et ses petits-enfants mais aussi d’autres membres de la communauté géorgienne de Paris, des cousins et cousines avec leur descendance et la longue vie que Tamouna a déjà eu en Géorgie, à Tbilissi où elle habitait avec sa famille et à Batoumi où elle passait ses vacances, puis en banlieue parisienne et à Paris même où elle connut, comme tous les réfugiés, les rigueurs de l’exil. Elle se souvient des privations, de la difficulté de communiquer, du regard des autres, des humiliations, de la différence qu’il fallait assumer, de la guerre qu’il fallut affronter en voyant les hommes s’engager pour leur nouvelle patrie ou aux côtés des Allemands pour lutter contre l’ogre soviétique, bourreau de leur famille, de leurs amis et, plus largement, de la Géorgie.

 

Kéthévane Davrichewy, elle-même petite-fille de Géorgiens émigrés en France, nous conte avec délicatesse, élégance et tendresse la vie de cette grand-mère qui ressemble certainement beaucoup à  la sienne. Elle évoque la Géorgie, qu’elle connut probablement à travers les récits de cette grand-mère, beau pays magnifié comme tous les pays qu’on abandonne pour sauver sa peau. Elle détaille également la fuite et l’exil dans toutes ses dimensions : sa rigueur, sa cruauté, ses souffrances et ses humiliations sans jamais verser dans la colère, la rancœur ou l’amertume, conservant toujours tact et élégance, malgré une nostalgie mélancolique, même pour dresser les tableaux les plus tristes.

 

Mais, pour moi, ce roman n’est pas un livre de plus sur l’exil, ni un tableau idyllique de la Géorgie avant le communisme, ce texte est avant tout une très, très, belle histoire entre cette grand-mère et son amour de jeunesse rencontré à Batoumi pendant ses dernières vacances au pays. Tamouna et Tamaz s’aimaient d’un amour d’adolescent, tout juste frémissant, jamais consommé qui se perdit dans l’exil mais qui, en deux ou trois occasions, pu renaître avec une force jamais défaillante, une flamme toujours aussi vive et, ce soir, Tamaz a promis de venir de son lointain exil de l’autre côté de l’océan. Une magnifique leçon d’amour que rien ne peut vaincre, la révolution, l’exil, la guerre, la séparation se sont tous cassés les dents sur cette idylle de jeunesse, aussi est-ce émouvant, très touchant, on aimerait tous aimer comme cela, par delà l'éloignement et la terrible absence.

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

La mer noire de Kéthévane Davrichewy
Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche